30 janvier 2009

LA GUITARE EN 10 LEÇONS


Offert par le Père Noël à Châlons-sur-Marne le 24 décembre 1972
Réf : EX 45 384 ADA -- Edité par Unidisc en France au début des années 1970
Support : 33 tours 17 cm
10 titres

Voici un billet un peu particulier aujourd'hui, puisqu'il s'agit du 500e de Blogonzeureux!, 3 ans et 3 mois tout pile après le premier, consacré à un bel EP français de Tennessee Ernie Ford.
Quand j'ai démarré Blogonzeureux! avec ce principe de chroniques de tranches de vie à partir de mes rondelles discographiques, je savais que j'avais de la matière devant moi pour un bon bout de temps. Ce que je n'avais pas imaginé, c'est que je continuerais à acheter des disques qui m'intéressent à un rythme aussi soutenu : je n'ai pas fait de calcul, mais la proportion de billets chroniquant des acquisitions faites après le démarrage de Blogonzeureux! est bien supérieure à tout ce que j'aurais pu imaginer. Ce qui signifie que, non seulement il me reste de la matière première, mais en plus les stocks ne diminuent pas. Rendez-vous pour le n° 1000, alors !

Pour ce disque-ci, une fois n'est pas coutume, je vous propose de commencer par écouter le premier titre du disque, Accord de la guitare :

Avec le recul, quand j'entends ça, je me dis que, même si je n'avais probablement aucune aptitude pour être musicien (ce dont je suis à peu près persuadé), je ne risquais pas de le devenir avec cette "Méthode infaillible pour vous accompagner à la guitare. Expérimentée par 10 000 jeunes. Aucune connaissance musicale antérieure n'est nécessaire", comme il est indiqué de façon excessivement mensongère au dos de la pochette : si, rien que pour accorder sa guitare (c'était avant les accordeurs électroniques, est-il besoin de le souligner ?) il faut à la fois chanter juste A la claire fontaine et La Marseillaise (ce dont je suis bien incapable) et savoir accorder une corde pile deux octaves sous une autre (quoi ? keskidi ?), imaginez le calvaire du "jeune" quand il s'agit de commencer effectivement à jouer de son instrument !!

Ce disque m'a été offert avec ma première guitare, non pas pour mes dix ans comme je le croyais et comme je l'ai indiqué sur mon profil Blogger, mais le Noël précédent, comme l'atteste la date indiquée sur l'album photo familial, sur lequel j'ai mis la main :


Précisons que le livre-disque Nana Mouskouri chante Noël qu'on aperçoit au sol sur la première photo n'était sûrement pas un cadeau du jour : on le sortait chaque année pour l'ambiance...
Veuillez noter aussi avec quel naturel, quelques secondes seulement après avoir déballé l'objet, je prends en main la guitare, sans sangle, comme le fait Jonathan Richman depuis quelques années maintenant. Admirez d'ailleurs ce même naturel, toujours sans sangle, près de quinze ans dans plus tard, dans une photo-posée frime prise pour la promotion de JC Brouchard par Philippe Roger, sur le balcon qui menait à l'appartement de Dave Evans et Paul Rosen :

Au moment où cette dernière photo a été prise, j'avais depuis longtemps abandonné toute velléité d'apprendre à jouer de la guitare, mais je n'ai pas rendu les armes sans combattre.
Déjà, vers 193-1974, j'ai pris quelques leçons de guitare avec Daniel V., qui avait été mon moniteur en camp de vacances. Daniel, un fils d'assureur qui a depuis repris le cabinet de son père, avait une superbe guitare acoustique douze cordes et il en jouait très bien. Il a tenté de m'enseigner les accords de base et les rudiments du jeu de guitare pendant quelques séances, gratuitement je crois. Je le remercie de sa gentillesse et de sa persévérance !
Persévérant, je l'étais aussi puisque j'ai fait l'acquisition à Carrefour à peu près au même moment d'une autre méthode de guitare :

Je ne savais pas quand je l'ai achetée que S.L.C. était l'abbréviation de Salut les copains. Là encore, malgré le talent de guitariste de Mickey Baker, cette méthode m'a été de peu d'utilité. D'autant plus que j'ai acheté le livret seul, alors qu'il existe un 25cm d'accompagnement édité par Polydor dans les années 60, dont j'ai fait l'acquisition depuis. En tout cas, même avec le slogan "S'amuser à apprendre", cette méthode ne m'a été d'aucune utilité !
J'ai fini par échanger ou revendre ma guitare à mon frère. Il s'est fait la main dessus avant d'acquérir sa première guitare électrique, une copie de Gibson SG. Il en fera bon usage, notamment comme guitariste d'Epsylon.
Cependant, depuis des années, il traîne toujours chez moi au moins une guitare acoustique, généralement au moins en partie écordée, qui me sert à faire de l' "air guitar" solide et sonore en "accompagnant" certains disques quand ça me prend.
La dernière en date de ces guitares a été déplacée il y a quelques temps et se trouve désormais à portée de chat. Hors, depuis une semaine ou deux, mon chat a trouvé un moyen épatant pour me faire lever la nuit lorsqu'il en a envie : il "joue" littéralement de la guitare avec ses griffes. Et la dernière fois, on aurait même dit qu'il tentait d'accorder la guitare (en tout cas, le son qu'il faisait ressemblait à celui que je produis moi quand j'essaie d'accorder une guitare !). Je me demande s'il ne profite pas des périodes où il est seul à la maison pour écouter La guitare en 10 leçons !

Pour conclure en beauté, je vous propose d'écouter en avant-première mondiale un extrait de l'album solo de reprises que je prépare pour Vivonzeureux! Records. Il s'agit d'une version de Desafinado d'Antonio Carlos Jobim. L'idée de reprendre ce titre m'est venue il y a quelques mois, lorsque j'ai pris en cours un reportage d'Arte sur la bossa nova. On y voyait Jobim interpréter cette chanson, avec des sous-titres donnant la traduction des paroles en français qui ont été une révélation pour moi.
C'est une traduction très fidèle des paroles en portugais que je propose, à l'inverse de celle interprétée par Richard Anthony sous le titre Faits pour s'aimer qui, comme souvent chez les yéyés, exprimait l'inverse du sentiment de la chanson originale. La seule fantaisie que je me suis permise c'est — on ne se refait pas — de transcrire "bossa nova" en "new wave" !
Je vous propose donc d'écouter une chanson de circonstance, Désaccordés, par Pol Dodu avec Georges Jouvin, sa trompette d'or et son orchestre (2008) :

1 commentaire:

Olivier a dit…

(La méthode est débile parce que si t'as pas le bon "La", ta guitare sera tout autant pas accordée)


Bonne 500ème chro'! Et merci pour la découverte de Epsylon, ils avaient de superbes coupes de cheveux.

LinkWithin

Linkwithin