24 novembre 2006

BESERKLEY CHARTBUSTERS VOLUME 1



Acquis chez Assaut à Châlons-sur-Marne vers 1981 & au Record & Tape Exchange de Notting Hill Gate vers la fin des années 1980
Réf : BZZ 401 011 (BSERK 6) & UAS 29858 -- Edité par Beserkley en France en 1977 & par United Artists en Angleterre en 1975
Support : 33 tours 30 cm
11 titres

Les magasins Assaut (il y en avait au moins deux dans la Marne, un à Reims et un à Châlons, mais c'était peut-être une chaîne nationale puisqu'il en subsiste un de nos jours à Guipavas, en Bretagne), c'était exactement ce que sont les magasins Noz aujourd'hui, des endroits où on trouve des déstockages, des fins de séries, des stocks rachetés suite à des faillites.
Le distributeur français du label Beserkley, Sofrason, a dû faire faillite à la fin des années 1970, c'est pourquoi on a trouvé un temps chez Assaut, à 10 francs l'album, la majeure partie du catalogue du label Californien édité en France : Earth Quake, les Rubinoos, Sean Tyla, et surtout les trois premiers albums studio de Jonathan Richman & The Modern Lovers.
A cette époque, je comptais strictement l'argent de mes disques, et je ne connaissais pas bien la musique de Jonathan Richman, ce qui explique pourquoi, au lieu de m'emparer de l'album "Jonathan Richman" de 1976, du "Rock'n'roll with the Modern Lovers" de 1977 ou de "Back in your life" (1979), j'ai choisi de façon assez prudente cette compilation d'artistes Beserkley, onze chansons de quatre groupes, dont quatre de Jonathan Richman. J'aurais pu faire un plus mauvais choix ce jour-là, par exemple prendre un album de Earth Quake ou le "Yachtless" de Sean Tyla, mais de toutes façons, quand j'ai commencé à avoir des regrets de ne pas avoir pris les Jonathan Richman, il était trop tard : le magasin Assaut avait brûlé quelques semaines après ma visite !
Quelques années plus tard, je suis tombé au Record & Tape Exchange sur un exemplaire de ce même "Beserkley chartbusters volume 1" (il n'y a jamais eu de volume 2), qui avait été baissé de deux livres à trente pence faute de trouver preneur, comme c'est la règle dans ce magasin. Je m'en suis emparé, pour avoir une copie de sauvegarde du disque, bien sûr, mais surtout parce que cette édition anglaise sortie la même année que l'originale américaine, 1975, avait une pochette différente.

Il y a quelques bons titres sur ce disque, dont la reprise énergique de "Friday on my mind" et "Mr. Security" par Earth Quake et le très Nick Lowien "All the right reasons" de Greg Kihn (avec Jonathan Richman qui s'invite à la fin en deuxième voix pour des "No no no"), mais il n'y a qu'une seule vraie raison pour qu'on parle encore de ce disque plus de trente ans après sa sortie : on y trouve les quatre premiers enregistrements jamais publiés par Jonathan Richman (Ce n'est pas par erreur que je ne mentionne pas les Modern Lovers : ils ne sont pas crédités sur ce disque. Jonathan y est accompagné par Earth Quake et les Rubinoos pour deux titres chacun).
Et quels premiers pas discographiques ! Ça commence par "The new teller", avec Jonathan en amoureux transi (voir la traduction des paroles ci-dessous). Il y a des claquements de mains, des choeurs, un solo de guitare plein d'enthousiasme adolescent, et c'est bouclé en à peine deux minutes, soit le temps qu'il faudra à Elvis Costello quelques temps plus tard pour nous compter une autre aventure de ces Roméo et Juliette modernes (sur "Mystery dance", Roméo et Juliette essaient de passer à l'acte mais sont bien dépourvus car ils ne savent pas comment s'y prendre).
Ensuite, on enchaîne sur la première version officiellement publiée du classique "Roadrunner" (une version enregistrée quelques années plus tôt avec John Cale paraitra l'année suivante sur l'album "The Modern Lovers" ; Les deux titres figurent sur les deux faces d'un single sorti en 1977, mais c'est la version "Chartbusters" qui est en face A). Sans l'orgue de Jerry Harrison, "Roadrunner" s'éloigne un peu de son modèle "Sister Ray", mais la guitare électrique, les tom-toms de batterie et les choeurs en font une version enthousiasmante.
Le troisième titre de Jonathan Richman, "Government center", date aussi du répertoire des premiers Modern Lovers (une version sera ajoutée en bonus aux rééditions CD de "The Modern Lovers"). On est encore dans la bonne humeur, avec cette histoire d'un Jonathan qui entreprend de mettre de l'ambiance dans la cité administrative de Boston "to make the secretaries feel better when they put the stamps on the letter".
Le quatrième et dernier titre de Jonathan Richman figurant sur cette compilation est une reprise d'un titre doo-wop des Showmen, "It will stand". La légende veut que Jonathan se soit intéressé à cette chanson après que Kim Fowley lui ait indiqué que son idole Iggy Pop l'adorait. En tout cas, cet hymne au rcok'n'roll semble avoir été écrit sur mesure pour lui.

La nouvelle guichetière (Jonathan Richman, 1975)

Tout le monde dans la file à la banque
Sait que j'en pince pour la nouvelle guichetière
C'est tellement clair, je pourrais aussi bien lui dire
Elle lève les yeux vers moi et elle le sait très bien

Et tous les gens dans les files à côté
Ils sourient de ma façon de rougir
Je les laisse me passer, je ne suis pas pressé
J'en pince pour la nouvelle guichetière
Elle lève les yeux vers moi et elle le sait

Ils ne sont que trois dans les autres files
Et si je compte bien la mienne atteint les dix-huit
Pas de problème, je suis au paradis
J'en pince pour la nouvelle guichetière
Elle lève les yeux vers moi et elle le sait

8 commentaires:

Hectorvadair a dit…

Trop fort !
J'étais dans une de mes malles tout à l'heure et me replongeais dans les lp 70's/80's dont ceux de Jonathan Richman, et regardais les notes de pochettes du "original modern lovers" sur Bomp, puis celui chez Beserkely, puis le lp de "Important in your life"..; marrant de lire tes écrits après ça. c'est très agréable et intéressant.
La disco de ce type est dingue, et il me fait trop marrer. Tu as bien fait de traduite quelques extraits, ça permet de montrer son humour. Mon frère à qui appartenait ces disques avait vraiment très bon goût, et je lui en serais éternellement redevable.
Sinon, je garde un super souvenir de "Mary à tous prix" où on le voit dans l'arbre gratter sa petite guitare.. il faudra que je m'achète ce DVD que j'avais adoré. (...)

Pol Dodu a dit…

Hector,
Attention, sur Jonathan Richman j'ai dois me contrôler pour ne pas être intarissable. Alors, si on me lance...
En plus des billets tagués jonathan richman ici, il y a aussi des articles sur Vivonzeureux!.

Charlie Dontsurf a dit…

OUI ! Assaut, c'est ça, je me souviens, il y en a eu un à Caen. Il n'a pas brûlé (bien que ?) mais n'a pas vécu très longtemps. Je me rappelle très bien avoir été dépité en découvrant le stock Sofrason : j'avais déjà tous les JR ! C'est pourquoi d'ailleurs je me pose cette question sur Back In Your Life : existe t'il vraiment dans cette édition française ? Je ne l'avais pas et s'il s'était trouvé dans le bac, je l'aurais pris. En tout cas, j'ai acquis ce jour là cette compilation, le Rubinoos, le Earthquake, que j'ai toujours et que je n'écoute jamais, mais leur version de Friday On My Mind est vraiment excellente et puis la totale de Greg Khin. La déception, d'ailleurs. Faudrait peut être que je retente ...

Pol Dodu a dit…

Charlie,
"Back in your life" a bien été pressé en France avec distribution Sofrason (référence BZZ 401 015). Mais peut-être qu'il ne faisait pas partie des lots qui ont échoué chez Assaut. Je ne sais plus exactement comment j'ai eu mon exemplaire. J'ai aussi une pochette en plus, qu'on m'a offerte, découpée au dos pour en faire un présentoir sur lieu de vente. Cool !

Anonyme a dit…

c'était un Assaut rue du mont d'arene à reims? Je me souviens plus, c'est là où j'ai acheté mes 3 exemplaires de back in your life (2 pour offrir 1 pour moi) et la compil beserkley, 2 exemplaires du second martha & the mufins et ah oui aussi pour essayer un sean tyler, mauvaise pioche pour le dernier . Faut dire qu' à 10 fr pièces....chouvenirs chouvenirs...ph

Pol Dodu a dit…

Oui Philippe, je crois bien que l'Assaut de Reims était rue du Mont d'Arène, mais celui qui a brûlé, c'est celui de Châlons.
Et oui le "Yachtless" du Tyla Gang est largement décevant !

Charlie Dontsurf a dit…

Il reste deux solutions : soit BIYL n'était pas dispo au Assaut de Caen, soit je ne l'ai pas acheté parce que mon frère l'avait déjà (et que sa chambre était juste à côté). Je penche pour la 1ère ; je n'aurais pas raté ça. A 10 FF, impossible !!!! Oui, oui, souvenirs, souvenirs

Pol Dodu a dit…

A lire chez Vice, un long entretien passionnant avec Ernie Brooks.
Je crois que c'est le témoignage direct le plus complet que j'ai jamais lu sur les Modern Lovers première période.

LinkWithin

Linkwithin