02 juillet 2006

AU PAIRS : Stepping out of line - The anthology


Acquis par correspondance chez Amazon en juin 2006
Réf : CMQDD1338 -- Edité par Castle Music en Angleterre en 2006
Support : 2 CD 12 cm
37 titres

Je me suis fixé une règle assez souple qui veut que j'évite de racheter en CD des disques que j'ai déjà en vinyl. Une règle très souple même : il suffit de regarder mon étagère de CDs de Devo, XTC, Magazine et Costello pour comprendre que je l'enfreins souvent, avec à chaque fois de bonnes excuses : le coffret de Magazine contenait des Peel Sessions inédites, celui de Costello m'a permis d'avoir le fameux "Live at El Mocambo" en plus des trois premiers albums, les Devo étaient en soldes, etc.
Pour me décider d'acheter cette anthologie d'Au Pairs, alors que j'ai l'intégralité de leur production originale, je me suis trouvé tout plein de bonnes raisons : il y a les deux albums en entier, plus des bonus (des singles, des faces B, une session radio, des démos) et le tout est vendu au prix d'un simple CD pas trop cher !
Et qu'est-ce qu'on a au bout du compte ? Un disque indispensable bien sûr pour qui n'a pas les disques originaux et aime des groupes comme Gang of Four et Delta 5, et un CD de plus dont j'aurais pu me passer.
Je m'explique, l'indispensable ici c'est le premier album Playing with a different sex, qu'on retrouve avec le son original, et le seul 45 tours essentiel à y ajouter, le second, avec Diet, digne de figurer sur cet album, et une première ébauche d'un des nombreux sommets de l'album, It's obvious. Les Au Pairs du premier album, c'est le Gang of Four d' Entertainment! avec deux filles et deux gars dans le groupe au lieu de quatre mecs, et une thématique encore plus concentrée sur les politiques de la vie domestique et les relations entre les sexes. Les titres rapides sont réussis, notamment quand les voix de Lesley Woods et Paul Foad se répondent, et les quelques titres un peu plus lents le sont aussi, notamment grâce à la basse de Jane Munro. Leur reprise de Repetition de Bowie (sur l'album Lodger) réussit le même tour de force que celle de Let's dance par M. Ward : le groupe fait sienne la chanson à tel point qu'on l'écoute d'une oreille entièrement nouvelle. Et cette histoire de violence de couple s'intègre tellement bien dans l'album qu'on se pince pour se souvenir que ce n'est pas un original d'Au Pairs mais bel et bien une reprise.
Le premier single, You, a un son beaucoup moins abouti, le même que la session radio, dont le principal intérêt est de nous faire découvrir le bon titre Monogamy, inédit par ailleurs. A l'inverse, le maxi Inconvenience, sorti entre les deux albums, est déjà beaucoup plus produit et moins tranchant que l'album.
Pour ce qui est du deuxième CD, les bonus, principalement des démos de 1983, sont en grande partie dispensables, mais ce n'est pas vraiment une surprise, c'est à chaque fois pareil avec ce type de réédition. Seuls les deux titres enregistrés avec Woods donnent une idée de l'évolution possible du groupe s'ils avaient continué ensemble, mais les deux titres sans elles montrent amplement qu'ils ont bien fait de jeter l'éponge après son départ !
Sense and sensuality n'a jamais eu la même pêche que Playing with a different sex. L'évolution d'un disque à l'autre est du même ordre qu'entre Entertainment! et Solid gold de Gang of Four. La production est plus riche, le groupe est renforcé par une section de cuivres, et même par des synthés (apparemment rajoutés par le label sans l'accord du groupe, d'après les notes de pochette). La voix de Lesley Woods a changé, elle est cassée, peut-être par les plus de 280 concerts donnés en un an. Je crois me souvenir d'un concert retransmis par Bernard Lenoir dans Feed Back peu de temps après la sortie du premier album : Au Pairs avait joué une version de Intact pleine d'énergie, qui aurait eu sa place sur le premier album. Quand Sense and sensuality est arrivé quelques mois plus tard, ce bon titre avait les ailes coupées. Et c'est un peu le cas de tout cet album, avec des côtés jazzy (on n'est pas surpris d'apprendre que Paul Foad est devenu un musicien de jazz renommé). C'est symbolique d'un album qui, outre Intact, contenait pourtant de bonnes chansons, comme Don't lie back, Sex without stress ou Stepping out of line.
Mais la très mauvaise nouvelle qu'on découvre à l'écoute du CD (seul un petit "© 2002" en tout petit dans le livret et l'ordre modifié des titres peut vous mettre la puce à l'oreille), c'est que la version de Sense and sensuality qui est proposée ici n'est pas la version originale sortie en 1982, mais une version remixée sortie déjà une première fois en CD en 2002 ! Et ce qui est insupportable pour qui connait le disque original, c'est que tous les titres, en plus d'être remixés, ont été ralentis !! J'imagine que c'est peut-être le label qui, la première fois, avait accéléré les bandes, mais mes oreilles refusent de s'adapter au nouveau rythme de ce disque, déjà un peu mou du genou à l'origine...
En conclusion, donc, on peut se réjouir que ce soit une version intacte de Playing with a different sex qui est proposée ici. En achetant ce CD, je n'avais pas l'intention de me séparer de mes vinyls d'Au Pairs, eh bien maintenant j'ai une bonne raison de plus de les conserver !!!

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Steeping out of line étant épuisé je me suis rabbatu sur SENSE and SENSUALITY : une grosse déception. Tout a été mouliné. Dire que j'avais pr^té une K7 (gardée précieusement depuis l'époque") de leur premier album à une amie qui a disparu de la circulation....

Pol Dodu a dit…

Je suppose que tu as inversé les titres et que tu veux dire que tu as acheté "Stepping out of line" du fait que "Sense and sensuality" est épuisé. De toutes façons, l'édition précédente en CD de "Sense and senuality", sortie en 2002, était déjà remixée/bousillée ! Je ne garantis pas qu'il existe une version CD conforme à la version vinyl... Il te reste à mettre la main sur un 33 tours, ou à récupérer ta cassette !!

Anonyme a dit…

Excellente analyse de ce disque.

Pas grand'chose d'inédit, Monogamy avait déjà été publié avec une vingtaine d'autres sessions de John Peel auparavant en CD (RPM 1994).

L'intérêt est que ce CD couvre toute la vie du groupe, des premiers morceaux punks à la pop plutôt insipide des derniers.

Le plus décevant est que le remixage tourne carrément au massacre sur certains morceaux de l'album Sense and sensuality.

Ça reste quand même sublime.

LinkWithin

Linkwithin