12 mai 2006

FAD GADGET : Incontinent


Offert par Jean H. à Châlons-sur-Marne à Noël 1981
Réf : 540018 -- Edité par Mute en France en 1981
Support : 33 tours 30 cm
9 titres

Cette année-là, mon cousin Jeannot avait vraiment joué les Père-Noël. Venu pour les fêtes avec ses parents de sa banlieue parisienne, il avait pris soin d'amener avec lui deux cartons de la production de son nouvel employeur. Son nouvel employeur étant l'entreprise Vogue de Villetaneuse, les cartons contenaient chacun une vingtaine de disques !
La répartition des disques au sein de la famille n'a pour une fois pas posé trop de problèmes. Il faut dire que la production Vogue de ces années-là n'était pas folichonne : il y avait plusieurs Jacques Lantier, des doubles albums de Donna Summer, un Abba, du disco-soul sophistiqué avec Crown Height Affair,... Et surtout, comme Vogue venait de signer avec Mute pour distribuer ce label en France, il y avait ce deuxième album de Fad Gadget, qui venait de sortir et que je n'avais pas encore eu les moyens de me payer. Je me le suis attribué d'autorité, sans que cela suscite la moindre réaction car j'étais le seul intéressé par ce disque ! Il faut dire que j'avais déjà à l'époque le premier album et le single "Ricky's hand".
La photo de pochette, signée Anton Corbijn, est superbe. Elle surprend pour un groupe réputé synthétique, mais après tout, avec son déguisement de marionnette Punch et son maquillage de cirque, Franck Tovey a un petit air de Siouxsie Sioux !
Ce qui marque d'ailleurs dès les premières notes du disque, c'est justement que le son est moins synthétique qu'auparavant. Les synthés et les séquenceurs sont toujours là, mais plus les boites à rythmes. La batterie et la basse acoustique, beaucoup plus présentes que sur le premier album, modifient la tonalité générale. On trouve ici des éléments qu'on retrouvera sur les albums suivants (les choeurs féminins sur "Under the flag", le break de batterie de "Swallow it" qui annonce "Collapsing new people").
L'album est ramassé et très cohérent, avec juste un coup de mou au milieu, avec deux instrumentaux pas géniaux qui s'enchaînent en fin de face A et en début de face B.
Les deux premiers titres du disque sont très bien ("Blind eyes" et "Swallow it"), mais c'est dommage que deux titres encore plus accrocheurs soient relégués en fin de face B : le tube du disque "King of the flies", avec sa phrase d'attaque "Right from the start I got it wrong, I did the things I shouldn't have done" et son passage un peu disco sur le refrain comme pour le "At home he's a tourist" de Gang of Four, et "Plain clothes" avec carrément une attaque de guitares électriques.
Après la pochette, "Saturday night special" nous ramène dans une ambiance de fête foraine avec son rythme de valse et un clavier qui imite un clavecin. Si ça vous fait penser à quelque chose, sachez que ce titre est sorti en single, dans une version légèrement réenregistrée/remixée, le 5 janvier 1982, soit une semaine avant le "Golden brown" des Stranglers. Malheureusement pour Fad Gadget, il n'y avait pas de place pour deux valses synthétiques dans la programmation des radios... Les paroles semblent s'attaquer à l'Amérique de Reagan, mais c'est bizarre, j'ai la drôle d'impression que ces paroles sont parfaitement d'actualité en 2006, sans en changer un mot...
Vous savez peut-être que Frank Tovey, le leader de Fad Gadget, est mort en 2002. Mais grâce à Mute, son label de toujours, toute sa discographie est disponible. Un DVD live accompagné d'une nouvelle compilation est annoncé pour bientôt. Juste un regret : que les quatre titres des deux singles extraits de l'album (les nouvelles versions de "Saturday night special", "King of the flies" et "Plain clothes" ainsi que la version live de "Swallow it") n'aient pas été ajoutées en bonus sur la réédition en CD d' "Incontinent", même si personnellement j'ai tendance à préférer les versions originales.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

et moi en ce moment j'écoute avec délectation SILICON TEENS le faux groupes de reprises synthétiques de classiques du rock par Daniel Miller et Frank Towey (me semple t-il) c'est très drôle, du Moog Cook Book avant l'heure !

Pol Dodu a dit…

"Music for parties" des Silicon Teens est effectivement un excellent album, mais il ne figurait pas dans les cartons de mon cousin, et j'avais dû l'acheter. C'est beaucoup plus léger que Fad Gadget, et il y a plusieurs classiques des sixties dont j'ai fait la connaissance grâce à leur reprise synthétique par Silicon Teens ("Yesterday man", "Judy in disguise", "Let's dance"). En plus des reprises, il ya quelques originaux, dont l'excellent "TV playtime"...

LinkWithin

Linkwithin