17 septembre 2007

THE CURE : The Cure


Acquis chez New Rose à Paris le 25 février 1982
Réf : pp 5250 -- Edité par Primary Production en France en 1981 ou 1982
Support : 33 tours 30 cm
11 titres

J'ai acheté peu de disques pirates au fil des années, celui-ci, un double-live de XTC de 1980 acquis au moment où il était clair que je n'aurais jamais l'occasion de les voir en concert puisqu'ils venaient d'arrêter les tournées, un autre d'Au-Pairs, édité légalement par la suite, et quelques cassettes de Peel sessions, dont une de Magazine.
The Cure, je n'ai pas eu l'occasion de les voir sur scène au moment où ça m'intéressait, c'est un peu pour ça que j'ai eu envie d'acheter ce live. Après être passé à la télé en extrait de concert fin 79, ils avaient bien joué pas trop loin de chez moi au printemps 1980, mais je n'avais aucune chance de pouvoir y aller. En juin 1980, notamment, il y a eu ce festival en Moselle, à Rettel, avec The Cure et The Clash à l'affiche, mais je ne suis pas sûr qu'il faille avoir des regrets : François B. y était allé et son principal souvenir c'est qu'il pleuvait comme vache qui pisse !
Contrairement à la majorité des pirates, ce disque a deux grandes qualités : une pochette imprimée sur carton retourné très réussie et un son très propre, provenant probablement de la table de mixage. Euh, non une grande qualité et demie seulement : le son est effectivement plutôt bon, sans souffle, mais pour une raison ou une autre la bande a dû tourner trop lentement. Musicalement, ça pourrait presque passer, mais la voix de Robert Smith se retrouve sourde, basse, nasale, à tel point qu'on a l'impression par moments qu'il chante avec le nez bouché et une écharpe devant la bouche.
Evidemment, il n'y a aucune précision sur la date et le lieu d'enregistrement du concert, mais le début de la face B nous donne un indice crucial, puisque Robert Smith dédie une chanson à Simon Gallup en annonçant qu'il va avoir vingt ans dans une demie-heure. Gallup étant né le 1er juin 1960, cela situe le concert le 31 mai 1980, c'est à dire à la Scala d'Herford an Allemagne, selon les discographies pirates de Cure dont celle-ci ou celle-là.
Cette chanson dédiée à Simon et intitulée Happy birthday est d'ailleurs le principal intérêt de ce disque. Loin d'être une pochade où tout le monde chanterait en choeur "Joyeux anniversaire", c'est une vraie bonne chanson, basée sur la même progression d'accord que Three, sur l'album Seventeen seconds qui venait de sortir, avec des paroles pas gaies sur le temps qui passe. Wikipedia nous apprend que, sous le titre Forever, Smith a pris par la suite l'habitude d'improviser des paroles sur cette musique.
L'autre intérêt de ce disque, qui se concentre principalement sur les quatre (4 !) rappels joués ce soir-là, c'est de proposer des versions de titres de Three imaginary boys et des premiers singles interprétées par la formation qui a enregistré Seventeen seconds, avec Simon Gallup à la basse, donc, et Matthieu Hartley aux claviers.
Apparemment, deux titres ont été enregistrés à une autre occasion, une version de I'm cold et une petite curiosité, une reprise de Do you wanna touch me ? (Oh yeah) de Gary Glitter qui permet à Cure de rendre hommage à l'une des idoles de sa jeunesse.

PS : Le disque saute à un moment pendant A forest. Après une enquête rapide, comme je viens de remarquer un petit trou dans la pochette qui tombe pile à l'endroit incriminé du disque, je peux affirmer que le responsable de ce dommage est de la race féline !

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin