11 juillet 2009

TITI ET SYLVESTRE : Au Mexique


Acquis sur le vide-grenier de Cramant le 5 juillet 2009
Réf : 16 422 -- Edité par Warner Bros en France en 1974
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Titi au Mexique -/- Titi sur la côte

Titi et Sylvestre étaient des vedettes à la maison dans les années 70. Nous aimions les dessins animés et nous faisions tourner un 45 tours en boucle, mais ce n'était pas celui-là : c'était le premier de la série, celui que tout le monde a acheté, le tube de Noël 73 qui était encore en mars 1974 dans le Top 20 du Hit-Parade de RTL (Il faut dire que, à part Gigi l'amoroso de Dalida et une Joni Mitchell visiblement égarée là, la concurrence était particulièrement faible, même si elle comprenait deux ex-Beatles).
Depuis cinq-six ans, j'ai acheté à peu près toute la série des disques Titi, des 45 tours aux deux 33 tours. J'avais même déjà ce Titi au Mexique en 45 tours depuis quelques temps, avec l'autre pochette, pelliculée et au bleu plus foncé, mais il était dans un état déplorable, comme souvent avec les disques pour enfants. J'aurais donc pu sélectionner le disque de mon enfance pour en parler ici, mais franchement les deux faces de ce 45 tours, visiblement sorti pour l'été 1974, que j'ai racheté en très bon état dimanche dernier, ont l'immense avantage de proposer mes deux chansons préférées du duo Titi et Sylvestre. Et puis, en ce jour de grands départs en vacances à la météo maussade, elles donnent à la journée un fort goût de vacances sans avoir à subir les embouteillages.
Si les dessins animés de Titi et Grosminet sont bien sûrs des produits américains de la Warner, cette série de disques est un projet 100% français, pas une traduction ou une adaptation de chansons parues aux Etats-Unis. La pochette originale du premier 45 tours portait d'ailleurs en gros la mention "Titi et Sylvestre chantent en français", plutôt que Titi à la neige. L'instigateur du projet est très probablement l'éditeur Jean Davoust, alors patron des éditions Warner Bros Filipacchi et crédité ici comme producteur. Les voix de Titi et Grosminet sont interprétées par deux grands acteurs, Arlette Thomas et Georges Aminel.
Pour le répertoire, la commande était simple et elle parait évidente quand on écoute l'album d'un bout à l'autre : il s'agissait de s'approprier divers genres musicaux et de coller dessus le schéma habituel des histoires de Titi et Sylvestre : le gros chat veut manger le petit canari, qui finit toujours par s'en sortir.
L'avantage ici c'est que les deux styles musicaux pastichés sont des genres que j'aime bien et que l'ensemble est bien réalisé avec des paroles plutôt drôles. Pour Titi au Mexique, on a droit bien sûr aux mariachis et autres espagnolades. On est plus près de Luis Mariano que du Ring of fire de Johnny Cash ou de Calexico, mais c'est excellent. Pour Titi sur la côte, la pochette a beau être bleue, il est plus question de Tahiti que de la côte d'azur. La guitare hawaïenne et les choeurs sont bien mis en valeur. On est plus proche du Marcel Amont de La polygamie que des productions de Gaston Guilbert, mais c'est toujours drôle et excellent.
Le point commun entre les deux chansons, outre la destination ensoleillée, c'est que Grosminet poursuit Titi de ses assiduités. Officiellement pour le manger, mais à force ça devient ambigu : à la fin de Titi au Mexique, Sylvestre invite Titi à danser et lui dit de se rapprocher, tandis qu'à la fin de Titi sur la côte, il veut l'embrasser !
Ce disque a bien dû se vendre, mais n'a pas eu le succès du premier. A Noël 1974, Warner remettait le couvert avec Tout ce que je veux pour Noël, mais sans toucher à nouveau le jackpot. Faut quand même pas pousser Mémé dans les griffes de Grosminet...

Les deux faces de ce 45 tours sont en écoute dans le radio-blog qu'on trouve dans la colonne de droite ci-contre.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin