14 juillet 2012

DAVID BOWIE : Heroes


Acquis par correspondance via Ebay en Finlande en juin 2012
Réf : PB 9167 -- Edité par RCA en France en 1977
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Heroes -/- V2 Schneider

Nous sommes le 14 juillet, Fête Nationale française, et c'est le jour idéal pour brandir drapeau tricolore, cocarde et calicots (ce qui n'est absolument pas dans mes habitudes) et célébrer les héros.
"Heroes" est sans aucun doute la première chanson de David Bowie qui m'a intéressé, vers 1978-1979, spécifiquement dans sa version mixte en anglais puis en français qu'on trouvait sur l'album du même titre. Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai acheté une réédition de l'album, mais j'ai bien fait attention alors de choisir un pressage français avec cette version (la chanson, qui dure plus de six minutes, existe avec le chant tout en anglais et en version mixte anglais/allemand).
Je ne m'y étais jamais vraiment intéressé dans le détail, mais jusqu'à ce que je vois ce 45 tours listé récemment, je n'avais pas conscience qu'il existait une version courte de 3 minutes de "Heroes" avec seulement les paroles en français. J'ai eu envie de me l'offrir et il ne m'a fallu que quelques semaines de guet pour m'en procurer un exemplaire à un prix relativement raisonnable.
Les gens de chez RCA France se sont vraiment lâchés pour fabriquer cette pochette du 45 tours où Bowie "chante en français", qui n'a absolument rien à voir avec celle de l'album correspondant. Sur la photo, Bowie est costumé, maquillé et coiffé de telle sorte qu'on ne peut que penser à une image d'un film. On me chuchote à l'oreille que cette image pourrait être tirée de Just a gigolo, ce qui est fort possible, mais ce qui me gêne c'est que le disque est de 1977 alors que le film n'est sorti qu'en 1978.
En-dehors de la photo, la maquette est une débauche de bleu, de blanc et de rouge. Et les gens de RCA n'ont pas fait les choses à moitié puisqu'ils ont sorti en même temps le 45 tours avec la version en anglais de "Heroes" en profitant, coup de bol, du fait que les couleurs de l'Union Jack sont les mêmes. Ils se sont juste plantés sur un petit détail en omettant de transformer le O de Bowie en cocarde sur la version anglaise.
Musicalement, "Heroes" est une chanson très étrange, très atypique. Elle a été fortement poussée comme single, mais ce n'est pas très étonnant qu'elle ne soit pas devenue un tube pop, même si c'est désormais incontestablement un classique. Il y a sûrement de fortes originalités dans le rythme et la composition, mais ce qui m'a toujours fortement marqué c'est le son, notamment les guitares de Carlos Alomar et Robert Fripp et les bidouillages au synthé et au Chamberlin de Brian Eno. L'article de 2007 de Mojo Making Heroes avance que non seulement le titre mais également la texture de "Heroes" seraient inspirées par le titre Hero de Neu!. Je viens de l'écouter pour la première fois et franchement je n'entends pas le rapport. Ce qui me parait sûr, comme la plupart des productions d'Eno dans ces années-là, c'est que "Heroes" est déjà à 100% de la new wave. J'entends même dans la basse et les synthés un peu de Magazine, et je note que l'un des ingénieurs du son de ce disque, Colin Thurston, a par la suite été recruté comme producteur par le groupe d'Howard Devoto.

Les paroles, écrites tout à la fin du processus de création de la chanson, font beaucoup pour la réussite de "Heroes". Le français de Bowie est à peu près incompréhensible (il parait qu'il s'en sort mieux en allemand), mais ça a son charme, comme pour tant de chansons French, et les choeurs sur le refrain fonctionnent très bien.
En jouant à fond la carte du patriotisme et des héros nationaux pour la pochette, le label a fait un contresens complet par rapport au sujet de la chanson. Les héros de Bowie, des amoureux à l'ombre du Mur de Berlin, sont, au contraire, des héros ordinaires. D'ailleurs, c'est bien souligné par la typographie, les héros de Bowie sont des héros entre guillemets, mais si ces guillemets sont bien présents sur la pochette de l'album et sur d'autres éditions du single, ils ont été oubliés ici.
En face B, V2 Schneider est un autre extrait de l'album. Je n'aime pas tout sur cet album, mais ce titre fait partie de ceux qui, outre "Heroes", me plaisent beaucoup. Et, cette fois, il semble avéré que, outre la référence aux fusées V2 de la deuxième guerre mondiale, les arc-en-ciel de la gravité, le Schneider dont il est question dans le titre soit le Florian de Kraftwerk, même si ce morceau, qui contient certes du séquenceur et un effet vocoder sur la voix, est tout sauf un pastiche du groupe allemand.

Pour ma part, avec le Eno des albums chantés, "Heroes" fait clairement partie des grands titres précurseurs de la New wave. La question du rapport de Bowie à la New wave se posait dès 1977, si on en croit cette publicité parue dans la presse :



2 commentaires:

debout a dit…

J'ai "heroes" en CD "24 bit digitally remastered"... traumatisant ! Je penche pour l'hypothèse selon laquelle le 24 bit en question ayant servi à cette remasterisation (ainsi qu'à une lucrative opération commerciale... la preuve) doit ressembler au premier mixer (presse purée, etc;) ayant équipé la cuisine familiale il y a déjà longtemps ! Tous les mediums aigus sont passés sur le devant du spectre sonore donnant à l'auditeur l'impression d'assister à un passage de V-2 in Berlin, by the wall. Dommage pour "the secret life of Arabia" qui clôt l'album et reste ma chanson préférée de Bowie (avec "young americans" et "let's dance")

Anonyme a dit…

Ben ça a fait l'effet d'une bombe ce disque (le LP), il marquait bien une rupture ou un changement net et c'est bien du côté new wave que ça renvoie.
Pour ce 45t Les types de rca sont tombés dans le piège,en plein dans l'ambiguité du bonhomme avec cette pochette à chier: faut il en rire ou en pleurer?!! Moi j'en voudrais pas chez moi,(par contre c'est le seul LP de Bowie que je supporte.)
Tiens dehors c'est la guerre ça pète dans tout Nantes, bien vu comme timing Dodu!
ph

LinkWithin

Linkwithin