27 juillet 2011

LES MAXEL'S : Dansez Ou-Lé-Lé


Acquis sur le vide-grenier de la FCPE à Ay le 26 juin 2011
Réf : HFD 1931 -- Edité par Debs en France en 1969
Support : 2 x 45 tours 17 cm
Titres : Dansez Ou-Lé-Lé -- Les Maxel's endiablés -/- Aoua pipip -- Pour la première fois

Voici donc le disque que j'ai acheté à Ay en même temps que le 45 tours de Ti Ken. Les disques, devrais-je dire, car il s'agit là d'un double 45 tours, dans la pochette duquel était même glissé un autre disque des Maxel's (Wight is Wight / M. Zemba), sans sa propre pochette, mais pour 50 centimes il ne faut quand même pas trop en réclamer !
Le luxe de cet album 2 disques et les notes de pochette indiquent clairement que cette parution est un hommage à Jacques Bracmort, l'un des chanteurs des Maxel's, mort à dix-neuf ans en mai 1969. La superbe photo de pochette, prise par Henri Debs lui-même, montre Jacques Bracmort et Pierre Richard, un autre chanteur des Maxel's.



Cette multiplicité de chanteurs s'explique sûrement en partie par l'histoire des Maxel's, qui ont débuté comme groupe instrumental avant d'incorporer différents chanteurs, dont l'haïtien déjà renommé Emile Volel et Christian Zora, qui chante sur Wight is Wight.
Sur ces quatre titres, on a trois chanteurs différents, et trois morceaux rapides aussi.
Jacques Bracmort ouvre le disque avec Dansez-Ou-Lé-Lé, une de ses compositions. Orgue, cuivres, guitare, ce titre de danse on n'est pas éloigné de ce qui se faisait en Afrique à la même époque et fait partie de ces titres antillais qui semblent annoncer le zouk.
Emile Volel sait faire dans le crooner, mais avec un titre pareil, Les Maxel's endiablés est bien sûr un hymne au groupe, chanté sur un rythme de danse enlevé (compas ? contredanse ?).
Pour l'excellent Aoua pipip, c'est Pierre Richard qui est au chant principal. Il n'y a pas d'auteur crédité mais il s'agit probablement d'une reprise d'un titre de 1967 de Nemours Jean-Baptiste et son Super Ensemble, ce même Nemours qui est déjà l'auteur du Désordre musical, la chanson avec laquelle j'ai découvert Les Maxel's.
Le dernier morceau, écrit et chanté par Jacques Bracmort, est un slow, dans la plus pure tradition des années soixante, celle par exemple de ses idoles Christophe ou Adamo. Avec un titre comme Pour la première fois, on est en droit de s'attendre à une chanson d'amour, comme il a eu l'occasion d'en interpréter sur d'autres ballades (C'est pour toi que je chante, Donna mon amour, Je t'aimerai), mais pas du tout. De façon assez surprenante, Jacques Bracmort commente ici son statut de chanteur :

Pour la première fois, j'affronte le grand public
Et moi je crains déjà qu'il me critique
Pour la première fois, je joue mon avenir
Et moi je ne sais pas si l'on va m'applaudir
Si non, je m'effacerai à jamais pour oublier
Si oui, je triompherai et ne vivrai que pour chanter
Car cette foule immense m'attend impatiemment
Et demeure en silence jusqu'à l'heure du jugement
Pour la première fois, je domine la grande salle
Et c'est parti, déjà, je donne un récital
Public, fais ton devoir, et juge-moi sans indulgence
Public, fais ton devoir, et rassure-toi, je te fais confiance

Sachant que le jeune homme qui chante était mort avant même qu'elle soit commercialisée, je trouve cette chanson particulièrement poignante. Et avec le recul, certaines expressions ("mon avenir", "à jamais", "vivrai, "l'heure du jugement") ont une résonance particulière.
En 1988, à l'initiative d'Al-Brack (Alain-Claude Bracmort, le frère de Jacques il me semble), l'album Hommage à Jacques Bracmort a été édité, avec huit reprises de son répertoire.
Il existe au moins deux CD de Jacques Bracmort. Celui de 2005 dans la série Nostalgie Caraïbes ne compte que sept titres. Dans la même série, il vaut mieux lui préférer L'intégrale Jacques Bracmort, parue en 2006, qui compte seize titres (dont Aoua pipip avec Pierre Richard au chant principal, ce qui signifie que trois des quatre titres de ce double 45 tours sont sur le CD).

L'Hommage à Jacques Bracmort et l'Intégrale Jacques Bracmort sont en vente sur le site Antilles-Mizik, où l'on peut écouter de larges extraits de l'intégrale.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin