03 août 2006

WIRE : Our swimmer


Acquis chez New Rose à Paris en 1981
Réf : RTO 79 -- Edité par Rough Trade en Angleterre en 1981
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Our swimmer -/- Midnight bahnhof cafe

Je crois bien que c'est le premier disque de Wire que j'ai acheté. Je suis passé à côté des trois premiers albums au moment de leur sortie, mais je les ai découverts par la suite, notamment en écoutant la cassette sur laquelle François B. avait enregistré "Chairs missing" et son "Heartbeat".
"Our swimmer" est une chanson dont la carrière commerciale est maudite de bout en bout, même si ce 45 tours, lors de sa sortie, est resté trois mois dans les charts indépendants débutants, sans toutefois dépasser la 13e place.
La chanson a été enregistrée en 1979, mais elle a été refusée par EMI, qui ne la jugeait pas suffisamment commerciale. Cette chanson aurait pourtant été tout à fait digne de figurer sur l'album "154", paru la même année. Mais surtout, ce refus d'EMI signifie que "Our swimmer" ne figure sur aucune des rééditions ou compilations de l'âge d'or de Wire, celles qui font sa réputation.
Une fois son contrat terminé avec EMI, Wire a choisi de sortir "Our swimmer" en single, mais pour ce qui est des rééditions en CD, ce 45 tours isolé a encore tiré le mauvais numéro : il se retrouve collé tout à la fin de l'album live "Document & eyewitness", effectivement paru au même moment et sur le même label, mais c'est un disque difficile, que je n'aime pas, et qui n'a rien à voir avec la qualité pop des deux chansons de ce single.
"Our swimmer", une étrange histoire de nageur aux mouvements élégants mais qui n'avance pas, est basée sur une ligne de basse funky mais froide, ce qui, avec les touches de guitare électrique et le petit riff funky à la Chic sur la fin du morceau, lui donne un petit côté Gang of Four.
La face B, "Midnight bahnhof cafe" est très bonne également. Avec les trois mots du titre originaires de trois langues différents, on s'attend à une de ces ambiances européanisantes typiques à l'époque (mais rien à voir avec "Vienna" !!), et c'est effectivement le cas puisque c'est une chanson qui parle de l'Europe la nuit. Je pense un peu à Minimal Compact en l'écoutant, un groupe qui justement a sorti son premier disque en 1981, et que Colin Newman, le chanteur de Wire, allait produire par la suite.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin