21 septembre 2006

The shambolic birth and early life of THE FLAMING LIPS – Catalog sampler


Acquis chez Easy Cash à Cormontreuil le 23 juin 2006
Réf : PRCD RRPRO 270 -- Edité par Rykodisc & Restless aux Etats-Unis en 2005 – For promotion only. Not for sale
Support : CD 12 cm
12 titres

En plus des 45 tours comme celui de Jean-Pierre et Nathalie, j’ai trouvé ce jour-là à Easy Cash, de façon étonnante, plusieurs CDs récents en import à moins de 4 €. C’est bien la première fois que ça m’arrive en plus de dix ans que ce magasin existe.
J’ai mis du temps avant de craquer pour les Flaming Lips au moment de la sortie de leur album "Transmissions from the Satellite Heart" en 1993 (et pour une courte période puisque je n’ai acheté aucun de leurs albums suivants). En effet, à la fin des années 80, au moment où le magasin A la Clé de Sol de Reims profitait chaque année de la traditionnelle braderie de la Quasimodo au mois d’avril pour déstocker des vinyls et faire de la place pour les CDs, je suis revenu un jour avec, dans une pile de trente ou quarante disques à dix francs, les deux premiers albums des Flaming Lips, «Hear it is» et «Oh my gawd !!!». Après une écoute rapide, j’ai décidé sans regret de revendre «Hear it is», et je n’ai gardé «Oh my gawd !!!» que pour une seule chanson, le très psychédélique «The ceiling is bending» (de la vraie musique de drogués !).
Ne cherchez pas ce disque dans le commerce, puisqu’il s’agit d’une compilation hors commerce destinée à présenter à la presse dans un format digeste «Finally the punk rockers are taking acid» et «The day they shot a hole in the Jesus egg», les deux double-albums rétrospectifs qui couvrent la première période des Flaming Lips, de 1983 à 1991.
En tant que tel, ce résumé ramassé en douze titres des débuts des Flaming Lips fonctionne très bien. Certes, les Lips ont beaucoup progressé depuis leurs débuts, mais les titres punks du début fonctionnent plutôt bien, tout comme le medley «Strychnine / Peace, love and understanding», sorti à l’origine sur un single Sub Pop, et mieux en tout cas que les premières ébauches psychédéliques quasi progressives (le pénible «One million billionth of a millisecond on a Sunday morning» s’étend sur plus de neuf minutes).
Mon titre préféré des extraits du premier double album est «Chrome plated suicide», paru à l’origine sur «Telepathic surgery». Les Flaming Lips font de façon évidente référence à Phil Spector via The Jesus & Mary Chain, et tous les ingrédients qui allaient faire leur succès sont déjà présents.
Le second double-album correspond en fait à une réédition de l’album «In a priest driven ambulance» augmenté de démos et d’inédits. Je n’ai jamais eu l’occasion d’écouter cet album en entier, mais il me plairait sûrement beaucoup : tous les extraits présents ici sont bons, y compris les démos, et ma préférence va à «Take me ta Mars» et surtout à l’excellent «Shine on sweet Jesus», mon préféré de ces douze titres.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin