06 octobre 2007

IF I COULD WRITE POETRY - A TRIBUTE TO TELEVISION PERSONALITIES


Offert par Wally S. par correspondance en août 2007
Réf : BEAUTY 005 -- Edité par The Beautiful Music au Canada en 2005
Support : 2 x CD 12 cm
32 titres

On sait que les Television Personalities sont un groupe qui, depuis des années, suscite autour de lui un culte de la part de ses fans complètement disproportionné par rapport à son succès public (mais peut-être pas par rapport au nombre d'excellents disques qu'ils ont édités).
On sait aussi que les albums hommage à des artistes réputés, qu'ils soient pilotés par un label ou des fans, sont souvent un peu décevants et, au mieux, suscitent l'envie de retourner écouter les version originales. Parmi les rares exemples d'albums hommage réussis, je pourrais citer le I'm your fan des Inrockuptibles, The bridge en hommage à Neil Young avec notamment le Winterlong des Pixies, This is where I belong en hommage aux Kinks et bien sûr les deux volumes de Can you talk to the dude ? d'Alienor Records consacrés à Jonathan Richman dans les années 1990.
Ceci étant posé, l'expérience prouve que bien souvent la principale qualité des albums hommage c'est de donner envie de retourner écouter les versions originales !
Avec cet hommage aux Television Personalities, The Beautiful Music a vu les choses en grand. En très grand, même. Non contents d'éditer un CD 20 titres avec un CD collector bonus de 12 titres en édition limitée, ils ont annoncé d'emblée qu'il s'agissait du premier volume d'une série qui doit en compter dix ! Dix, on ne sait pas pourquoi, mais le second volume, I would write a thousand words est paru début 2007 et la préparation du troisième est déjà bien avancée (S'ils continuent à suivre le refrain de la chanson If I could write poetry des TVPs, il devrait s'intituler To tell the world that I love you !).
La grande qualité de cette série est que ses concepteurs ne se sont pas contentés de faire appel à des groupes contemporains pour enregistrer ces reprises. Ils ont eu la bonne idée de solliciter également des gens qui, dans le passé, ont eu l'occasion de côtoyer les Television Personalities et ils ont en plus pris le parti de puiser dans le stock de reprises de Television Personalities déjà publiées au fil de ces presque trente dernières années.
Ça nous donne donc un disque assez varié, avec des notes de pochette signées Nikki Sudden, qui propose également une reprise du titre If I could write poetry commencée en 1986 et terminée en 2004, et des citations en exergue d'Ed Ball (The Times et surtout ex-membre des TVP's), Alistair Fitchett et Alan McGee, dont on trouve ici la reprise de Someone to share my life with qu'on trouvait à l'origine sur l'album Songs for the sad-eyed girl de Biff, Bang, Pow ! en 1990. On a également fait appel à Colin Swan, des Direct Hits, auteur en 1984 d'un premier hommage à Dan Treacy sous le pseudonyme de The Open Door, dont une nouvelle reprise de A picture of Dorian Gray figure sur le CD bonus.
Je n'aime évidemment pas tout sur ce disque. Les titres qui ont tendance à me plaîre le plus sont ceux qui sont assez pop et rapides, qui conservent bien la mélodie originale. Il y en a de longues séries enchaînées sur chacun des deux disques, des Baskervilles qui reprennent La grande illusion à Sixtynine And The Continuous People, un groupe italien qui anime l'un des sites consacrés aux TVPs et qui reprend excellemment le très beau The girl who had everything, en passant par le World of Pauline Lewis des Thanes, remix d'un single sorti en France dans les années 90 ou le This angry silence des Two Angry Men.
J'aime également beaucoup la séquence qui propose Stop & smell the roses par Darrell Whitbeck, Diary of a young man par Nick Danger & The DCR (un groupe canadien qui a sorti plusieurs disques chez The Beautiful Music), The dream inspires par The Happy Couple et In a perfumed garden par The Void.
Au bout du compte, on une preuve de la qualité de cette compilation quand on finit par se dire que le titre qui clôt le disque bonus, une version live de Silly girl par les Television Personalities eux-mêmes enregistrée dans les années 90, ne figure pas parmi les meilleurs titres du disque !

If I could write poetry est en vente ici.

4 commentaires:

Rupert Withglee a dit…

"Mauvais titre live des TVP's" c'est presque un pléonasme ! Je dis ça sans aucune méchanceté ; d'ailleurs il est significatif que le seul (?) enregistrement live du groupe, Camping in France, soit un ratage complet...Je ne sais pas ce que tu en penses mais je crois que quand on aime les TVP's, il faut savoir faire le deuil de la scène (entre les dates repoussées ad libitum, puis annulées, et les concerts-catastrophe, bon...). J'ai assisté à mon premier (et dernier ?) concert des TVP's le 2 août 2005 au 100 Club de Londres. Quand Phil Wilson, chanteur des June Brides, et "connaissance" de Dan Treacy, m'a dit qu'il s'agissait d'un des tout meilleurs concerts du groupe depuis plus de 15 ans... je suis resté abasourdi. Et donc, j'ai fait mon deuil des TVP's sur scène.

Pol Dodu a dit…

Rupert,
Même sur disque, les TVPs (ou Dan, plus précisément), c'est pas toujours juste, mais ça fait partie de leur charme.
Mon expériences des TVPs live est différente de la tienne : je les ai vus cinq fois en concert entre le 3 décembre 1983 et le 23 mai 1984. Sauf la dernière fois, ils étaient en quintet, avec Dan, Jowe Head, Jeffrey Bloom, Joe Foster à la guitare et Dave Musker à l'orgue, et honnêtement, c'étaient d'excellents concerts. Même avec un enregistrement pourrave, l'album "Alive in the living room" en témoigne.
La dernière fois, au Moonlight Club, c'était un peu particulier. D'après ce que j'ai compris de ce qui s'est passé ce soir-là, ils attendaient Joe et Dave, qui ne sont jamais venus. J'ai donc probablement assisté au premier concert du groupe dans sa formation en trio classique des années 80...

Rupert Withglee a dit…

oui, j'en suis conscient, c'est une des raisons pour lesquelles j'adore ce groupe - certains des amis que j'ai essayé de convertir aux TVP's, avec des fortunes diverses, ont toujours du mal à apprécier les premiers singles à leur juste valeur. En ce qui me concerne, ils font sans doute partie de mes chansons préférées du groupe, et si je devais établir un top 10 il y aurait à coup sûr '14th Floor', 'Where's Bill Grundy now?', 'Smashing Time', les premières moutures de 'King and Country' et 'I know where Syd Barrett lives', 'The Prettiest girl in the World'... tous en bonne place. Je veux dire : je chéris l'amateurisme des TVP's, parce que par la grâce de Dan Treacy, sa voix au bord de la fêlure, ses intonations cockney, ils arrivent à élever ça au rang des beaux-arts. Derrière, ça joue, même si évidemment c'est limité ; je n'entends pas de fausses notes sur '...And don't the Kids just love it', pas de couacs, sinon des dissonances arty, sur 'The Painted Word'. Le batteur n'est pas John Bonham, le bassiste n'est pas JJ Burnel, mais ce serait franchement mal venu vu la pop glorieusement naïve et mélancolique que jouent les TVP's, non ? Sur scène, je m'attendais à peu près à la même chose que sur disque, donc, mais j'ai dû tomber sur un mauvais soir pour Dan Treacy, qui était sérieusement éméché, et le groupe (notamment Ed Ball à la basse, et même à un moment un des frangins Bennett, présent dans la salle, qui l'a remplacé au débotté...!), ne pouvait pas faire autre chose que suivre ses élucubrations, ils étaient rendus impuissants par ses errements éthyliques... Ainsi, il y a plein de chansons qui ont été écourtées, parce que d'un coup Dan Treacy arrêtait tout bonnement de chanter, par conséquent le groupe continuait un peu puis s'arrêtait aussi au bout d'un fade maladroit, après quelques coups d'oeil inquiets à Dan Treacy. Le pire dans tout ça c'est que globalement, le public avait l'air d'apprécier, mais plus parce que ça les faisait marrer qu'autre chose, comme s'ils étaient venus voir un clown en goguette. Bon, j'ai écrit un article sur ce concert, et sur 'My dark Places', qui est paru dans un numéro du magazine Newcomer l'année dernière (tiens d'ailleurs je ne sais pas si ce magazine existe encore...). Certes c'est le seul concert des TVP's que j'ai vu, du coup je ne peux pas vraiment juger sur l'ensemble de la carrière du groupe... Mais, à titre de comparaison, j'ai un ami (disons : une vague connaissance du ouaibe) qui a été voir Vic Godard le 26 septembre dernier dans un club de Manchester. Bon, Vic Godard, on peut pas dire qu'il chante bien, hein ? C'est pas exactement Sinatra ou Bing Crosby... Il chante même carrément faux, et Subway Sect, notamment sur l'album 'What's the Matter, boy?' (que j'adore, et ça m'étonnerait que tu n'aimes pas ce disque), est à l'avenant : ça joue "léger", mais somme toute, compte tenu du registre et tout ça, ça joue bien, ça ne choque pas. Eh bien là apparemment au concert mancunien c'était exactement ça. Dan Treacy et Vic Godard ont des profils similaires mais des parcours différents, bien sûr ; mais je pense que ce que j'attendais du concert de 2005 à Londres, c'était justement une plus grande adéquation avec ce qu'on peut entendre sur les albums du groupe. Après, il y a un fossé entre '...And don't the Kids just love it' et 'My dark Places', mais c'est un autre débat !

Pol Dodu a dit…

The Beautiful Music poursuit son travail d'hommage aux Television Personalities.
En plus de la série de compilations, toujours en cours, les amis canadiens viennent d'éditer "How I learned to love Television Personalities", un EP contenant 5 reprises par le groupe espagnol The Yellow Melodies. 28 ans plus tard, c'est comme une suite à "The special magic of Dan Treacy" de The Open Door...

LinkWithin

Linkwithin