02 mai 2010

MEMPHIS SLIM : Clap your hands

<
Acquis sur le vide-grenier de Oiry le 2 mai 2010
Réf : 6 832 016 -- Edité par Fontana en France vers 1970 -- Offert par Antar
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Clap your hands -/- So lonely

Entre la pluie de la fin de nuit et la grêle de l'après-midi, le vide-grenier de Plivot ce matin était un peu gris et délaissé. J'ai croisé en arrivant Dorian Feller qui rafle généralement pas mal de bons disques et qui là n'avait trouvé que peu de choses à son goût. Je m'attendais donc à repartir les mains vides et ça a bien failli être le cas, mais juste avant la fin de mon parcours, sur le stand d'un couple qui avait peut-être 150 45 tours de variétés peu intéressants à 50 centimes, je suis tombé sur ce disque que je recherchais depuis un ou deux ans en fait. Je suis donc bien content !
Je ne sais plus dans quel ordre les choses se sont faites. Peut-être que j'ai déjà vu quelque part la pochette de ce disque, que je trouve sympathique (La photo est créditée à X mais il y a fort à parier qu'elle est de Jean-Pierre Leloir) et qu'ensuite j'ai lu la page de Reimspunknroll qui indique que le groupe rémois Les Lionceaux accompagne Memphis Slim sur ce single et sur l'album du même titre, ce que confirme la discographie du groupe. Les Lionceaux ont également accompagné Memphis Slim, mais aussi Chuck Berry, sur scène en 1966.
Certes, j'aurais pu tomber sur le EP sorti en même temps que l'album en 1965, ou sur la première réédition en 45 tours de Clap your hands en 1969, voire même sur le CD actuellement disponible, mais ce 45 tours distribué dans les stations Antar, comme d'autres à la fin des années 1960/au début des années 1970 des Rolling Stones et de plein d'autres groupes, me va très bien.
Sur le rond central, le genre musical indiqué pour Clap your hands est "Surf-Frug". Faut arrêter de déconner. Clap your hands est un excellent blues-rock rapide, avec de la guitare électrique en solo et une batterie bien en évidence soutenue par des claquements de mains (évidemment). Il est clair que c'est un titre dans l'air du temps, enregistré au moment où les groupes du British blues boom connaissaient un succès mondial.
Pour la face B, je suis pour le coup d'accord avec la mention "Slow-Blues" du rond central. So lonely est plus dans le style habituel de Memphis Slim, avec son piano qui domine et son chant plaintif (presque trop à mon goût).
Si Les Lionceaux accompagnent bien Memphis Slim sur ce disque, ce dont je ne doute pas, ils ne sont pas les seuls. En effet, les crédits donnés sur le site Answers.com, probablement tirés de l'édition en CD de l'album, mentionnent toute une tripotée de noms, dont le vieux complice Mickey Baker à la guitare, qui vivait en France à l'époque, comme Memphis Slim.
C'est bien sûr parce qu'il habitait en France, et aussi sûrement parce qu'il a dû avoir des attaches à Reims, que j'ai eu l'occasion de voir Memphis Slim plusieurs fois en concert. Entre deux et quatre fois, mais je n'arrive pas à rassembler de souvenir plus précis et je n'ai pas d'archives pour la période concernée.
La première fois en tout cas, c'était peut-être à la salle des fêtes de Châlons, en 1979 ou 1980, pour un concert d'une tournée du style American Folk Blues. Memphis Slim était probablement en trio à cette occasion.
La ou les deux dernières fois, vers 1982-1983, c'était dans la galerie commerciale du Clairmarais, au centre-ville de Reims. Il y avait un petit restaurant donnant sur la galerie, et Memphis Slim, qui devait connaître le propriétaire, s'y produisait assez régulièrement. L'entrée n'était pas payante, les repas et les consommations assurant le chiffre d'affaire. Vu mon budget à l'époque, j'ai probablement dû me mettre dans un coin pour profiter du concert sans consommer. J'ai un doute, mais il me semble bien que c'est à cette occasion que j'ai vu Memphis Slim en duo au piano avec un batteur.


Le Ep original sorti en 1965 et une première réédition en 45 tours dans la série Les rois du rock, avec un autre titre de l'album en face B.


L'album original de 1965, avec une photo de la même session et le Rock Rythm' Blues qui sert à cacher le micro !

5 commentaires:

Anonyme a dit…

la photo ne "sonne pas" comme du leloir, mais bon, faudrait un spécialiste. C'est vrai qu'il a joué une foultitude de fois à reims, est ce en lien avec le champagne et les soirées BCBG? Pour moi à cette époque Slim représente le blues propre sur lui, proche du jazz qui convient à un public bien installé dans la vie alors que la déferlante blues était tournée sur la guitare acoustique ou électrique.ph

alex twist a dit…

la face A est cool en effet, par contre je trouve le placement des "claps" assez déroutant!


les Lionceaux ont par ailleurs une discographie très honorable pour un groupe français 60s, leurs reprises sont généralement très valables voir même très bonnes dans certains cas

Anonyme a dit…

Restaurant La Tonnelle, dont ACHI (RIP) était le patron...

LeJeune Ph. a dit…

Je m'appelle Philippe LeJeune, pianiste. Je vivais à Reims fin années 70 début 80, et c'est moi qui ai fait venir Memphis Slim sur Reims plusieurs fois (Grand Théâtre, La Tonnelle ...) et à Charleville et Sedan. J'ai eu le privilège d'enregistrer un album en duo de piano avec lui en janvier 1980 ... J'écumais à l'époque tous les lieux de Reims où il y avait un piano (Boite à Coktails, Picadilly, la Tonnelle, le brigitt's Bar, Salon Degerman ...) et souvent en duo avec le regretté batteur Gérard Frémaux;

les commentaires relevés :
Memphis Slim n'a jamais vécu à Reims comme mentionné dans l'un des commentaires. J'étais au concert de Chalons/Marne mentionné ou Memphis Slim était venu avec le guitariste Mickey Baker. Quant au stéréotype du bluesman qui devrait être un bouseux jouant de la guitare saturée : manifestement un manque de discernement culturel !

Je réside Toulouse depuis 1984, mais ai eu le plaisir de rejouer sur Reims récemment (Cormontreuil en 2014, Café des Artistes 2015), et espère y revenir.

Suivez mon agenda sur : www.philippelejeune.com

Pianistiquement -

Pol Dodu a dit…

Bonjour,
Merci pour votre témoignage et pour ces précisions.
Je savais que Memphis Slim avait eu des attaches à Reims, sans y avoir habité. Je sais maintenant que ces attaches, c'était vous. J'ai peut-être eu l'occasion de vous voir en concert à Reims à l'époque.
Je suis content d'avoir confirmation que Memphis Slim est passé à la salle des fêtes de Châlons et d'apprendre que, si j'y ai bien assisté, j'ai aussi eu l'occasion d'y voir Mickey Baker.
Je mets un lien vers l'information que vous avez publiée dans Jazz-Hot à propos du décès de Gérard Frémaux. Pour le coup, il est né et a vécu à Reims.

LinkWithin

Linkwithin