29 janvier 2012

LUNA : Close cover before striking


Acquis par correspondance via Amazon aux Etats-Unis en janvier 2012
Réf : TWA51CD -- Edité par Jetset aux Etats-Unis en 2002
Support : CD 12 cm
7 titres + 2 vidéos

Jusqu'ici, je n'avais aucun disque de Luna, juste un morceau sur une compilation des Inrockuptibles, Superfreaky memories, que j'adore mais je n'avais jamais poussé plus loin mon exploration Lunaire. Et puis, Magnet Magazine, qui reparait depuis peu en version imprimée mensuelle, a sorti une info sur la réédition en téléchargement de deux albums du groupe et de cet EP, Close cover before striking. L'info était accompagnée d'un MP3 à télécharger gratuitement, Teenage lightning. Je suis presque tombé de ma chaise en l'écoutant et, après avoir constaté qu'il y avait en plus sur le disque une reprise de Neon lights de Kraftwerk, il ne m'a pas fallu longtemps pour en commander un exemplaire d'occasion à petit prix.
Close cover before striking est sorti quelques mois après l'album Romantica, et en est en quelque sorte un complément, sonore mais également visuel : s'il y avait un briquet sur la pochette de Romantica, le digipack de Close cover before striking est présenté comme une pochette d'allumettes (le titre étant le message de sécurité qu'on trouve sur ces pochettes). Dans la partie multimédia du CD, on trouve d'ailleurs deux vidéos pour des titres de Romantica : Lovedust, un bon titre pop-rock, juste un cran en-dessous d'une réussite comme Superfreaky memories, et 1995, un petit brûlot punky de deux minutes.
Sur le disque lui-même, on trouve des titres originaux et deux reprises. Teenage lightning est sûrement effectivement le meilleur du lot, une ballade dépouillée, un peu à la Velvet, aux paroles réussies ("I can hypnotize a pancake, I can levitate the Pope, I can make your teacher crazy, 'Cause it's all within my scope"). Les membres du groupe ont d'ailleurs dû penser que cette chanson était trop bonne pour rester confinée sur un disque aussi obscur : Dean et Britta en ont fait une nouvelle version en 2009 sur 13 most beautiful... Songs for the Andy Warhol's screen tests.
L'autre excellent titre original du disque, c'est Astronaut. Celui-là, il n'y a qu'une seule raison pour expliquer qu'il ne se soit pas retrouvé sur Romantica. L'intro rappelle The Cure, Inbetweendays plus précisément, c'est à dire The Cure s'inspirant de New Order, et tout le reste du morceau reprend les éléments caractéristiques du New Order des années 83-87, le chant y compris, mais ça ne m'empêche pourtant pas de l'apprécier.
Les autres titres ne sont pas mauvais non plus. L'instrumental Drunken whistler démarre avec une boite à rythmes et comporte une basse aux accents psychédéliques (on entend une trentaine de secondes de ce titre dans une publicité pour American Express). L'enchaînement avec The alibi est bon, mais je préfère le titre suivant, New Haven comet. 
Waiting on a friend est une chanson des Rolling Stones à la généalogie tortueuse. Jouée dès 1970, le groupe a essayé de l'enregistrer au moment de Goat's head soup, mais elle n'est finalement sortie que sur Tatoo you en 1981. J'imagine que la version de Luna de cette ballade vaguement countrysante est assez fidèle à l'originale.
Pour Neon lights, la principale différence avec Kraftwerk c'est que Luna en donne une interprétation avec des éléments rock (guitare électrique, basse, batterie). Joué ainsi, ça me rappelle la reprise en concert de Radioactivity par Kat Onoma. Une fois de plus, ça montre que la musique de Kraftwerk est d'assez bonne qualité pour être transposée dans tous les styles, du quartette à cordes au groupe de rock.

La réédition en téléchargement de Close cover before striking est en écoute sur Bandcamp, mais je n'arrive pas à insérer le lecteur ici. Les deux vidéos sont remplacées par deux bonus, des reprises de Led Zeppelin et Alice Cooper, mais je conseillerais plutôt de chercher à acheter un CD, qu'on trouve encore pour à peine plus cher que le téléchargement.
Ensuite, je conseille de faire comme moi : commander le Best of Luna de 2006 dans son édition double-CD chez Beggars Banquet (surtout pas le simple CD chez Rhino) : le deuxième CD ne contient que des reprises, dont Neon lights mais aussi Outdoor miner, Thank you for sending me an angel, Dream baby dream, That's what you always say du Dream Syndicate, etc, etc. Miam miam, j'ai décidément plein de goûts en commun avec Luna.




Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin