20 août 2011

THE MEMPHIS JUG BAND : He's in the jailhouse now


Acquis par correspondance via Amazon en mars 2011
Réf : ACRCD 190 -- Edité par Acrobat en Angleterre en 2003
Support : CD 12 cm
25 titres

Pendant très longtemps, les enregistrements les plus anciens que j'écoutais et qui m'intéressaient remontaient à la deuxième moitié des années 1930. C'était surtout du blues (Big Bill Broonzy, Robert Johnson) auquel j'étais arrivé en remontant la trace d'Elmore James et de son Dust my broom.
C'était déjà pas mal rustique et je n'imaginais pas qu'il y ait des choses plus anciennes susceptibles de m'intéresser. Je ne cherchais pas après d'ailleurs.
Au fil du temps, les choses ont évolué, grâce notamment aux rééditions en CD de chansons comme Le tango stupéfiant de Marie Dubas, et plus Internet se développe, plus on remonte le temps dans la découverte d'enregistrements intéressants. J'ai déjà évoqué ici Geeshie Wiley, il y a aussi Washington Phillips, mais je suis vraiment tombé de ma chaise quand j'ai écouté On the road again du Memphis Jug Band l'an dernier, sur un CD Mojo je crois.
Je me souviens étant tout gamin avoir vu à la télé des images de jug bands et être tout surpris d'apprendre qu'on pouvait faire de la musique avec un cruchon de whiskey, mais c'étaient des images historiques et là non plus je n'avais jamais eu envie de creuser plus loin. Ici, en l'absence de percussions et d'autre basse, le cruchon est essentiel ici. Il fournit le rythme aux autres instruments, harmonica, kazoo, banjo, guitare, violon, mandoline...
Arrivé au XXIe siècle, ce qui m'a surpris et séduit à l'écoute d'On the road again, c'est combien j'ai été capable d'apprécier pleinement cette chanson pour ce qu'elle est, un titre qui s'inscrit pleinement dans ma culture et mes goûts, du titre (qui n'a rien à voir avec la chanson de Canned Heat, le MJB s'est apparemment plutôt inspiré d'un titre de Tommy Johnson de 1928, Big road blues) au style et au son, et cela indépendamment de tout sentiment de nostalgie ou de recherche archéologique. Du coup, j'ai voulu en écouter plus et j'ai porté mon choix sur ce CD pas cher avec une pochette assez sympathique qui, avec 25 titres, propose grosso modo un quart du total des enregistrements du Memphis Jug Band de 1927 à 1934.
Evidemment, tout ne m'a pas fait un effet aussi fort que On the road again, mais dès les premières de Newport news blues en ouverture, une très belle partie de guitare, j'ai été conquis. Je ne vais pas détailler tous les autres titres (s'agissant d'enregistrements dans le domaine public, on en trouve assez facilement en ligne ou sur des CD à prix correct), mais ceux qui m'ont le plus marqué sont Sun Brimmers blues (pour l'harmonica, la cruche, le kazoo, la voix très claire bien en avant et le court "solo" de guitare à une corde), le très beau Stealin stealin', en écoute ci-dessous (il n'y est pas question de vol, mais plutôt de filer, de se faufiler), Move that thing et Jug Band Quartette (même si là le son est un peu pourri, c'est justement et déjà, en 1934, un hommage nostalgique à leur style de "vieille musique" : "It sounds so sweet, oh, you know it's hard to beat, this jugband music certainly was sweet to me").
La seule chanson que je connaissais très bien avant d'écouter le disque, c'est He's in the jailhouse now, et ça renforce encore ma proximité avec la musique du Memphis Jug Band car les versions que je connaissais sont plutôt celles de Johnny Cash ou de la BO de O'Brother et en découvrant celle-ci, datée pourtant du 21 novembre 1930, j'ai l'impression qu'elle aurait pu être enregistrée lors d'une fête ou un bal à Memphis la semaine dernière.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

rapidshare links please merci, man

Pol Dodu a dit…

Désolé, je ne donne pas là dedans. Il y a quelques titres sur l'Internet Archive, sinon il faut chercher, ça doit se trouver, mais pas ici.

LinkWithin

Linkwithin