01 mai 2006

STEVE WESTFIELD : Mangled


Acquis au Cash Converters de la rue Beaubourg à Paris en 1999
Réf : BS-20102 -- Edité par Bib aux Etats-Unis en 1994
Support : CD 12 cm
15 titres

J'ai raté plusieurs rendez-vous avec Steve Westfield. Déjà, quand j'ai acheté en solde les disques de son groupe Pajama Slave Dancers, je ne les ai pas aimés, et je les ai refilés à mon ami Phil S., qui lui les appréciait.
Ensuite, on a reçu à la Radio Primitive son deuxième album solo, "Reject me first", que j'ai bien aimé et beaucoup progammé. Mais je ne l'ai pas acheté tout de suite. Il a fallu attendre 1997-1998, quand j'ai commencé à commander des disques chez Glitterhouse, pour que j'acquière sa discographie, complétée par celui-ci, le tout premier, qui m'a tendu les bras un jour, posé de façon incongrue en présentation sur une table d'un Cash Converters.
Entre-temps, je suis passé à côté des nombreuses tournées européennes qu'il a faites avec son Slow Band, y compris la toute dernière en 2000.
Depuis cette date, Steve Westfield semble avoir fortement ralenti ses activités musicales. Son site officiel fait état de concerts isolés en 2001 et 2004, et c'est tout. Le groupe est officiellement en retraite depuis juin 2005.
Il nous reste les quatre albums et demi parus de 1994 à 1998, parmi lesquels "Mangled" est un des meilleurs, même si malheureusement il est plus souvent cité pour ses copains invités prestigieux (Lou Barlow, Joey Santiago) que pour sa très bonne qualité intrinsèque.
Le style général pourrait être qualifié d'Americana avant la mode ou faire penser à un Johnny Dowd avant qu'il ne soit connu autrement que comme déménageur (et qui chanterait mieux !). Mais ce qui compte ce sont les chansons. Ma préférée est "Memory lapse blues" ("When I woke up this morning, the heartache started again"), mais j'ai aussi beaucoup aimé "Free and lonely", "Missing" ("Our old bed it used to squeak, now it don't make a sound, and I don't think you're missing me when you ain't around"), "Alone at last" et "Mangled". Et même si je n'aime pas tout, l'ensemble fait un album qu'il est conseillé de traquer, par exemple en s'adressant directement à Bib Records.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin