08 juillet 2006

DEVO : (I can't get me no) Satisfaction


Acquis au Grand Bazar de la Marne à Châlons-sur-Marne en 1978
Réf : 640 139 -- Edité par Stiff en France en 1977
Support : 45 tours 17 cm
Titres : (I can't get me no) Satisfaction -/- Sloppy (I saw my baby getting)

Encore une fois, difficile de me souvenir de l'ordre dans lequel se sont déroulés les événements qui m'ont conduit à acheter ce 45 tours, dans ce "grand magasin" à l'ancienne qui, comme tous ses congénères à l'époque, avait un rayon disques suffisamment fourni pour que je m'y procure aussi à la même époque le premier 45 tours de Costello, "Less than zero", également chez Stiff. En tout cas, il ya eu les articles colorés avec Devo en tenue nucléaire jaune et les chroniques de disques dans Best et Rock & Folk (lire les articles de Best de mai 1978 ici et de décembre 1978 ), les délires d'Yves Adrien dans R&F sur le növö et la prestation live de Devo à la télé pour l'émission "Chorus" d'Antoine de Caunes.
Toujours est-il que j'ai acheté ce disque et qu'il m'a fortement marqué.
Précisons qu'à l'époque je sortais de ma phase Beatles, mais je n'avais pas eu de phase Stones. Certes, Bruno F. m'avait fait écouté quelques EPs un soir chez lui, notamment "Lady Jane", et je connaissais vaguement "Satisfaction", mais à la limite je connaissais surtout l'extrait qu'en donnait Voulzy dans "Rockollection" !
Donc, à la limite, cette reprise par Devo est quasiment ma "version originale" de "Satisfaction", celle sur laquelle j'ai essayé de déchiffrer et de comprendre les paroles, celle dont j'essayais de reproduire vocalement le rythme bancal - au grand dam de mes copains et de ma famille, surtout mon frère, qui avait le malheur de partager sa chambre avec moi - et celle sur laquelle j'essayais de répéter "babybabybabybabybababybaby" exactement aussi longtemps que Mark Mothersbaugh à la fin du morceau, comme je le ferais aussi plus tard avec les "papapapapapapa" de Lux Interior sur la reprise de "Surfin' bird" par les Cramps.
Non seulement j'ai longtemps savouré la face A de ce 45 tours comme un original, mais en plus j'ai mis des années à en interpréter correctement la pochette ! (et quand je dis des années, je crois que c'est jusqu'à ce que je vois "body bags cover" sur une discographie sur internet !) Pour moi, la pochette représentait des rouleaux de empilés dans un angle de pièce. Je n'avais pas remarqué que le bas des rouleaux était en fait les têtes des membres de Devo, avec un bonnet d'infirmier et un masque, leurs corps étant pris dans des camisoles. Il faut dire que cette pochette est moins puissante que la pochette originale américaine avec Devo en short, chaussettes et seins en plastique et deux femmes en short !!
Je n'ai pas beaucoup parlé de "Sloppy (I saw my baby getting)", avec les parenthèses rejetées pour la symétrie avec "(I can't get me no) Satisfaction" alors qu'elles auraient aussi dues être en tête, et pourtant je l'ai probablement écoutée autant de fois que la face A. Un chroniqueur avait fait référence à une version modernisée de "Brand new cadillac" (à l'époque un vieux titre de Vince Taylor, pas encore une reprise de Clash), et ça se comprend puisqu'il est aussi question ici d'une fille qui achète une voiture. Les paroles ne font que six lignes, mais j'ai quand même passé des années à essayer de comprendre ce que pouvait bien signifier l'expression "She said sloppy I think I missed the hole", et je n'ai toujours pas trouvé ! Je ne sais pas pourquoi, je m'étais persuadé que, vu qu'il s'agissait d'un achat malheureux d'une voiture, cela devait vouloir dire "Je crois que j'ai raté la bonne occas"....!
Ces deux titres figurent dans des version différentes sur "Q: Are we not men ? A: We are Devo", le premier album du groupe, paru l'année suivante. Bizarrement, malgré la multitude de rééditions CD et de compilations de raretés publiée par Devo, ces premières versions, dites versions "Booji Boy", du nom du label de Devo sur lequel ils les ont publiées aux Etats-Unis, semblent très difficilement disponibles en CD : "Satisfaction" figure sur "Greatest misses", une compilation de 1990, et "Sloppy" semble inédite en CD, tout sauf erreur de ma part. Mais bon, les versions de l'album, qui sont facilement disponibles, sont très proches de celles-ci, avec plus de guitares et moins de synthé, il me semble.

PS : Le scan de la pochette vient de cet excellent site.

3 commentaires:

Pol Dodu a dit…

Le dimanche midi, à quinze ans, il fallait parfois s'imposer pour regarder des choses comme ça sur la télé familiale plutôt que La Séquence du Spectateur, mais ça valait le coup !

Charlie Dontsurf a dit…

J'ai été étonné de trouver cet été sur ebay le premier single de Devo édité par Stiff en Angleterre, pochette ouvrante identique à l'US, pour seulement 0,13 €. Cela m'a coûté beaucoup plus en frais de port !

Pol Dodu a dit…

Bonne pioche ! C'est étonnant car les disques de Devo, pas seulement les tous premiers, sont recherchés. Je m'en suis aperçu quand j'ai essayé d'en acheter qui me manquent.
La belle édition de Mongoloid/Jocko Homo chez Stiff, j'ai eu la chance de la trouver pour pas trop cher en Angleterre il n'y pas si longtemps.

LinkWithin

Linkwithin