13 mai 2010

TRIO HILL BILLY'S : Totem dance


Acquis sur le vide-grenier de Mardeuil le 25 avril 2010
Réf : 460 V 144 -- Edité par Ducretet-Thomson en France en 1956
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Totem dance -- Hey Mister Banjo -/- Polly wolly doodle -- My darling Clementine

Parmi mes disques à 10 centimes de Mardeuil, celui-ci est l'un des plus sympathiques. Si j'en crois le tampon au dos, il a appartenu un temps à l'Institut régional de rééducation sensorielle et motrice de Reims.
Le groupe est présenté au dos et sur le rond central comme "Les cow-boys de l'harmonica", ce qui d'emblée le situe entre Les Pinsons, pour le côté cow-boy, et le Trio Raisner pour l'harmonica. Un placement tout à fait cohérent, en fait : ils n'ont pas la qualité comique des Pinsons (Il faut dire qu'ils n'ont pas non plus avec eux Raymond Devos et Francis Blanche) mais ils jouent sûrement aussi bien de l'harmonica que le Trio Raisner, dont je n'ai qu'un 45 tours tardif qui m'avait fort déçu.
La page du site Amour du rock'n'roll dédiée aux cowboys chanteurs français nous apprend que le Trio Hill Billy's était composé de Georges Naudin, son épouse Denise Lanet et le frère de celle-ci Roger Lanet, mais trois des quatre titres de ce disque sont signés Boland (y compris My darling Clementine, il fallait oser, d'autant plus qu'il ne s'agit même pas d'une adaptation en français). D'après Encyclopédisque, il s'agit de Gilles Boland, musicien et chef d'orchestre prolifique, notamment via la série Le disque du jour avec ses Gilles Choeurs.
Le disque commence presque sagement avec Totem dance, un instrumental, à l'harmonica bien sûr, sur un rythme de danse indienne avec des cris de guerre comme dans les westerns.
Par la suite le groupe se lâche plus, il y a du chant, sur un ton parodique/comique, et surtout une instrumentation plus variée avec du banjo (pas seulement sur Hey Mister Banjo), du violon, du piano, un cuivre moqueur, de la contrebasse et même du kazoo.
La face B est plus proche de l'esprit des Pinsons. Polly Wolly doodle s'interrompt brusquement sur un "I forgot the words" et Clementine est un titre commun aux deux disques que j'ai de ces groupes. Si les versions se valent du point de vue de l'interprétation musicale, Les Pinsons l'emportent côté humour grâce à leur sketch sur la prononciation mot "Clementine". Les hoquets dans la voix à la fin de la version du Trio Hill Billy's tendent à faire penser qu'ils connaissaient la version des Pinsons avant d'enregistrer la leur.
Au bout du compte, voilà un disque très agréable d'un groupe qui joue aux cow-boys et aux indiens sans jamais se prendre au sérieux, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas des fans déguisés qu'on peut croiser dans les festivals de musique ou de danse country.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin