29 juillet 2012

BEACH BOYS : Barbara Ann


Acquis sur le vide-grenier de Fère-Champenoise le 29 juillet 2012
Réf : 2C 010-81.969 -- Edité par Capitol en France en 1975
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Barbara Ann -/- Sloop John B

Il aura fallu que j'attende une semaine pour acheter ce disque. Dimanche dernier à Mancy, la vendeuse, une pro qui vend surtout des vêtements mais avait posé un carton de 45 tours à côté de son étal, était occupée avec une cliente, et ça promettait de durer longtemps. J'ai trouvé ce disque parmi le lot de 45 tours sans intérêt que contenait le carton, préparé une pièce d'1 € (j'ai constaté ces derniers temps qu'une pièce de 50 centimes n'est souvent plus suffisante pour acquérir un 45 tours) et j'ai profité d'une pause dans la discussion pour montrer le disque et demander le prix en tendant presque la main pour payer rapidement sans trop gêner. Je me suis vite ravisé quand j'ai entendu la réponse : 2 € le disque, 5 € les 3.
Ce matin, la même vendeuse, avec le même carton, était revenue à des prétentions plus réalistes, puisqu'elle demandait 1 € pour ses 45 tours. Me voici donc avec ce disque qui, comme le It's the same old song des Four Tops et des dizaines d'autres, a été réédité par chez nous à l'occasion du succès d'une reprise en français. La reprise en français, c'est Ma-ry-lène de Martin Circus, un gros tube en 1975, extrait d'un album de reprises.
C'est à cause de la référence à Martin Circus que ce 45 tours m'intéressait. J'ai ces deux titres des Beach Boys en CD et la pochette est particulièrement laide et sans intérêt (ce n'est qu'une fois rentré à la maison que je noté la seule touche "artistique", pleine de goût, du lettrage, la paire de seins qui orne le premier "B" de "Barbara").
Grâce à  ce 45 tours, je peux évoquer Martin Circus en vous épargnant Ma-ry-lène, gros succès dans la famille, après Un accident heureux. Nous avions ces deux 45 tours à la maison. Je ne suis pas sûr d'avoir conservé les exemplaires d'époque, mais il me suffirait d'un seul vide-grenier pour me le procurer, et à moins d'1 € !
Martin Circus est quand même un groupe important pour moi, historiquement. C'est l'un des premiers groupes rock que j'ai vu en concert, avant même Higelin en 1978 : c'était en plein air, au Grand Jard de Châlons, en 1976 ou 1977, sûrement pour le Podium Europe 1 au moment du passage du Tour, ou sinon pour la Foire ou le 14 juillet. C'est aussi la première fois que j'ai eu conscience que certaines chansons pouvaient avoir été enregistrées plusieurs fois par différents artistes, puisque ma mère m'avait expliqué que Ma-ry-lène c'était en fait une "vieille chanson" américaine. Et effectivement, j'ai entendu Barbara Ann à la radio dans ces moments-là et découvert le concept de "reprise" ! Et enfin, en y réfléchissant, je me dis que c'est par Martin Circus que j'ai dû faire la connaissance des Beach Boys, avant la citation d'I get around par Voulzy dans Rockollection.
Martin Circus a essayé de rééditer le succès de Ma-ry-lène (prolongé dans la mémoire collective pendant des années par la pub Babybel) en exploitant le filon Beach Boys : leur 45 tours suivant, Bye-bye Cherry, était justement une reprise d'I get around et l'album de 1977 Rock 'n' roll circus contenait deux titres co-signés par Brian Wilson, Drague party, reprise du Surf city de Jan & Dean, aussi sortie en single, et Danse et tente ta chance (je n'ai pas trouvé le titre original de celui ci).
En tout cas, en creusant un peu, je suis sûr qu'il y a matière pour Charlie Dontsurf (à qui ce billet est bien sûr dédié) et Beachboys.fr Records à concocter un disque en édition limitée de Martin Circus reprenant les Beach Boys.
Allez, on laisse de côté Mar-ry-lène, et on s'intéresse aux Beach Boys et à leur Barbara Ann. Déjà, il faut corriger l'information qui figure sur la pochette : il ne s'agit pas de la version originale de Barbara Ann, simplement de la plus connue. La vraie version originale, par The Regents, est sortie en 1961, et Jan & Dean avaient déjà repris ce titre en 1962 sur leur deuxième album, Golden hits. (Notons que Dean, qui enregistrait dans le studio d'à côté, est présent sur l'enregistrement des Beach Boys).
Barbara Ann n'aurait jamais dû être un tube : c'était le dernier titre de l'album Beach Boys' party !, qui recréait en studio l'ambiance d'une soirée acoustique autour d'un feu de camp. Le groupe l'a enregistré vite fait pour remplir une obligation contractuelle et se donner du temps pour travailler le véritable album suivant, qui allait devenir Pet sounds. Ils avaient pris la peine d'enregistrer aussi un single inédit, The little girl I once knew, mais il n'a pas bien marché et Capitol a décidé de sortir en single Barbara Ann, repéré par les radios, qui a cassé la baraque. Les paroles originales sont tellement au ras des pâquerettes qu'on ne peut pas reprocher à celles de Martin Circus de ne pas les transposer fidèlement.
En face B de ce 45 tours réédité, Capitol France a choisi de mettre Sloop John B. On se demande bien pourquoi car ce n'est ni la face B du single original, ni un gros succès du groupe. La seule explication que je trouve, c'est que c'est la face A du premier single sorti par les Beach Boys après Barbara Ann.
Pour le coup, on est dans le son et la magie Pet sounds et c'est somptueux. C'est une chanson que j'ai connue bien plus tard, d'abord je pense dans cette version des Beach Boys. Depuis, j'en ai écouté bien d'autres, titrées The John B. sails ou I want to go home, mais celle-ci reste ma préférée, avec notamment le vers à double sens dû au seul Brian Wilson, "This is the worst trip I've ever been on".
Et avant qu'on me pose la question, je précise que je suis un peu jeune pour avoir connu les versions en français enregistrées en 1966 par Sylvie Vartan (Mr John B) et par Stone (Fille ou garçon)...


La pochette du EP français original de Barbara Ann.

13 commentaires:

Charlie Dontsurf a dit…

Puisqu'on parle moi. Quel bonheur lors de ma visite du lundi matin sur Blogonzeureux de découvrir ce simple. Je l'ai acquis récemment, tout neuf et pour deux euros, à une convention CIDISC de la Porte de Champerret (Paris). C'est sûr que ce n'est pas un disque qu'on achète pour sa pochette ou pour son contenu. Il n'est plus si facile que ça à trouver et atteint parfois des prix au-delà de la raison.
Pour la reprise par Martin Circus Danse et tente ta chance, je dirais Dance, Dance, Dance. Juste à la sonorité, je n'ai pas la chance (?) de la connaître. Martin Circus, pour moi, c'est Je M'Eclate Au Sénégal, mes premiers émois rock à la télévision. Quant à la compil sur Beach Boys.fr Records, pourquoi pas ?

Anonyme a dit…

Bon, je comprends bien l'humour quand tu parles de ton 1er groupe de rock mais on voit qu'il y une question d'âge qui entre en ligne de compte: pauvre Martin circus, groupe de rock combattant en 69/70 qui retourne sa veste dès le 2ème disque (éclate au sénégal) alors même qu'il était très estimé des rockers français.Alors MC en 78 ça fait mal!
Quant à la face B, je ne suis pas étonné du tout car elle fut un grand succès en france et c'est comique puisque c'est la version de S Vartan qui a le plus cartonné évidemment.
Pour moi c'est clair et ça va pt être te faire bondir (ainsi que charlie) mais même si on me l'offrait je n'en voudrais pas dans ma pile de vynils, même au second degré. Ph

Charlie Dontsurf a dit…

Bon, les Beach Boys, les vrais, enfin les survivants au grand complet, étaient au festival de Lokeren (Belgique) mardi dernier. Les papys font de la résistance. Après avoir sorti en juin dernier un nouvel album bien plus qu'honorable (That's Why God Made The Radio) et qui s'apprécie au fil des écoutes, leurs shows du 50th Reunion Tour sont fabuleux. A Lokeren, ils furent éblouissants. Oh rien de neuf sous le soleil de Flandres, seul un pur bonheur.

Charlie Dontsurf a dit…

Et puis bientôt, commerce oblige, nouvelles compilations, nouvelles rééditions, nouveau coffret ...

Pol Dodu a dit…

Charlie,
Je n'ai pas écouté "That's why God made the radio", et je n'ai pas spécifiquement l'intention de le faire. Par contre, Ph. R. m'a offert la semaine dernière "15 big ones", le "nouvel" album des Beach Boys de 1976. Après une seule écoute (avec seulement 36 ans de retard, donc), mon sentiment est que, à quelques exceptions près, ce n'est pas très bon...

Charlie Dontsurf a dit…

Entièrement d'accord avec toi. Le suivant, Love You, par contre vaut son pesant de cacahuètes. A condition de se faire à la voix éraillé de Brian Wilson et d'aimer les synthés, pas dégoulinants du tout mais plutôt, euh, surprenants. Excellent album, un de mes préférés.
Quant au dernier, il faut se procurer la version vinyle. L'ordre des titres a été changé par rapport au cd, reléguant deux titres dispensables en fin de face 1 mais créant ainsi une face 2 brianesque du plus bel effet. La trilogie finale est sublissime. Rien de nouveau sous le soleil californien mais quand Brian est (assez) bien entouré, il donne encore. Bien évidemment, le son est plutôt mainstream mais, mon Dieu, que c'est beau.

Pascal Delorme a dit…

Celle ci pas mal aussi
http://www.flickr.com/photos/geghege/5733877039/in/set-72157609222692057/

Pol Dodu a dit…

Effectivement. Plus ancienne, plus classique. Rien de génial, mais c'est toujours mieux que la mienne...

Charlie Dontsurf a dit…

Il s'agit du pressage portugais. Un ep. Jetez un œil en bas de la page. Dance For Ever !

Charlie Dontsurf a dit…

Mon rêve réalisé hier au vide grenier des Batignolles, Paris 17, 2ème jour : la totale de Martin Circus reprenant les Beach Boys, en 3 45 tours à 0,40 € pièce. Il va falloir le sortir ce disque virtuel sur Beach Boys.fr Records.

Pol Dodu a dit…

Charlie,
Un rêve ou un cauchemar ? Un accident heureux, en tout cas !

Charlie Dontsurf a dit…

Nous sommes en mesure de confirmer que "Danse et Tente Ta Chance" est bien une adaptation de "Dance Dance Dance" (même si ça fait mal aux oreilles)

Pol Dodu a dit…

Je le découvre aujourd'hui, mais Capitol, comme Martin Circus, avait continué d'exploiter le filon en 1976 avec la réédition de "I get around", avec comme mention sur la pochette "Version originale de Bye Bye Cherry".

LinkWithin

Linkwithin