05 août 2008

ZANINI : Le camping


Acquis sur le vide-grenier de Sillery le 27 juillet 2008
Réf : 121 388 L -- Edité par Riviera en France en 1971
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Le camping -/- Ne me dis pas non

Puisque toutes mes recherches ont été infructueuses, il semble bien que mon exemplaire dédicacé de Tu veux ou tu veux pas a définitivement été égaré au rythme des divisions de la discothèque familiale et des déménagements... En tout cas, ce 45 tours-ci confirme mes souvenirs de l'inauguration du magasin B3 de Châlons, vers 1973. Sauf que le mien, s'il avait sûrement été dédicacé avec le même feutre, ne comportait pas d'autocollant B3 au verso.
J'ai trouvé ce disque sur la fin de mon périple à Sillery, à quelques mètres de l'endroit où j'avais acheté un album de John Fahey il y a quelques années je pense.
J'ai un peu surpris la famille qui tenait le stand, et qui était en train de prendre l'apéro, en leur demandant la confirmation que les disques venaient de Châlons. C'était le cas, bien sûr, mais par contre ils ne connaissaient rien de ce Jean-François à qui le disque est dédicacé car c'est un lot qu'on leur a donné pour vendre.
J'imagine que ce disque est sorti pour l'été 71, l'année suivant le grand succès de Tu veux ou tu veux pas. Il est donc dans la lignée des disques de "variétés" du personnage de Marcel Zanini, en parallèle à sa fascinante carrière de jazzman depuis les années 40, avec notamment un séjour à New-York de 1954 à 1958 (Sur ce sujet, les entretiens publiés en CD chez Frémeaux en 2003 sont passionnants).
Dans ce style, Camping est vraiment très très léger. C'est l'habituelle histoire des mésaventures de campeurs, un peu dans la lignée de toutes les comédies au cinéma sur le sujet et, dans la chanson, des Colonies de vacances de Pierre Perret, avec un petit côté Nino Ferrer dans le chant. Mais autant Perret a mis tout son talent et toute sa gouaille dans son grand classique, autant là on a l'impression que tout le monde, des musiciens aux choeurs et à Zanini, applique des recettes et joue un rôle sans vraiment y croire.
La face B est plus intéressante. Son titre, Ne me dis pas non, comme d'autres de Zanini (A quoi tu joues, Je donne ma langue au chat, Hey ! Hey ! Dis dis, Je ne te crois pas,...), semble constituer une réponse à Tu veux ou tu veux pas. Et, comme pour ce tube, l'ambiance ici est très latino et agréable. Voilà un titre qui pourrait justement marcher dans tous les bals de camping : "Ne sois pas comme ça, donne-moi la chance, de vivre avec toi la dernière danse, alors je t'en prie, dis-moi plutôt oui" !

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin