18 janvier 2009

THE WATTS 103rd STREET RHYTHM BAND : Till you get enough


Acquis sur le vide-grenier de la rue de l'Hôpital à Epernay le 2 novembre 2008
Réf : WV 51128 -- Edité par Warner/Vogue en France en 1969
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Till you get enough -/- Light my fire

Pour avoir ce disque, il m'a fallu de la persévérance et un peu de chance...
C'était sur le premier stand où j'ai acheté des disques ce jour-là, juste avant de tomber sur le Jeff Beck au second.
La femme avait juste l'équivalent de deux cartons à chaussures de 45 tours et un des premiers disques que je vois, c'est celui-là et je suis tout content : la mention "Spécial Badaboum" aurait pu suffire à m'intéresser, mais en plus je connais le Watts 103rd Street Rhythm Band de Charles Wright depuis que N.W.A. a samplé repris sans le créditer leur Express yourself en 1989. Mais je n'avais jamais vu un de leurs disques !
Las, en sortant le disque de sa pochette, je me rends compte que ce n'est pas le bon. Et au fur et à mesure que je progresse dans les cartons, je repère plusieurs pochettes intéressantes et à chaque fois c'est un autre disque qui est dedans. Il m'a fallu un peu de temps pour remarquer que ces pochettes avaient toutes une demie-étiquette d'écolier collée dessus avec un nom et un titre. Pour le Watts Band, C'était "Alain Patrick Concerto" et effectivement c'était le célèbre Concerto pour un été dudit Alain Patrick qui était dedans.
Là, je me suis dit que c'était mort : ça faisait tellement longtemps que les disques étaient dissociés des pochettes que quelqu'un avait pris la peine de les réétiqueter. J'ai signalé à la vendeuse que nombre de ses pochettes ne contenaient pas le bon disque, mais à 1 € les deux 45 tours, ça ne lui a fait ni chaud ni froid.
J'ai continué à regarder les disques et, à un moment, alors que j'en sortais encore un de sa pochette pour voir si c'était le bon, j'ai remarqué que le titre sur l'étiquette était Light my fire. Une reprise des Doors ça peut toujours être intéressant. J'ai sorti complètement le disque et c'est seulement là que j'ai vu qu'il s'agissait en fait de la face B du 45 tours du Watts 103rd Street Rhythm Band. Bingo !!! J'ai fait un échange pour remettre le bon disque dans la bonne pochette, j'en ai pris un autre pour faire le lot à 1 € (Elle de Santa-Maria, sur la foi de l'époque et de la pochette, mais ça c'est révélé très décevant) et j'avais à peine le temps de me remettre de ma joie que je tombais trente secondes plus tard sur le 45 tours de Jeff Beck !
Ce que je ne savais pas du Watts 103rd Street Rhythm Band, c'est que c'est loin d'être un groupe underground : ils ont eu neuf hits aux Etats-Unis entre 1967 et 1973, Express yourself étant le plus connu. Ce 45 tours est extrait du troisième album, So long, babe.
Pour les besoins du single, Till you get enough a été réduit d'une grosse minute par rapport à la version de l'album. C'est sûrement dommage car c'est un titre qui fonctionne surtout à partir d'un groove, le genre de truc qui met du temps à s'installer. Pour rester en 1969, même si c'est dans des genres différents, ça me fait un peu penser à l'écoute à mon 45 tours de Pharoah Sanders ou à l'Art Ensemble of Chicago sur Comme à la radio de Brigitte Fontaine et Areski.
La version de Light my fire surprend au premier abord car il n'y a pas du tout d'orgue. Elle est très alanguie par rapport à la version des Doors, presque un peu bossa, avec basse, guitare acoustique et banjo dans la première partie. Les cuivres et la guitare électrique entrent en jeu ensuite. Une réussite.

De très nombreux extraits de chansons du groupe sont en écoute sur le site officiel de Charles Wright.
De nombreux titres, dont les deux faces de ce 45 tours, sont en écoute en intégralité sur Music Me.

1 commentaire:

patsoul a dit…

Re salut,
sur leur 1° LP figure les deux titres que je préfère "spreadin honey" et "fried okra",à noter que "spreadin honey" était sorti en single US sur Mosoul sous le nom des Soul Runners.
Amitiés
Patsoul

LinkWithin

Linkwithin