23 juillet 2006

LES ENDIMANCHES chantent Le jardin potager et La maréchaussée


Acquis chez Vitamine C ou à La Clé de Sol à Reims le 24 août 1987
Réf : BR 005 -- Edité par Bondage en France en 1987
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Le jardin potager -/- La maréchaussée

C'est Raoul Ketchup, un des compères de l'émission Rock Comptines sur La Radio Primitive, qui s'est pointé un soir à l'émission avec ce 45 tours.
Avec l'accordéon en intro et les "hiiii" qui l'accompagnent, il n'a pas fallu 30 secondes pour que Phil Sex et moi-même soyons conquis, et c'était sans compter sur le refrain terriblement accrocheur, "Au jardin potager, où il fait bon aller, où l'on trouve de tout, du poireau et du chou".
Avec leur "burlesque champêtre", comme ils le définissaient eux-mêmes, et leur look paysan, Les Endimanchés faisaient figure d'OVNI chez Bondage et dans la scène alternative française. Je ne vois guère que Pigalle à l'époque pour avoir travaillé autant à partir d'un matériau musical typiquement français. Pour Pigalle, c'était la veine chanson réaliste, pour Les Endimanchés c'était plutôt un croisement de musette et de comique, plus spécifiquement à la Bourvil. D'ailleurs, même si les deux chansons n'ont rien à voir entre elles, on ne peut que penser à André Raimbourg et sa "Tactique du gendarme" en écoutant l'excellente face B du 45 tours, "La maréchaussée", avec son motif de piano qui me rappelle fortement un air connu, mais je n'arrive pas à mettre un nom dessus ! (Ah si, ça vient de me revenir, c'est le "Lac des cygnes" revu et corrigé par Madness...)
Après ce single, Les Endimanchés ont sorti un unique album, avec strictement les mêmes ingrédients, mais sur la longueur leur formule perdait un peu de son charme. Après ça, je n'ai plus jamais entendu parler d'eux, et je les pensais disparus pour de bon depuis des années. Mais je me trompais !
Ça fait quelques semaines que je prévoyais de parler de ce disque ici. Et la semaine dernière, je jetais un oeil sur la programmation du Théâtre de la Manufacture à Nancy pour la saison prochaine, quand j'ai sursauté : il y est annoncé une "sorte de concert" intitulée "Sunday clothes" par Les Endimanchés !! Aussitôt, je me suis dit : Cette compagnie aurait pu se renseigner, ils auraient su qu'un groupe avait déjà utilisé ce nom-là dans les années 80. A moins que ce soit plus ou moins les mêmes. Mais non, pas possible, j'en aurais entendu parler depuis le temps ! Mais si, c'est possible ! La compagnie théâtrale Les Endimanchés, créée en 1993, est le prolongement lointain du groupe musical du même nom, avec au moins un membre commun, Roger des Prés.
En fait, c'est même mieux que ça, puisque Les Endimanchés ont poussé à bout leur concept champêtre en créant en pleine banlieue parisienne, à Nanterre, un théâtre-ferme, "La ferme du bonheur" !!
En tout cas, je sais quel spectacle j'irai voir entre le 10 et le 13 janvier 2007...

PS : Le scan de la pochette a été pompé une fois de plus sur l'excellent site "45 tours de rock français".


Trouvée vide de disque par Dorian Feller au cours de ses pérégrinations, et offerte par lui le 23 octobre 2008, cette pochette est strictement identique à la mienne... sauf bien sûr qu'elle est imprimée en négatif. Je ne l'ai jamais vue dans le commerce.

1 commentaire:

fragnol a dit…

la grande époque du rock alternatif, les endimanchés déboulaient sur leur trotinnette, offrant des fleurs aux passants ensemainés, soulevant leur chapeau tyrolien au passage de jupes frivoles, jetant des sacochées de confetti sur les mômes que nous n'étions plus et qu'ils nous tardaient de revenir, pis il y eut tulaviok de passage en ville avec leurs poupées gonflables, béru en déesse, parabellum à l'arrachée, portées de calibres pondéreux, du bonheur dans la gaine, rien que du bonheur, et de la bière, merci pour les souvenirs

LinkWithin

Linkwithin