11 février 2007

BASEMENT 5 : Silicone chip


Acquis dans un Record & Tape Exchange à Londres en 1983 ou 1984
Réf : 10 WIP 6614 -- Edité par Island en Angleterre en 1980
Support : 45 tours 25 cm
Titres : Silicone chip -/- Chip butty

Island a réédité en CD assez tôt dans les années 80, à prix réduit en plus, l'unique album de Basement 5, "1965-1980", accompagné en bonus de sa version dub, sortie en mini-album juste avant. C'est bien. Sauf que ce disque n'est plus officiellement disponible (même s'il n'est pas rare). Sauf qu'une nouvelle réédition implique, si on en croit la page MySpace officielle de Basement 5, de retrouver les masters dans le maquis Universal et j'imagine de démêler pas mal de questions juridiques. Sauf surtout qu'il ne manque que quelques minutes pour que ce CD, plein jusqu'à la gueule je l'admets, puisse proposer l'intégrale publiée de Basement 5, soit les deux faces du single dont il est question ici, et le "Traffic:dub" paru en face B du 45 tours "Last white Christmas".
Certes, le lien est plus direct entre l'album et sa version dub qu'avec ce premier single isolé qui l'a précédé de quelques mois, mais ce "Silicone chip" méritait beaucoup mieux que l'obscurité à laquelle il est voué depuis plus d'un quart de siècle !
Contrairement à l'album, ce disque n'est pas co-produit par Martin Hannett, et le reggae techno de Basement 5 n'est pas mâtiné ici de guitares punk. C'est une chanson sautillante, presque un ska ralenti (on est en 1980, en pleine folie Two-Tone), entièrement basée sur l'éternelle opposition ancien/moderne à partir d'un jeu de mots sur les puces électroniques ("silicone chips") et le traditionnel plat de fast-food anglais "fish and chips" (poisson et frites).
Souvenons-nous qu'en 1980 les télécommandes pour télés commençaient à peine à se généraliser, et les jeux vidéos à la maison se réduisaient grosso modo à un tennis ultra-stylisé et au Space Invaders. Les PC n'existaient pas. Internet j'en parle même pas. Et pourtant, à l'heure de la mondialisation, à l'ère du numérique, il est facile d'extrapoler pour actualiser le propos de Dennis Morris :
"Silicone chips hate fish and chips; It's the media age, the modern world, moving into the future before we grow old ; Automate machines, remote control, more leisure time for young and old; Automate machines, remote control, to get better control; Plenty of time for us to play all our favourite games; Video discs, computer games"
La face B repart de là où en était resté "Silicone chip", et donne l'occasion à Morris de poursuivre son propos, avec un accompagnement de bruitages électroniques plus présents :
"This is the modern world, silicone chip rules the world; Automatic machine does all the work and the nation relaxes while the machine works; In the media age, the modern world, plenty of time for you to play"
C'est un thème qui a été rabâché et rabâché, mais personnellement, je le rattacherai plus particulièrement au diptyque "Old world"/"Modern world" des Modern Lovers, et surtout au "We have the technology" de Pere Ubu, notament car les bips de Basement 5 me font penser au sifflet de Pere Ubu.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin