13 mars 2007

RAMSAY MIDWOOD : Popular delusions and the madness of cows


Acquis par correspondance chez Miles of Music aux Etats-Unis en février 2007
Réf : [sans] -- Edité par Farmwire aux Etats-Unis en 2006
Format : CD 12 cm
10 titres

Je n'ai pas eu connaissance de "Shoot out at the OK restaurant", le premier album de Ramsay Midwood, au moment de sa sortie. Je crois que c'est un article de Philippe Dumez dans "Plus jamais malade…" qui avait attiré mon attention sur lui. Quelques temps plus tard, j'avais acheté l'édition originale de l'album parue chez Glitterhouse, soldée par le label car le disque venait d'être réédité par la major Vanguard/Warner, avec deux titres en plus.
Par la suite, Vanguard a édité "Undone", un mini-album live (hors commerce ?), et puis plus aucune nouvelle. Visiblement, le conte de fée avec Vanguard s'est arrêté là pour Midwood, puisqu'on le retrouve quelques années plus tard sur un petit label d'Austin, où il s'est installé après l'incendie de son appartement à Los Angeles.
Ce n'est que le deuxième album de Ramsay Midwood, mais on a l'impression de le connaître depuis toujours. De même qu'on n'était pas surpris de noter sur la pochette de son premier CD la présence d'un rond d'usure comme sur les pochettes des 33 tours qui ont été trop lontemps empilées, le son et les chansons de "Popular delusions…" ont quelque chose d'intemporel. On y retrouve toutes les traditions de la musique américaine fondues dans un style tout à fait accessible mais que j'ai beaucoup de mal à définir. Ce n'est pas du folk, pas de la country, pas du blues, pas du boogie, mais un peu de tout ça quand même. Philippe R. me souffle à l'oreille (et il a raison) des références au swamp rock, le rock des marais de Louisiane, et à J.J. Cale, pour l'indolence. Ramsay pourrait aussi être le grand frère de Ben Weaver...
Quant à la voix de Ramsay Midwood, elle est sans âge (je lui donnerais entre 28 et 45 ans d'après les rares photos de lui que j'ai vues). Il me fait souvent penser à Tom Waits, mais un Tom Waits sous Prozac (c'est le titre d'une des chansons de ce disque), moins éructeur et moins beuglard, et parfois aussi un peu à Steve Westfield.
En tout cas, on parle de musique populaire, presque traditionnelle, d'apparente nonchalance aussi, mais il y a un énorme travail d'interprétation et d'arrangements derrière tout ça. Ce n'est pas pour rien que Midwood a passé deux ans à travailler sur ce disque. La meilleure preuve, c'est "Planet Nixon", un de mes titres préférés du disque avec "Jesus is #1". La version qui est proposée ici est arrangée à base d'accordéon, mais le blog Songs:Illinois avait diffusé par erreur l'automne dernier une version avec un arrangement complètement différent, mais tout aussi bon, qui faisait la part belle aux cuivres.
Je ne sais pas trop d'où il tire son inspiration pour les paroles, mais là aussi il y a du répondant aussi. Le titre de l'album, lui, est détourné de celui d'un livre de Charles McKay de 1841, "Memoirs of extraordinary popular delusions and the madness of crowds".

Il y a des liens pour acheter ce disque sur le site de Ramsay Midwood.
La dernière participation de Ramsay Midwood à l'émission "Morning becomes eclectic" de KCRW est ici.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Well totalement, entièrement, pleinement d'accord avec cet article : Midwood c'est pas du petit bois, il est impressionnant.
Un autre texte sur lui : http://www.gonzai.com/ramsay-midwood-au-fond-du-terrain-vague/

LinkWithin

Linkwithin