23 juillet 2011

EMILE DECOTTY & LUC HARVET : Ça (Oh que ça me plait)


Acquis sur le vide-grenier de Fleury-la-Rivière le 17 juillet 2011
Réf : SBV 509 -- Edité par Présence Variétés en France vers 1969
Support : 33 tours 17 cm
6 titres

Il avait plu à torrents une bonne partie de la nuit mais la matinée était certes fraiche mais à peu près sèche. Ça m'a permis de faire la découverte de ce village du vignoble, Fleury-la-Rivière, avec notamment une très belle église romane qui a l'air conservée dans son jus. Le vide-grenier, plutôt petit, était un peu plus bas, dans un lotissement. J'ai eu la chance d'y trouver quelques disques intéressants à plusieurs stands, dont un 25 cm années 50 de musique hawaïenne, mais on va commencer par parler de ce petit disque car il fait partie de ceux pour lesquels l'écoute est à la limite superflue, l'objet qu'on tient dans la main sur le stand se suffisant presque à lui-même.
Déjà, il y a la pochette avec cette photo très réussie d'André Nisak qui capture en plein action l'orchestre de l'accordéoniste Emile Decotty et de l'organiste-chanteur Luc Harvet. Cette pochette met clairement en vedette une anonyme joueuse de tambourin (peut-être également chanteuse ou choriste, mais on ne l'entend pas sur le disque), quasiment un sosie de la Jacqueline Maillan de ces années-là. Mais il y a aussi Emile, avec son accordéon et son sourire, Luc avec sa fine moustache, sa chemise avec une sorte de jabot et son micro effilé, et les trois musiciens derrière, avec de la moustache et du sourire également.
Ensuite, il y a les titres des morceaux. Les jerks en général c'est bien et là il y en a deux, Le jerk militaire (!) et Jerkorama, plus quand même des choses qui intriguent comme Jupe longue ou mini et Tiens ! Y a quelqu'un. Et il y en a encore deux autres, Ça (Oh que ça me plait) et Le petit coolie chinois, car ce disque a la particularité d'avoir la taille d'un 45 tours mais de tourner en 33 tours, ce qui permet d'y caser six titres faisant chacun deux à trois minutes.
Autre intérêt de ce disque, la présence de Luc Harvet, un organiste que j'ai justement mentionné pour la première fois ici il y a quelques jours à peine, dans la chronique du 45 tours des Requins, un groupe qui a eu l'occasion de l'accompagner sur disque.
Ce qui ne gâte rien, c'est qu'à l'écoute du disque je n'ai pas été déçu. On a droit en fait à six jerks, un seul complètement instrumental (Jerkorama) mais tous les autres commencent par une moitié instrumentale avant le ou les couplets chantés par Luc Harvet. S'agissant de jerks à l'orgue et à l'accordéon ne se prenant pas au sérieux, et vu l'époque, on se situe dans un triangle constitué par Les Charlots (Tiens! Y a quelqu'un, Le jerk militaire), Nino Ferrer (Le petit coolie chinois) et Jacques Dutronc (Jupe longue ou mini : Dutronc, mais aussi Johnny et Claude François sont mentionnés dans les paroles). Franchement, il y a bien pire dans le style et là ça me fait sourire et danser et je ne demande rien de plus ! Je constate en tout cas que Le jerk militaire vaut bien Le twist auvergnat !
Ce disque, comme celui des Requins, est une production de Francis Baxter. A mon sens, il est principalement destiné à des professionnels du spectacle, soit des animateurs de soirée (d'où les références à la danse dans les paroles) soit des musiciens, comme le disque d'André Verchuren chroniqué il y a quelques mois : le catalogue du label au dos, qui contient d'ailleurs des titres de Verchu, est présenté avec des extraits de partition...

On peut télécharger ce disque chez Moogsensations, où Le petit coolie chinois est aussi en écoute.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin