17 décembre 2006

HANK SNOW : Tracks & trains


Acquis dans une boutique de la British Heart Foundation à Douvres le 29 juin 2006
Réf : LSA 3045 (LSP 4501) -- Edité par RCA en Angleterre en 1971
Support : 33 tours 30 cm
11 titres

Il fut un très long temps où j'aurais complètement dédaigné un disque de ce genre dans une pile. Je ne connaissais pas la country, et ça ne m'intéressait pas de la connaître. Mais là, à peine arrivé à Douvres, dans ce grand magasin caritatif de la British Heart Foundation qui se prenait presque pour un supermarché, le seul disque que j'ai retenu au prix demandé (3 ou4 € quand même), c'est celui-ci.
Il m'intéressait parce que j'aime bien "I'm movin' on", le classique des classiques de Hank Snow, parce que le disque était en bon état et la pochette pas mal dans son style, parce que les notes de pochette sont signées Johnny Cash et que la production est de Chet Atkins. Mais il ne m'intéressait quand même pas au point que je saute dessus tout de suite pour me le trimballer toute la journée ! Je l'ai donc mis de côté, et suis repassé l'acheter dans l'après-midi.
Avec une discographie qui débute en 1936 dans son Canada natal, et un premier numéro 1 en 1950 avec "I'm movin' on", on se doute bien qu'en 1971 la carrière de Hank Snow entamait sa dernière phase, ce d'autant plus qu'il refusait d'enregistrer une country surproduite et sirupueuse qui était en train devenir la norme. C'est ce qui rend ce "Tracks & trains" tout à fait écoutable : c'est enregistré à Nashville au début des seventies, le son est propre, lui chante très bien, et ne fait peur à personne (c'est flagrant notamment dans la version de "Folsom Prison blues", un peu western, où le "I shot a man in Reno just to watch him die" passe sans aucune menace, comme une lettre à la poste), mais comme on reste dans un style pas trop éloigné du honky-tonk, c'est tout à fait agréable.
Hank Snow est réputé pour ses chansons de voyages, et cet album sur le thème des rails et des trains n'est pass son premier (loin de là !) ni son dernier sur le sujet. Le seul truc un peu pénible c'est ce cliché employé un peu trop souvent de la pedal steel qui joue le sifflet du train.
Il y a plein de chansons que j'aime bien là-dessus, notamment la première, "Duquenne, Pennsylvania", la nouvelle version de "I'm movin' in", une chanson qu'il avait enregistrée en 1961 pour la première fois et qui est plus ou moins la suite de "I'm movin' on", ainsi que "Canadian Pacific" et "The engineer's child" (déjà enregistrée en 1951 !), toutes les deux surtout pour la mélodie et le chant, et "Lonely train" aussi.
Cash ne s'est pas foutu du monde pour les notes de pochette, avec un poème à la gloire de Hank ("My finest work was inspired by Hank Snow") et un texte assez long où il raconte quelques anecdotes, notamment la première fois où il a entendu "I'm moving on", qui sortait d'un juke-box dans une gare... routière.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin