14 juillet 2009

CAPITAL LETTERS : Smoking my ganja


Acquis probablement chez Carrefour à Châlons-sur-Marne vers 1979
Réf : 740.513 -- Edité par Greensleeves en France en 1978
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Smoking my ganja -/- Natty walk

Je ne sais plus comment j'ai connu Smoking my ganja. Peut-être par la radio, ou une cassette compilation d'un copain. En tout cas, si j'ai acheté ce maxi, c'est obligatoirement que je connaissais la chanson avant : à cette époque, je ne misais pas mon argent de poche à l'aveuglette !
A part Steel Pulse, qui ne m'a jamais accroché, je suis assez fan de reggae anglais (ou produit en Angleterre, plutôt), du monument Linton Kwesi Johnson à Misty In Roots en passant par Matumbi, et Smoking my ganja est sûrement l'une des plus grandes réussites du genre.
Ce maxi nous en propose une version discomix de près de 9 minutes, en deux parties comme c'est la tradition. D'abord la chanson elle-même, pas un ska mais un reggae rapide, avec une ligne de basse dynamique, un orgue très présent, un refrain qui reste en tête et des choeurs réussis ("I feel the presence of the wicked"). Puis vient la "version", pas vraiment un dub mais un enregistrement dépouillé d'une grande partie de ses vocaux, mettant en valeur la basse et les percussions. Pas spécifiquement militante comme d'autres titres du groupe, Smoking my ganja raconte simplement l'histoire d'un rasta poursuivi par la police, simplement pour vouloir tranquillement fumer sa ganja ("Venez pas m'emmerder, je fais que fumer ma ganja, eux ils prennent du LSD").
C'est du reggae presque pop, hyper-vitaminé avec une basse élastique : si Capital Letters est arrivé un tout petit peu trop tôt sur la scène pour remporter un grand succès populaire, je dirais qu'il y a au moins un groupe à succès qui fait partie de ses héritiers directs, il s'agit de The Beat.
La face B, Natty walk, est un reggae roots plus classique mais assez réussi également. C'est l'un des titres du groupe que je préfère, avec aussi le très politique pour le coup Do we need a government ? (Tiens, ça me rappelle quelque chose), extrait de leur premier album Headline news, sorti à l'origine en 1979 mais réédité en 2007 pour les trente ans du groupe par leur label Greensleeves avec en bonus les versions maxi des singles de l'album, dont les deux faces de celui-ci.
A noter que, si pour la collection Reggae sun le label français Carrere avait aligné pochette horrible sur pochette horrible, je trouve que pour ce maxi ils ont réussi quelque chose de très simple et très sympa, qui rend assez bien compte de l'atmosphère de la chanson, avec ces rastas qui font des ronds de fumée de ganja en forme de coeur au passage d'une beauté et, petit détail bien vu, le même dessin au verso dans sa version "à colorier".

2 commentaires:

nicobi a dit…

Excellent cet article, j'adore ce groupe et cet album headline news avec des lignes de basse qui tournent. Reggae super entrainant...

En ce qui concerne Steel Pulse je n'ai jamais accroché non plus, par contre Black Roots est un groupe de reggae anglais début 80 bien sympa.

Pol Dodu a dit…

Je n'ai pas exprimé ma pensée hyper clairement dans le billet, mais quand je disais que Capital Letters était arrivé un peu trop tôt pour remporter un grand succès populaire, je voulais dire en fait qu'ils avaient anticipé le revival ska de 2 Tone.
Et effectivement. Dans une lettre à Mojo (n° 195), Jerry Dammers, des Specials, explique que l'idée de de faire du ska lui est justement venue grâce à "Smoking my ganja" de Capital Letters !
Il disait déjà la même chose en 2008 dans une interview à Skarlatine, en donnant plus de précisions.

LinkWithin

Linkwithin