23 septembre 2007

FELT : Rain of crystal spires


Offert par Creation Records à Londres à l'automne 1986
Réf : CRE 032T -- Edité par Creation en Angleterre en octobre 1986
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Rain of crystal spires -- Gather up your wings and fly -/- I will die with my head in flames -- Sandman's on the rise again

Plus on a de bonnes choses, plus on est difficile...
J'ai toujours été un peu déçu par ce disque. Déjà, je ne trouve pas la pochette très réussie. Lawrence, avec sa tête baissée, a l'air suffisamment morne, mais la maquette, réalisée comme la plupart des pochettes de Felt par Lawrence sous l'intitulé Shangai Packaging Company, est bof bof.
C'est rarement arrivé pour Felt (les deux autres cas sont Mexican bandits et Primitive painters), mais la face A de ce single est directement extraite d'un album, Forever breathes the lonely word, sorti quasiment en même temps . Gather up your wings and fly vient aussi de l'album et, si ces deux chansons sont plutôt très bonnes, aucune des deux n'a le charme ou les qualités d'une vraie face A de single pop. Je ne pense d'ailleurs pas que Forever breathes the lonely word ait contenu un seul titre répondant à ces critères, ce qui ne dévalorise pas pour autant ce grand disque.
Ce qui est plus rageant, c'est que deux chansons comme I will die with my head in flames et Sandman's on the rise again aient été reléguées en face B de ce disque. Je pense vraiment que leur place était, soit sur l'album (elles ont été enregistrées pendant les mêmes sessions, avec la même formation et le même producteur), soit sur un single sorti indépendamment, comme pour Ballad of the band quelques mois plus tôt, même si ça en aurait fait un des disques les plus courts de l'histoire récente, à 3'20" pour le total des deux faces !
Car ces deux chansons sont courtes, et sur un tempo relativement très rapide pour Felt. peut-être d'ailleurs que le groupe les considérait comme pas tout à fait finies : si Gather up your wings and fly s'était arrêtée au bout d'une minute trente, avant les solos d'orgue et de guitare et la répétition du refrain, elle leur aurait beaucoup ressemblé en terme de construction.
I will die with my head in flames a tous les bons ingrédients de l'album : le duel orgue/guitares, les choeurs et surtout les paroles et le chant de Lawrence : "You can keep all your false hopes and I will die with my head in flames. And your face tells me there's something going wrong today, there's something going wrong today."
Sandman's on the rise again a ceci de bizarre qu'elle ralentit au moment du très court refrain, pendant lequel on entend des arpèges de guitare qui rappellent les tous débuts de Felt, puis ça repart de plus belle avec un solo de guitare accompagné de percussions, qui là font penser à Mexican bandits accéléré de 45 à 90 ou 135 tours !

Plus on a de bonnes choses, plus c'est difficile de choisir...
Le 23 avril 1987, avec Philippe R., nous sommes arrivés à Londres pour quelques jours de vacances au cours desquels nous avons notamment enregistré ma reprise de Chernobyl baby.
J'avais repéré de longue date dans le NME un concert de Julian Cope pour ce ce soir-là et les amis de Creation avaient eu l'amabilité de nous faire inscrire sur la guest list.
En arrivant au bureau de Creation, situé au 83 Clerkenwell Rd à l'époque, on nous a refilé le tract ci-dessus, reprenant la photo de pochette de Rain of crystal spires, qui annonçait un concert secret de Felt sous le nom des Scarlet Servants (un des titres de l'album Ignite the seven cannons) pour le soir même, avec Momus en première partie !
Le secret était assez transparent, mais Felt voulait sûrement amortir son déplacement à Londres et ils n'étaient sûrement pas autorisés à jouer un concert officiel en ville la veille même d'un autre concert en tête d'affiche au King's College avec les Wishing Stones et House of Love en première partie.
A l'époque, je n'avais encore jamais vu Momus en concert, mais Julian Cope non plus. Comme bien sûr nous étions invités au concert du lendemain, le choix fut vite fait entre deux bonnes choses : nous irions au concert de Julian Cope le 23 et au concert officiel de Felt le lendemain 24, en espérant éventuellement repasser au Black Horse, situé tout près du lieu du concert de Cope, si celui-ci finissait assez tôt (on n'en a jamais eu le temps).
Aujourd'hui, je regrette un peu ce choix. Certes, c'est l'unique fois où j'ai vu Julian Cope en concert, avec les Faith Brothers en première partie, mais c'était Julian Cope dans sa période Island/St Julian et il a fait un concert très pro et très propre, mémorable surtout pour ses acrobaties sur son pied de micro customisé (une idée reprise à Howard Devoto de Magazine, je crois) et une très bonne et très longue interprétation de Reynard the fox. Et surtout, je regrette de ne pas avoir vu ce concert de Felt, non pardon des Scarlet Servants, et de Momus, dans un tout petit pub, à Londres avec toute la bande de Creation dans le public.

1 commentaire:

Watoo Watoo a dit…

Grrrr, je trouve la pochette très belle. Peut-être est-elle trop mélancolique par rapport aux morceaux, qui sont assez enjoués (pas les paroles, juste la musique!).
La lumière venant de cette fenêtre est belle, elle tombe bien sur le visage de Lawrence.

Et les morceaux sont sublimes.

LinkWithin

Linkwithin