20 mars 2007

IAN DURY : Sex & drugs & rock & roll


Acquis chez Hifi-Club à Châlons-sur-Marne en 1978
Réf : 750.004 -- Edité par Stiff en France en 1977
Support : 45 tours 30 cm
Titres : Sex & drugs & rock & roll -/- IAN DURY & THE BLOCKHEADS : Sweet Gene Vincent -- IAN DURY & THE KILBURNS : You're more than fair

Je n'arrive pas à me souvenir si j'ai acheté ce maxi juste avant ou juste après avoir acheté l'album "New boots and panties". En toute logique, c'était avant, car deux des trois titres se retrouvent dans les mêmes versions sur l'édition française de "New boots", mais rien n'est mois moins sûr : même avec un budget des plus réduits j'aurais été capable d'investir dans ce disque uniquement pour l'inédit, "You're more than fair".
Et si c'est le cas, de toutes façons il n'y a aucun regret à avoir car j'adore et j'ai toujours adoré "You're more than fair". C'est un reggae blanc qui vaut bien "Watching the detectives" d'Elvis Costello, avec des cuivres. C'est surtout une chanson des plus sensuelles et explicites qui, un peu sur le même principe que "La minuterie" des Frères Nubuck, raconte la montée au septième ciel d'un couple qui monte l'escalier d'un immeuble, du hall d'entrée ("Laisse-moi te pincer les tétons") au toit, en passant par le palier ("Je veux arracher ta petite culotte en satin"), le grenier, et même les toilettes !
La chanson est créditée à "Ian Dury & The Kilburns" car elle date du premier groupe de Ian Dury. Appréciée par le public, elle aurait dû à l'origine figurer sur leur album "Handsome" en 1975. Finalement, elle se retrouve fin 1977 sur la face B du 45 tours anglais "Sweet Gene Vincent". Il en existe une autre version, dans un arrangement très proche mais avec des paroles légèrement différentes, sur l'album "Wottabunch !", de vieilles bandes sorties par Warner en 1978 pour surfer sur le succès de Ian Dury. Aujourd'hui, "You're more than fair" figure sur les éditions CD avec bonus de "New boots and panties".
Les deux autres titres sont donc les faces A des deux premiers singles de Ian Dury chez Stiff. "Sex & drugs & rock & roll" est devenu un classique. Ou au moins en tout cas son titre. Je ne me souvenais de son petit côté légèrement funky probablement dû au compositeur Chas Jankel.
"Sweet Gene Vincent" est bien comme son titre l'indique, un hommage, très réussi, à Gene Vincent. A chaque fois que je l'écoute, je repense à la blague qu'on a faite plusieurs fois dans des soirées : passer cette chanson, dont la première minute est un slow des plus classiques, et observer l'attitude des couples de danseurs quand la chanson se transforme en un rock endiablé !
Pour célébrer le souvenir de Ian Dury, qui est mort en 2000, sa famille a eu une idée qui me plaît beaucoup. Ils ont fait installer un "banc du souvenir" dans le parc de Richmond, qu'il aimait fréquenter. Quand il n'est pas victime de vandalisme, ce banc, qui fonctionne à l'énergie solaire, permet d'écouter au casque huit chansons et une interview de Ian Dury.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin