12 août 2006

PILLOWS AND PRAYERS (CHERRY RED 1982-1983)


Acquis probablement à La Clé de Sol à Reims ou Châlons-sur-Marne en 1983
Réf : Z RED 41 -- Edité par Cherry Red en Angleterre en 1982
Support : 33 tours 30 cm
17 titres

C'est une compilation qui a joué un rôle très important pour le rock indépendant du début des années 80. Reprenant une idée de certaines majors des années 70 (Warner, CBS avec la série des "Rock machine turns you on"), Cherry Red, l'un des grands labels indépendants de l'époque (avec Rough Trade, Factory et Mute) a sorti cette compilation catalogue juste avant Noël 82, au prix imbattable de 99 pence. Ils ne faisaient sûrement pas de bénéfice sur les ventes de ce disque (120 000 exemplaires écoulés, classé 47 semaines dans les charts indépendants, dont 19 à la première place), mais on peut penser que ça a bien servi à faire connaître les groupes présents sur l'album. En 1988, Creation Records a refait le coup avec un certain succès pour sa compilation "Doing it for the kids".
Pour moi, ça a été à la fois un disque agréable à écouter et un guide pour faire plein de découvertes musicales. Je pense que, des 17 artistes présents sur "Pillows and prayers", je ne connaissais auparavant que Monochrome Set, représentés ici par un de leurs tous premiers singles de 79, "Eine Symphonie des Grauens", sorti à l'origine chez Rough Trade, mais repris en 83 chez Cherry Red sur la compilation "Volume, contrast, brilliance", The Passage, ici avec mon titre préféré d'eux, "XOYO", et Eyeless In Gaza, dont le "No noise" démarre bien, mais le chant m'énerve.
C'es donc avec de disque que j'ai découvert rien moins que Felt, avec "My face is on fire", un titre parfait de bout en bout, avec les toms toms de Gary Ainge, la guitare jouée par Lawrence et son chant (quand je pense qu'il n'était pas satisfait de cette chanson est qu'il l'a refaite plus tard, en moins bien, sous le titre "Whirlpool vision of shame", dans une version parasitée par la guitare de Maurice Deebank !), mais aussi Five Or Six, un groupe mineur, certes, mais injustement complètement oublié.
"Pillows and prayers" est bien représentatif de la diversité de la production musicale de l'époque. On y trouve de la pop synthétique, bien sûr ("All about you" de Thomas Leer a très mal vieilli, mais "Compulsion" de Joe Crow reste compulsif - désolé, j'ai pas pu m'en empêcher !), mais aussi du rock énervé (pas beaucoup) comme le "Don't blink" des Nightingales.
La galaxie Everything But The Girl truste rien moins que quatre titres : le premier enregistrement du groupe, mais aussi ceux en solo de Ben Watt (beurk !) et de Tracey Thorn (pas mal) et une excellente chanson des Marine Girls, le premier groupe de Thorn.
Les anciens sont aussi présents, avec un bon titre contemporain de Kevin Coyne et la réédition des très obscures proto-psychédéliques The Misunderstood (le génial "I unseen").
Bref, même s'il vous en coûtera sûrement plus de 99 pence, n'hésitez pas à vous emparer de ce disque si vous tombez dessus. Il est d'ailleurs disponible en CD couplé avec le "Pillows and prayers volume 2", un disque de 1984 qui n'a pas eu le même impact que son prédécesseur car il n'est sorti qu'au Japon.

9 commentaires:

Les Huiles Meroll a dit…

Hola amigo. Je me permets de t'écrire car je vois que ton post est récent, je me dis que j'aurai peut-être une réponse. Tu m'as l'air d'être très érudit et c'est exactement ce qu'il me faut. Guidé par la curiosité sur l'aura de Cherry Red je me suis procuré Pillows & Prayers. Quelques morceaux m'ont fait tombé en arrêt. Effectivement le morceau de The Misunderstood est dément, j'adore le Five Six "Another Reason" (les fans du "Dirge" de Death In Vegas seraient inspirés d'y jeter une oreille... comme un air de ressemblance...), mais la grosse clque c'est Joe Crow. J'ai beau cherché partout, il semble qu'il soit l'homme d'un seul single, cet extraordinaire "Compulsion". J'en arrive donc à ma question, à ta connaissance, ce type a-t-il enregistré autre chose ? Peut-être sous un autre nom ?
Voilà, jespère que tu pourras me répondre. Merci d'avance en tous les cas.

Pol Dodu a dit…

Bonjour,
J'ai toujours pensé que l'excellent 45 tours "Compulsion" était son seul disque, et ça semble bien être le cas. Si c'est bien ça, il te reste à écouter une face B pour connaître son intégrale (pour mon compte, je ne l'ai jamais entendue).
Ta question m'a incité à faire quelques recherches, et c'est l'excellent livre "Punk diary" qui m'a mis sur la piste : Joe Crow a joué à l'époque du punk dans les Motivators, puis il a rejoint les Prefects sous le nom de Joe Motivator (bien sûr). Il était encore dans le groupe quand ils sont devenus les Nightingales, mais il les a vite quittés car, s'il était présent sur leur première Peel Session fin 1980, il n'était déjà plus là pour la suivante en juillet 1981.
Vizeureux,
Pol

Avenue51 a dit…

Incroyable. J'ai acheté ce disque en 1998 dans un petit magasin de musique à Londres qui le passait alors que je cherchais des bons titres à ramener à la maison (J'y suis retourné il y a quelques mois et le magasin n'existe plus). J'écoute cet album très régulièrement sans jamais avoir vraiment su ce que c'était. Etrangement, je n'avais fait aucune recherche avant aujourd'hui. En fait, je l'ai trouvé sur Itunes et ça m'a plutôt interpellé!
Bref, je voulais juste dire merci pour les infos.

Pol Dodu a dit…

Il y a quelques mois, Cherry Red a édité un coffret spécial 25e anniversaire de "Pillows and prayers".
Pour l'occasion, aux deux volumes de "Pillows and prayers" se rajoutent un CD de raretés et un DVD avec des vidéos d'époque. Le tout à un prix très correct...

Winter a dit…

Salut les gens,

Joe Crow a quand même un Myspace:
http://www.joecrow.org/
En fait, il vient tout juste de sortir son "premier" album!

Pour Eyeless In Gaza, c'est vrai que la voix de Martyn Bates peut vite fatiguer... A mon humble avis, le single "New Risen" et l'album "Red Rust September" (1983)restent des classiques et ils ont influencé pas mal de gens dans les années qui suivirent...

A+

Pol Dodu a dit…

Winter,
Quand j'avais mis mon commentaire, je n'étais pas tombé sur le site de Joe Crow. Il faut dire qu'il a des homonymes...
La reprise de "I walk the line" en ligne en ce moment sur son site n'est pas mal du tout. On a l'impression qu'il aurait pu l'enregistrer tout aussi bien au début des années 80.
Eyeless In Gaza, j'ai conservé le 45 tours "New risen", que j'aime bien. Mais le double "Caught in flux"/"The eyes of beautiful losers" fait partie des rares disques dont je me suis débarrassé au fil des ans. Sans trop de regrets jusqu'à présent...

François Lemarchand a dit…

Un sommet. je me souviens avoir eu les larmes aux yeux en entendant le Blue Bird de K. Coyne.

Pol Dodu a dit…

François,
Le titre de Kevin Coyne s'appelle en fait "Love in your heart" mais les premières paroles sont bien "Blue bird". J'aime aussi beaucoup cette très belle chanson. C'est en fait avec elle que j'ai découvert Kevin Coyne, et ça reste l'une de mes préférées de lui.

François Lemarchand a dit…

Yes !!! Merci de me rafraichir la mémoire !

LinkWithin

Linkwithin