19 décembre 2005

CHILDREN OF NUGGETS : Original artyfacts from the second psychedelic era 1976-1995


Offert par Rhino Records en décembre 2005
Réf : R2 74639 -- Edité par Rhino aux Etats-Unis en 2005
Support : 4 x CD 12 cm
100 titres

Je vais finir par m'habituer à voir les mouvements musicaux auxquels j'ai pu m'intéresser au fil des années entrer dans l'histoire musicale avec un grand H, celle des rééditions, des revivals parfois réduits au repompage intégral et des coffrets rétrospectifs.
Ce qu'il y a d'amusant avec ce coffret-ci, le troisième d'une série qui poursuit et prolonge à partir du double-album de raretés garage sixties underground compilé par Lenny Kaye au début des années 1970, c'est justement qu'il fait la rétrospective d'un mouvement qui était déjà lui-même revival : tous ces groupes qui, du milieu des années 1970 au milieu des années 1990 se sont évertués à recréer le son et l'ambiance du psychédélisme garage des années 60. Et c'est pas avec une centaine de titres qu'on va passer en revue l'ensemble de ces groupes, d'autant plus que ce coffet couvre les Etats-Unis, l'Europe et les antipodes.
A ce jeu de la compilation, des Flamin' Groovies aux La's, chacun trouvera toujours son bonheur sur la quantité, et repérera des manques criants (les Jasmine Minks, par exemple, alors qu'il y a deux titres de Primal Scream période néo-Byrds, ou les Cybermen et les Television Personalities). Personnellement, j'ai été très content de retrouver le "There must be a better life" de Biff, Bang, Pow ! (c'est grâce à eux et à mes archives bien rangées que j'ai pu me faire offrir ce coffret par Rhino), la version single de "Sunspots" de Julian Cope, et tous ces titres avec plein d'orgue qu'on trouve un peu partout sur les quatre disques. C'est par contre pas croyable de constater le nombre de titres ici qui sont carrément mauvais : un pseudo-son sixties, une mauvaise composition et un mauvais chant, ça n'a jamais rien donné de bon, même vingt ans après.

3 commentaires:

hector a dit…

Tu l'a dis bouffi !
C'est toujours bizarre de voir compilé ce genre de truc, quand tu penses que tout ceux que ça intéresse on déjà soit les albums, soit les 45 t originaux. Bref... qui va se faire payer ça à noël ?? Ya bien que Rhino pour sortir ce genre de paquet cadeau.
Enfin je dis ça, ...je m'étais bien payé le “Beg shout and scream“ pour ce qui concerne la soul ; et quand je vois le super coffert Ray Charles en forme de pick-up.
Misère, ca me flingue ! Dire que le père NoëL existe et qu'il est américain.

Charlie Dontsurf a dit…

Moi, cher Hector, je me suis fait payer ça à Noël, à sa sortie.
Je vous trouve bien dur tous les deux avec ce coffret.
Qu'il n'y ait pas que du bon, soit, c'est normal, c'est dans la définition même du concept de l'objet : une anthologie. Que cela soit du "revival", c'est évident. Et là se pose une bonne question : est-ce que "revival" signifie obligatoirement "aucun intérêt", parce que déjà fait ?
Je n'en suis pas sûr du tout. Mon idée est que le "revival" de certains est du "vival" pour d'autres. Je m'explique : quand j'ai commencé ma carrière de joueur d'électrophone, le garage sixties US était fini depuis quelques années, 5/6 ans environ. Vers 1977, je me suis penché sur cette période (Seeds, 13th Floor E, Sonics etc ...) via disques et compils. A la fin des seventies, début des eighties, j'étais bien content de ce "revival" (Ah ... les Nerves). Je l'ai vécu en direct. C'était du "vival" pour moi.
L'autre jour, au Festival de Beauregard, en écoutant live The XX*, je me suis demandé : quel intérêt ces faux-Cure, ce "revival", j'ai connu les vrais en direct???
Mais, finalement je me suis dit, un gamin de 20 ans est aujourd'hui dans ma situation d'il y a quelques années ...
Charlie
* par ailleurs concert un peu ... hum ... lent, voir chiant mais qui m'a donné envie de réécouter le disque, totalement épatant lui. Et comme pour faire il y a 30 ans, lors de l'achat de "Seventeen Seconds", j'ai acquis l'album en vinyle.

Pol Dodu a dit…

Charlie,
Pour ces histoires de revivals, qui reviennent à peu près à chaque génération, je pense effectivement que ça dépend de l'ordre dans lequel on a vécu les choses.
Découvrir un style musical revenu à la mode (le ska, les sixties dans mon cas), puis remonter aux sources, ça marche.
Par contre, suivre un mouvement au moment où il se crée (la new wave, dans notre cas par exemple), puis écouter 20 ans après les jeunes groupes qui s'en inspirent directement, ça j'ai vraiment du mal, mais comme toi je comprends bien que ceux qui découvrent ce style de musique avec ls groupes des années 2000 l'apprécient pleinement.
Quant au coffret "Children of nuggets", en fait ce que j'ai connu à l'époque je l'aime toujours bien, mais c'est vrai que, pour ceux que j'ai découverts en écoutant le coffret, j'ai tendance à les juger plus sévèrement, à l'aune de ce que je connais maintenant des productions sixties originales.

LinkWithin

Linkwithin