06 août 2011

CASS McCOMBS : Dreams-come-true-girl


Acquis au Record & Tape Exchange de Notting Hill Gate à Londres le 24 septembre 2009
Réf : RUG324CDP -- Edité par Domino en Angleterre en 2009 -- For promotional use only - Not for sale
Support : CD 12 cm
Titres : Dreams-come-true-girl (featuring Karen Black) - Radio edit -- Dreams-come-true-girl (featuring Karen Black) - Album version -- Minimum wage

Cass McCombs, je ne le connaissais pas vraiment. Pour tout dire, j'avais tendance à l'associer à la scène post-rock américaine, ce en quoi j'avais tort puisque je confondais avec Doug McCombs de Tortoise.
Je ne connaissais rien de lui, donc, mais mon attention avait été aiguisée par les louanges que lui tressent régulièrement Philippe Dumez dans ses différentes publications, notamment les billets Le Cass du siècle et Cass et la voix sur I wanna be your blog (Quels jeux de mots ! Bon, il faut dire que Cass lui-même y incite quelque peu en intitulant son quatrième album, dont ce single est extrait, Catacombs : je suis bien sûr qu'il faut entendre Casstacombs ou quelque chose dans le genre...).
Donc, j'étais sensibilisé et les deux fois où je suis tombé sur des CD promo de Cass McCombs dans la cave chez Record & Tape Exchange je les ai pris. De toute façon, à 10 pence et chez Domino, je pense que je ne les aurais pas laissé passer.
J'ai donc deux extraits de l'album Dropping the writ, That's that et Crick in my neck (des deux, seul le premier a été vraiment commercialisé en single) et ce Dreams-come-true-girl.
A la première écoute, aucun de ces titres ne m'a accroché et j'ai mis les disques de côté. Mais quand Philippe Dumez a remis ça en début d'année à l'occasion de la sortie d'un nouvel album, j'ai réécouté mes disques et cette fois-ci j'ai mieux apprécié Dreams-come-true-girl, titre d'ouverture de Catacombs et seul single extrait de l'album.
Continuant ses facéties habituelles (voir au hasard les Triffids, James Yorkston ou les TV Personalities), le label Domino n'a édité ce single qu'en 45 tours, ce qui ne l'a pas empêché d'envoyer aux médias ce CD,avec une pochette différente de celle du disque mis dans le commerce !
Avec son premier couplet, Dreams-come-true-girl sonne comme un exercice d'écriture de chanson d'amour stéréotypée ("You're not my dream girl, you're not my reality girl, you're my dreams-come-true-girl"). L'instrumentation est épurée (contrebasse, batterie, guitare acoustique et électrique) mais entre le chant de Cass, les choeurs et les interventions vocales de l'invitée vedette, l'actrice Karen Black, la chanson finit par nous gagner au fil de ses cinq minutes. Problème ici avec la version raccourcie pour les radios : comme elle est amputée de ses deux dernières minutes, il ne reste de Karen Black que quelques vocalises en "Hou hou", alors que dans la version complète elle chante quelques vers. Drôle de façon de remercier une invitée !
Les deux chansons ont le même titre, mais Minimum wage n'a rien à voir et n'est pas aussi drôle que le morceau de They Might Be Giants de l'album Flood. Je ne crois pas d'ailleurs qu'il faut s'attendre à beaucoup d'humour dans les disques de Cass McCombs. Là, la chanson n'est pas mauvaise du tout, mais déjà au bout de la deuxième on perçoit les limites du style McCombs : tempo moyen, chant détaché et distancé, on aimerait qu'il se lâche un peu...




La pochette du 45 tours diffusé commercialement. Je n'arrive pas à retrouver le nom de l'acteur, mais j'imagine bien que c'en est un.
Les deux pochettes sont bien plus réussies que celle de l'album Catacombs dont ce single est extrait.

7 commentaires:

debout a dit…

le titre youtubesque est pas mal (même si je trouve, pour ma part, que la femme en cheveux des dernières minutes de la chanson en fait un peu trop, mais bon en ces temps de féminisme exacerbé, restons prudents) ; ça fait surtout penser à beaucoup de choses (ce qui n'est déjà pas si mal, tant de disques ne ressemblant à rien !) qu'on écoutait dès la deuxième moitié des années 80, ces trucs post cow punk en provenance des USA... ou d'Australie ; d'ailleurs, pour rester chez les kangourous (qui n'ont pas d'arêtes, comme aimait à le rappeler Francis Blanche dans son émission radiophonique) et pas trop loin de chez Cass McCombs, je vous conseille de chercher (et de trouver) dans vos pérégrinations et traques musicales le disque de John Kennedy (un autre, forcément) "inner west (greatest bits and pieces")" chez Laughing Outlaws Records, un Cd paru au début de ce millénaire (un bail déjà) regroupant certains de ses titres parus dans les années 80 (et very early 90's), on retrouve ce côté "cow boy distancié" dans les mélodies (il est accompagné par certains membres des Triffids) mais avec un soupçon de production new wave (les 80's toujours) pas piqué des... koalas (histoire de rester dans le ton). Un disque attachant. Il en faut.

Pol Dodu a dit…

Debout,
La femme en cheveux des dernières minutes, c'est justement la fameuse invitée, l'actrice Karen Black ("Five easy pieces"...).
C'est noté pour John Kennedy, dont je n'avais jamais entendu parler. JE vais chercher...
Pour ce qui est des disques avec des membres des Triffids, mon préféré, et l'un des mes cinq ou dix albums préférés chez Creation, est "The man" de Bill Drummond (http://vivonzeureux.blogspot.com/2006/10/bill-drummond-king-of-joy.html).

Pol Dodu a dit…

Ah oui, et dans le style australien Country Or Western, mon chouchou c'est toujours le "Beard" de COW !

Jean-Pierre Moya a dit…

L'acteur sur la pochette, c'est Ernest Borgnine, habitué des rôles de gangsters des années 50 aux années 70 (et 80 et les suivantes aussi: aux dernières nouvelles, il était toujours vivant), quand à Karen Black, difficile d'imaginer qu'il s'agit de la même personne vue dans "Five Easy pieces" et autres films des 60's/70's. Ouch, je ne sais pas qui a fait le plus de dégâts du temps ou du chirurgien esthétique...

Pol Dodu a dit…

Merci Jean-Pierre !
On peut toujours compter sur ton érudition...

debout a dit…

Je ne connaissais pas Bill Drummond (une amie aimait bien KLF à l'époque mais je ne savais pas jusqu'à aujourd'hui que c'était lui) et ignorais donc l'existence de cet avatar de la chose country distanciée (the brechtian country and western ?) ; mais youtube est l'antisèche parfaite pour les gens qui comme moi se sont absentés de certains cours d'Histoire. J'ai donc pu entendre "Julian Cope is dead... i shot him in the head" et ah, ah, ah, c'est excellent... Je n'aurais pas fait le rapprochement avec le "Jonathan Richman goes country" en premier (bien que vous ayez toutefois parfaitement raison)...mais la diction, l'accent du bonhomme Drummond ainsi que la mélodie (pas la production ni les arrangements) du titre me firent penser à Ivor Cutler ! Quoique Ivor Cutler n'aurait jamais tiré dans la tête de quiconque.

Pol Dodu a dit…

Bill Drummond est écossais (comme Cutler) et il force énormément sur son accent tout au long du disque. "Julian Cope is dead" est un bon titre très drôle, mais il y en a plein d'autres que j'aime beaucoup "au premier degré" sur l'album, des instrumentaux "True to the trail" et "Queen of the South" à ma version préférée de "Going back", en passant par I"I believe in rock & roll", "I want that girl", "I'm the king of joy", etc. !

LinkWithin

Linkwithin