10 janvier 2009

THE FLAMING LIPS : She don't eat jelly


Acquis chez Rough Trade à Paris vers septembre 1994
Réf : W0246 -- Edité par WEA International en Angleterre en 1994
Support : 45 tours 17 cm
Titres : She don't eat jelly -/- Turn it on (Bluegrass version)

On trouve sur ce 45 tours deux des très bons titres de mon album préféré des Flaming Lips, Transmissions from the satellite heart et d'ailleurs la seule raison qui m'a poussé à acheter ce 45 tours alors que j'avais déjà l'album en CD depuis l'année précédente c'est qu'on y trouvait en face B une version inédite de Turn it on.
She don't use jelly reste le plus grand succès commercial en single des Flaming Lips et ce succès est la fondation qui leur a permis depuis de mener la carrière que l'on sait, qui n'en a pas fait des superstars globales mais qui les a rendus suffisamment populaires pour s'offrir des petites folies comme Zareeka (oeuvre expérimentale en quatre CD à jouer simultanément) ou le tout récent film Christmas on Mars. J'imagine que les Flaming Lips, comme beaucoup d'autres groupes alternatifs américains, peuvent remercier Nirvana de leur avoir ouvert les portes qui leur ont permis de toucher un large public. She don't eat jelly n'a rien de grunge, c'est plutôt une bizarrerie pop psychédélique à rapprocher du Pink Floyd de See Emily play ou Apples and oranges, mais sans Nirvana, probablement pas de contrat chez une major pour les Flaming Lips et donc aucune chance de faire une apparition historique dans la série Beverly Hills pour y mimer en play-back cette chanson (Le seul intérêt de la chose c'est la juxtaposition du dialogue des acteurs avec les paroles quand même légèrement décalées de la chanson, qui décrivent trois personnages, une fille qui fait des toasts à la vaseline, un gars qui se mouche dans des magazines et une fille qui se teint les cheveux aussi souvent que Cher, mais en utilisant des mandarines !).
La version "Bluegrass" de Turn it on a été enregistrée avec des membres des Butthole Surfers et de Firehose (A l'époque, je n'imaginais que je serais un jour intéressé par de vrais disques de Bluegrass...). On a l'impression que l'enregistrement s'est fait live en studio, ce qui pourrait expliquer que les voix sont mixées assez faiblement. La version est sûrement dite "Bluegrass" parce qu'un banjo est présent quasiment tout le temps et qu'il y a une bonne grosse basse, mais la guitare électrique solo a un son typiquement Butthole Surfers. A la fin, on a l'impression que le banjo entame les premières notes de Jocko Homo de Devo (à moins que ce ne soit une descente de gamme quelconque, je ne sais pas j'y connais rien) avant d'être recouvert par deux minutes de bruit synthétique. La version album de Turn it on a été le deuxième et dernier single extrait de l'album : le clip, réalisé comme la plupart des autres clips des Flaming Lips par le chanteur Wayne Coyne, est très sympa.

En parlant de clips justement, on peut théoriquement voir tous ceux du groupe sur leur site, mais ça ne marche pas avec mon ordinateur.
Par contre, on peut voir ici une version live de She don't use jelly (plus un autre titre, Moutainside) enregistrée en 1994 pour le Jon Stewart Show.
On peut télécharger ce 45 tours chez Circa 45, un blog fort proche dans l'esprit de Blogonzeureux!, qui semble malheureusement en sommeil.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin