11 janvier 2009

BOOKER T & THE MGs : Soul men


Offert par Sabine M. et Jean-Jacques L. à Vauclerc le 25 mars 2007
Réf : SCD 8610-2 -- Edité par Stax/Fantasy en Europe en 2003
Support : CD 12 cm
25 titres

Offrir un disque à quelqu'un comme moi, qui en a beaucoup et qui continue à en acheter beaucoup (de plus en plus rarement des neufs, mais quand même), c'est une entreprise un peu risquée, surtout si je n'ai pas donné des pistes ou une liste au préalable. Là, il s'agissait d'un vrai cadeau surprise et j'avais une certaine appréhension en le déballant.
Quand j'ai vu le nom Booker T & the MG's, j'ai déjà été soulagé : c'est un groupe excellent que j'aime beaucoup. Dans un premier temps, avec un titre pareil, j'ai pensé qu'il s'agissait d'une simple compilation et qu'il y aurait quelques doublons avec le Best-of que j'ai déjà, le 33 tours Melting pot ou les divers titres qui doivent être disséminés sur un paquet de mes compilations rhythm and blues. Il m'a fallu quelques instants pour me rendre compte que, si je connaissais la plupart des titres des chansons (ce ne sont que des reprises), je ne les avais pas dans les versions de Booker T. Encore quelques secondes, et j'ai noté le "previously unreleased" sur la pochette et commencé à lire les annotations et je me suis rendu à l'évidence : ces titres des labels Stax et Motown, ces reprises des Beatles, de Howlin' Wolf ou de Petula Clark, toutes enregistrées dans les années 60, étaient restés inédits pendant près de trente ans, en fait jusqu'à ce que le label anglais Ace les édite en 1995 sous le titre Booker T and the MGs play the hip hits.
Soul men, sorti en 2003 aux Etats-Unis, constitue, avec les mêmes chansons mais avec une autre pochette et un autre titre, la première édition américaine de ces enregistrements (d'où le "previously unreleased") et mon disque en est le pressage européen, notamment distribué en Angleterre par Ace (vous suivez ?).
Les excellentes notes de pochette, reprises de l'édition de 1995, nous éclairent sur l'historique de ces enregistrements.
Rappelons d'abord que Booker T. & the MG's étaient le groupe maison du label Stax. Grosso modo, ils ont passé les années 60 à enregistrer sans interruption et quand ils n'enregistraient pas ils tournaient. Ils ont accompagné la plupart des artistes du label et, en neuf ans, à partir du moment où en 1962, selon la légende, le patron du label Jim Stewart a enregistré sans préméditation et quasiment à la volée Green onions que le groupe s'amusait à improviser, le groupe instrumental a sorti huit albums originaux. Ils ont joué sur tellement de tubes qu'ils finissent sur ce disque par se retrouver à faire des reprises d'eux-mêmes ! : ce sont eux qui jouaient sur les versions originales des trois titres de Sam and Dave et Eddie Floyd qu'on trouve ici.
Mais les journées en studio à accompagner des chanteurs peuvent être ennuyeuses et, quand une session était annulée, retardée ou au contraire finissait plus tôt, le groupe enregistrait, le plus souvent des reprises, comme l'explique le guitariste Steve Cropper :

"L'un d'entre nous avait une idée alors qu'on avait fini avec les artistes qu'on accompagnait et qu'on avait une heure de studio libre et on jetait ça sur la bande. 'Hey, tu te souviens de ça ?'. En trois ou quatre minutes on avait calé ça et on faisait une bande et BOUM ça allait sur l'étagère. La plupart n'ont pas été utilisées.
Je suis choqué de voir que certains de ces enregistrements n'ont pas été publiés. Je crois qu'on les a tout simplement oubliés. Je crois qu'ils étaient sur l'étagère et que tout simplement personne n'a jamais pris le temps de les réécouter. Eh mec, pourtant j'aurais pu faire bon usage de ces trucs, je te garantis. Il y a eu des moments où on avait besoin de sortir un disque et Booker ne voulait pas enregistrer, on aurait juste pu sortir ça. Ça aurait fait l'album parfait !"


Et Steve Cropper n'exagère pas. Même s'il s'agit probablement la plupart du temps de premières prises dans des conditions de direct en studio, les arrangements et l'interprétation sont d'une qualité supérieure tout au long de ce disque. Le tempo est souvent lent ou moyen et le groupe fait souvent preuve d'une grande retenue. Il y a parfois des accents jazzy mais on n'approche jamais le côté lounge ou easy listening de tout un pan de la musique instrumentale.
Sur le lot, et avec la variété de la sélection des reprises, de Slim Harpo aux Box Tops, il y a un paquet de titres qui me plaisent énormément sur ce CD, à commencer par la version de Downtown, pleine de tension et d'énergie pour le coup, avec comme souvent un parfait équilibre entre l'orgue et la guitare. Je ne peux pas citer moins que neuf autres titres parmi mes préférés, des blues (Hi-heel sneakers, Spoonful de Howlin' Wolf, Fannie Mae), des lents (You left the water running avec son contre-temps à la batterie, Wade in the water qui me rappelle un peu Green onions avec ses départs de guitare et d'orgue), une auto-reprise (Soul man), une reprise d'un instrumental (Raunchy de Bill Justis) et de toute façon des tubes comme I hear a symphony des Supremes ou Gimme some lovin' du Spencer Davis Group.
Franchement, voici un cadeau précieux et un album — encore disponible — que je vous conseille d'ajouter à votre liste d'achats... ou de cadeaux à vous faire offrir !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ben oui c'est un pilier de la musique américaine des 60's,mais aussi un monument du rock et du rhythm n' blues car Booker était un trait d'union entre ces deux genres et cultures (mine de rien ils ont sacrément oeuvré pour la mixité)..
ph

joebassin a dit…

PEtit bonjour d un ancien chalonnais qui achetait ses disques à la clé de sol et au"hi fi club" puis chez guerlin

patsoul a dit…

Encore moi,
je préfère leur premiers LP; green onions,soul dressing,and now,hip hug her,mais c'est toujours Booker T, alors...rien à dire.
Patsoul

LinkWithin

Linkwithin