18 février 2007

BOBBY BARE AND THE FAMILY : Singin' in the kitchen


Acquis dans une boutique caritative à Douvres le 29 juin 2006
Réf : LSA 3198 -- Edité par RCA en Angleterre en 1974
Support : 33 tours 30 cm
12 titres

Je suis tombé sur ce disque le même jour que le Hank Snow, quelques boutiques et quelques centaines de mètres plus loin, et là je n'ai pas hésité du tout à l'acheter, pas seulement pace que celui-ci était vraiment pas cher. Ces disques ont d'autres points communs : ils sont tous les deux sortis chez RCA, à peu d'années intervalle, et Chet Atkins joue sur les deux disques (mais bon, il a joué sur des centaines de disques !).
Il y a quelques années, je ne connaissais pas du tout Bobby Bare, pourtant un grand de la country. Il faut dire que, avant de revenir fin 2005 avec "The moon was blue", il n'avait pas publié d'enregistrement nouveau depuis 1983. Entre-temps, c'est son fils Bobby Bare Jr qui avait remis le nom de la famille sur le devant de la scène avec une série de disques, dont le meilleur est peut-être bien le plus récent, "The longest meow".
Presque toutes les chansons de ce disque sont écrites par Shel Silverstein, qu'on connait surtout en France comme l'auteur du tube "A boy named Sue" de Johnny Cash, mais qui, un peu comme Tomi Ungerer, est en fait aussi bien réputé pour ses livres d'enfants que pour ses nombreuses chansons ou sa longue collaboration comme dessinateur avec Playboy ! Sur ce disque, Bobby Bare a d'ailleurs des intonations qui rappellent souvent Johnny Cash.
En 1973, la première collaboration poussée de Bobby Bare et Shel Silverstein a produit l'album "Sings lullabys, legends and lies", un grand succès, notamment avec les singles "Marie Lauveau" et "Daddy what if", un duo entre les deux Bobby, le plus jeune ayant alors cinq ans. "Singin' in the kitchen" prolonge la formule de "Lullabys...", en insistant sur le côté familial et les chansons pour enfant.
Toutes les formules sont utilisées, du chant groupé en famille et éclats de rire ("Singin' in the kitchen") à Papa en solo ou Maman en solo, en passant par les duos Papa-Maman ou Maman-Fiston ("Where'd I come from", en fait une sorte de "Mummy what if"). Il y a des comptines, des chansons d'amour, des ballades country... Ma préférée est peut-être bien "The giving tree", à l'origine un livre pour enfants de Silverstein paru en 1964, qui réussit presque à me tirer des larmes avec cette histoire d'un arbre généreux qui aide un garçon toute sa vie, même quand il n'est plus qu'une souche et le garçon un vieillard (qui peut toujours se reposer sur la souche).
La bonne humeur est omniprésente, et n'est assombrie que lorsqu'on apprend que la fille aînée de la famille, Cari, qui rit de bon coeur à gauche sur la pochette comme toute la famille, est morte quelques mois seulement après la sortie de ce disque. Un disque qui n'est pas un chef d'oeuvre, mais qui est des plus sympathiques, et qui malheureusement n'a encore jamais été réédité en CD.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Ce disque est exactement celui que je cherche... Ma fille qui avait 6 ans quand nous habitions à New York en 1976 l'écoutait et l'adorait. Elle aimerait beaucoup (et moi aussi) en avoir une copie sur CD. Cela vous est-il possible?
Monette
eMail:monetteroussel@wanadoo.fr

LinkWithin

Linkwithin