14 novembre 2009

JACQUES HIGELIN : Pars


Acquis chez Emmaüs à Tours-sur-Marne vers le début des années 2000
Réf : JBPAT 600.219 -- Edité par Pathé en France en 1978 -- Tirage limité - Vente interdite au public - Réservé aux exploitants des juke-boxes
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Pars -/- Denise

Le principe de ce blog c'est que je chronique des disques qui m'appartiennent, en espérant les conserver une fois qu'ils sont chroniqués. Mais en plus de trente ans d'acquisitions de disques, il y en a un certain nombre, très minoritaire certes, que j'ai eus mais que je n'ai plus. Soit que je les ai perdus, donnés, prêtés et pas récupérés. Il y en a même quelques-uns que j'ai été assez bête pour revendre, comme le Physical world EP de The Sound ou l'édition chez Wessex de The odd man out des Teenage Filmstars.
J'avais envisagé à un moment de créer une rubrique spéciale pour parler de ceux de ces disques "disparus" que je regrette, mais j'ai renoncé car j'ai bien assez de matière avec ceux qui me restent ou que j'acquiers au fil du temps. En tout cas, parmi ces disparus, j'aurais fait figurer l'album No man's land de Jacques Higelin, dont ce 45 tours est extrait.
LienHigelin, c'est à part Ange le seul français que je retrouvais presque systématiquement dans les collections de disques des voisins et copains de lycée un peu plus âgés vers 1976-1977. Il était alors peu question des disques de la période Areski-Fontaine, mais les trois albums BBH 75, Irradié et Alertez les bébés étaient présents un peu partout (Et on se repassait le mot : "Oui, regarde, là, au dos de la pochette d'Irradié, c'est bien Louis Bertignac de Téléphone").
Higelin a été important pour moi vers 1978. J'ai écouté les disques des copains, bien sûr. J'ai vu sa prestation dans l'émission Chorus d'Antoine de Caunes. J'ai acheté No man's land à peu près au moment de sa sortie, ce qui est loin d'être anodin car c'est la seule fois que c'est arrivé pour moi pour un album d'Higelin, mais surtout, à 15 ans je n'avais pas les moyens d'acheter beaucoup de disques et No man's land est peut-être l'un des dix ou vingt premiers 33 tours que j'ai achetés.
Encore plus important : le tout premier vrai concert rock auquel j'ai assisté, si mes souvenirs sont bons, est un concert de Jacques Higelin, au Palais des Fêtes d'Epernay, en 1978 je pense, mais peut-être plutôt à l'automne qu'au printemps.
Avant ça, j'avais vu des groupes sur scène, dont Martin Circus, à la Foire-Exposition de Châlons ou sur les podiums d'été d'Europe 1 ou du Tour de France, mais là, pour Higelin, on était partis pour Epernay à quatre ou cinq en 4L, avec un copain qui avait le permis, donc. Je n'en suis plus certain, mais je pense bien que mon copain Bruno était de la partie et que c'est lui qui m'avait entrainé dans cette aventure.
Je ne garde aucun souvenir de la prestation d'Higelin elle-même. Mon seul souvenir précis, c'est avant de rentrer dans la salle. On attendait dehors. C'était sûrement mal organisé car on a attendu longtemps et il y avait beaucoup de monde. Quand enfin le public a pu rentrer un par un en montrant son billet, ça a poussé tellement fort qu'une des portes en verre a éclaté : pas de blessé, mais ceux qui étaient tout près se sont retrouvés avec plein d'éclats de verre dans le dos et le pantalon...
Quant à mon exemplaire de No man's land, je l'ai prêté vers 1980-1981 à l'un des membres du groupe Ouane Brothers Band, sûrement Hervé, le chanteur.
Les Ouane donnaient dans le rock sudiste, à fond, avec drapeau de la confédération en fond de scène et tout. Pour ma part, je n'ai jamais acheté le double live One more for the road de Lynyrd Skynyrd, qui était leur disque de référence, mais j'appréciais vraiment leurs versions de Sweet home Alabama et Free bird (Les Ouane n'ont jamais fait de disques mais ont longtemps joué autour de Châlons, et ils avaient un vrai groupe de fans qui les suivaient), et surtout, j'ai passé un grand nombre de bonnes soirées à faire la fête avec eux dans leur local de répétition, vers Fagnères.
Le groupe n'existe plus depuis longtemps, mais au moins trois des anciens membres du groupe constituent depuis plus de quinze ans la cheville ouvrière de l'association qui organise le festival Les Moissons Rock à Juvigny.
Toujours est-il que mon album d'Higelin, je l'ai réclamé et réclamé pendant des mois, jusqu'à ce qu'un jour, dans la salle à manger de mes grands-parents, deux des Ouane finissent par m'avouer que le pauvre exemplaire de No man's land n'existait plus, qu'il avait été cassé au cours d'une déconnade, en servant de frisbee ou quelque chose de ce genre. Sur le coup, je croyais qu'ils me faisaient marcher, mais non, il a bien fallu me rendre à l'évidence que je ne reverrais pas mon disque...


Ce 45 tours sans pochette, je l'ai acheté surtout parce qu'il était hors commerce.
Pars a été le petit tube de cet album. C'est une chanson que j'aime bien, de l'intro au motif musical au synthé et à l'accompagnement à l'accordéon. Il n'y a que le couplet sur "- Mais, et l'enfant ? - L'enfant ? , mais il est là, il est avec moi" qui m'irrite toujours un peu, avec son côté "Mon fils, ma bataille". J'aime bien aussi la reprise qu'en a fait Grace Jones en 1980 sur l'album Warm leatherette.
Denise, c'est la double face B : cette chanson se trouvait déjà fin 1977 au dos du 45 tours, Jaloux d'un rêve, issu des mêmes sessions que l'album mais qui n'y a pas été inclus (du coup, je ne l'ai jamais entendu). Denise est sur l'album, par contre, et aussi en face B de ce 45 tours réservé aux juke-boxes (Je ne crois pas qu'il y en a eu de version commercialisée).
Denise, c'est Higelin qui fait du rock. Et en général, Higelin qui fait du rock, c'est avant tout du bon vieux boogie auquel il ajoute bien sûr sa touche personnelle, son lyrisme, son abattage, son grain de folie. C'est encore plus évident dans le document ci-dessous, la version live enregistrée lors de la fameuse émission Chorus que j'ai vue à l'époque. Le groupe avec ses trois guitares reste bien sagement aligné à l'arrière pendant que le chanteur fait son grand Jacques, face à un public du Théâtre de l'Empire très surprenant : vu son âge et son attitude, on a bien l'impression qu'il s'agit du public familial de L'école des fans arrivé en avance pour réserver sa place et qui est médusé par cet extraverti.
N'empêche, en y réfléchissant bien, sans trop déconner et sans que les chansons se ressemblent vraiment musicalement, je trouve qu'il n'y a pas si loin dans l'esprit de la Gabrielle de Johnny en 1976 à la Denise d'Higelin en 1977. Est-ce qu'Higelin a voulu s'amuser à décalquer Gabrielle, à la transposer à sa façon ? Est-ce que c'est inconscient ? En tout cas, Johnny a peut-être raté une bonne occasion de faire la fortune d'Higelin en n'incorporant pas Denise à son répertoire, alors que cette chanson aurait très bien pu lui convenir.

PS : Pour être complet, je précise que j'ai récupéré ces dernières années un autre exemplaire de No man's land. Aussi chez Emmaüs, je crois, contrairement à d'autres albums d'Higelin qui m'ont été légués par des amis qui se débarrassaient de leurs vinyls.

Ajout du 30 décembre 2009 :

En rangeant mes archives, je suis tombé sur cet article de L'Union annonçant un concert du Ouane Brothers Band à Châlons le 28 mai 1983, avec une photo du groupe, prise dans une maison à pans de bois typiquement champenoise, mais vu le look du groupe, on pourrait quand même presque se croire dans le sud des Etats-Unis !

2 commentaires:

Chants éthérés a dit…

J'ai écouté pas mal d'Higelin dans les années 80 parce qu'il avait beaucoup de succès et que mes copains en écoutaient énormement mais j'ai découvert sa première période "rock" que tout récemment (grace au site Musicme).

C'est effectivement une sorte de simple boogie super puissant mais il le joue avec tellement de coeur et d'énergie que ça en devient génial. J'adore tout particulièrement son travail pour Brigitte Fontaine notamment "La femme à barbe".

Jerry OX a dit…

Merci pour ce billet sur la période 70's de Jacques Higelin et , plus particulièrement sur l'album "No man's land' . Un très bon disque qu'Higelin ne voulait pas sortir car il ne l'appréciait guère et ...qui fut , grace au succès de "Pars ", "Denise" et Banlieue Boogie blues" un gros succès commercial . Merci pour l'anecdote sur le triste destin de votre exemplaire de "No man's land (un freesbie tout de meme !!) . Super blog !

LinkWithin

Linkwithin