16 août 2008

MELO : L'oiseau tombé du nid


Acquis chez Emmaüs à Bouguenais le 6 août 2008
Réf : EPL 8637 -- Edité par Vogue en France en 1968
Support : 45 tours 17 cm
Titres : L'oiseau tombé du nid -- Les clochers de Paris -/- Fleur du pavé -- Les cheveux gris

C'est bien sûr pour sa superbe photo de pochette que j'ai choisi ce disque.
A cette époque, Vogue, dont les têtes d'affiche étaient Jacques Dutronc, Pierre Perret et les Charlots, a tenté de lancer Mélo, un pseudo assez bien trouvé pour quelqu'un placé sur le créneau de la jeune chanteuse néo-réaliste, dans la lignée de celles que citent les notes de pochette, Fréhel, Berthe Sylva et Piaf. Vogue essayait peut-être ainsi de capitaliser sur la vague de nostalgie qui lui avait amené un grand succès avec le Riquita de Georgette Plana.
D'après ce que j'ai pu constater, Vogue a dû sortir au moins deux EP et sûrement un 45 tours de Mélo, celui-ci étant probablement le tout premier.
Bon, côté disque, on ne peut pas dire que ça fonctionne. Pourtant, tous les ingrédients ont été réunis pour un succès du genre. Il y a une équipe de choc avec Fernand Bonifay, un grand auteur-compositeur de la chanson française, qui co-signe les quatre titres du disque, et l'orchestre est sous la direction de Guy Boyer, dans le CV duquel on retiendra surtout les arrangements pour l'album de reprises des Beatles de Cathy Berberian.
Seuls des grands thèmes de la chanson réaliste sont abordés : l'orphelin, Paris, la rue, la vieillesse, pourtant on a du mal à y croire. Peut-être qu'à vingt-quatre ans Mélo n'avait pas encore la voix assez attaquée par la vie pour donner corps à ces chansons, sans grande âme il faut le dire.
S'il y a une chose qui m'intrigue avec ce disque, c'est qu'il est sorti en 1968. Alors, de deux choses l'une : soit il a été enregistré avant mai 1968, soit après. J'ai du mal à imaginer que ce soit après, tellement ce disque et sa pochette, avec les marguerites accrochées à la robe et à l'oreille de Mélo, semblent loin de l'ambiance de soufre des événements de l'année. A moins qu'il ne soit un exemple précoce de la Réaction et du retour à l'Ordre.
Non, je pense plutôt que ce disque, qui respire l'innocence plus que le mélodrame de la rue, a été enregistré avant mai 1968, et je me plais à imaginer à quoi il aurait pu ressembler l'année d'après, si les idéaux et la folie de mai 1968 avaient par contagion touché Mélo.
Au lieu d'une histoire d'orphelin, L'oiseau tombé du nid raconterait celle d'un jeune bourgeois qui quitte sa famille pour rejoindre une communauté en Ardèche. Les clochers de Paris deviendraient Les clochettes de Krishna. La fleur du pavé serait bien sûr La fleur de pavot et la robe de Mélo serait recouverte de fleurs psychédéliques. Pour Les cheveux gris, facile, ils seraient devenus Les cheveux gras (et longs), Vogue ayant une longue expérience avec Antoine des polémiques liées à la longueur des cheveux.
Enfin bref, plutôt qu'une bête néo-chanson réaliste, si Vogue avait tenté de lancer une vague de chanson réaliste hippie, ça aurait peut-être mieux marché !!

6 commentaires:

Anonyme a dit…


et oui j'ai bien enregistré ce disque en 1968.
ravie de pouvoir vous le confirmer.

Mélo

Anonyme a dit…

je précise Mai 1968 ,

Mélo

Pol Dodu a dit…

Bonjour Mélo,
Merci pour ces précisions.
Je serais curieux d'en savoir un peu plus sur l'enregistrement de ce disque et votre parcours dans la chanson après sa parution...

Anonyme a dit…

bonjour, lorsque j'ai enregisré ce disque j'étais déja dans le metier depuis plusieurs années je chantais dans les cabarets rive gauche des chansons de ma composition et d'autres puis l'été je faisais la manche sur la côte, c'est là que j'ai rencontré Fernand Bonifay,qui m'a proposé de faire autre chose tout a fait en dehors du temps,j'ai décidé après un mois réflexion d'accepter.
il m'a fait travailler chez lui durant une année avant de présenter une maquette chsz vogue,et le disque s'est bien vendu,il y en a eu plusieurs autres.
j'étais dans la cour des grands mais pas a ma place d'artiste éprise de liberté
nous nous sommes séparés a
l'amiable avec Fernand et j'ai repris le chemin des cabarets ,avant de me projeter
dans un autre domaine.
Mais ça c'est une autre histoire Mélo
mais ça c'est une autre histoire Mélo

Pol Dodu a dit…

Bonjour Mélo,
Merci beaucoup pour votre témoignage !

Anonyme a dit…

c'était un plaisir pour moi,un petit air de nostagie c'est sympa quelquefois

Mélo

LinkWithin

Linkwithin