26 janvier 2008

THE CLASH : Train in vain


Acquis à La Clé de Sol à Châlons-sur-Marne en 1980
Réf : CBS 8370 -- Edité par CBS en Europe en 1980
Support : 33 tours 17 cm
Titres : Train in vain -/- Bankrobber -- Rockers galore... UK tour (avec Mikey Dread)

Je tenais absolument à acheter ce single, tout simplement parce que je n'avais pas la chanson Train in vain. J'avais pourtant acheté London calling au Grand Bazar de la Marne dès sa sortie, en décembre 1979, et tout le monde sait que Train in vain est la 19e chanson de London calling, celle que le groupe a enregistrée vers la fin des sessions, celle qu'il a décidé d'inclure dans son double-album alors que la pochette était déjà chez l'imprimeur. Même si on n'utilisait pas trop l'expression à l'époque, c'est ainsi que Train in vain est devenue l'un des meilleurs et l'un des plus célèbres morceaux cachés de l'histoire du rock sur un disque désormais reconnu comme un grand classique.
Oui mais voilà, le tout premier pressage de London calling distribué en France, celui que j'ai acheté, est probablement le seul au monde à ne compter que les 18 chansons indiquées sur la pochette. Pas de Train in vain en 5e titre de la face 4 ! Très vite, dès début 1980, les exemplaires de London calling disponibles en France ont été dotés de leur 19e titre, mais aussi d'un ridicule autocollant avec un canard jouant de la guitare, la manière qu'avait trouvé CBS de promouvoir le "Rock of the 80's" sur toute une série de disques qui, de Trust à Nina Hagen, n'avaient parfois en commun que leur label !
Voilà pourquoi je ne pouvais pas rater ce disque, un très bel objet avec une pochette qui fait écho à celle de l'album dont il est issu, mais avec cette fois une photo qui met Mick Jones en valeur, le principal auteur et le chanteur de Train in vain. C'est une chanson plutôt bonne et réussie, de l'intro, avec la batterie et le riff de guitare presque funky qui semblent déjà annoncer The magnificent seven, au refrain, "Did you stand by me ?", qui reste bien en tête. Je l'aime bien, mais c'est loin d'être une de mes chansons préférées de Clash, mais je ne suis pas surpris que, dans son édition américaine, avec la chanson London calling en face B, ce single ait été le premier du Clash à monter haut dans les charts, ce qui n'a pas été le cas en France où on a très peu entendu ce single, contrairement au précédent, London calling justement.
Vous avez peut-être remarqué le bel autocollant rose "33t." apposé en France sur la pochette de ce disque. C'est à cause de lui que j'ai dû m'empêcher au moins cinq fois depuis le début de ce billet d'écrire "45 tours" pour parler de ce single ! Et pourquoi donc ce petit disque s'écoute-t-il en 33 tours ? Parce que les deux titres de la face B totalisent plus de neuf minutes, ce qui n'aurait pas tenu sur une face de 45 tours.
En fait, cette face B contient les deux faces du 45 tours sorti deux mois plus tard en Angleterre à la place de Train in vain. La première, c'est Bankrobber, un excellent reggae écrit par le Clash, pas une reprise comme Police and thieves ou Armagideon time, et produit par Mikey Dread, le chanteur producteur et animateur radio jamaïcain que Clash avait emmené avec lui en tournée. La chanson, chantée par Joe Strummer, est excellente, avec cette histoire de papa cambrioleur qui a toujours aimé ce mode de vie et n'a jamais blessé personne. Juste un regret, que les gris-gris sonores de Mikey Dread, qu'on réussit à repérer ici à l'oreille quand on connait ses propres disques, ne soient pas plus mis en avant.
Mikey Dread lui-même est mis bien en avant sur Rockers galore... UK tour puisqu'il raconte en toastant sur la version instrumentale de Bankrobber ses aventures en tournée avec The Clash, et il est ainsi le troisième chanteur en trois titres de ce disque !
Pour conclure les aventures éditoriales de ces chansons à l'époque, il faut savoir que Bankrobber n'est jamais sorti en single aux Etats-Unis. par contre, la chanson et sa version dub se sont retrouvées en octobre 1980 sur une compilation de titres de Clash inédits aux USA, Black market clash, un disque 25cm de la collection Nu-disk de CBS US, ce qui prouve que les départements marketing de CBS dans le monde entier étaient hyperactifs en 1980 !
Quant à mon exemplaire de London calling à 18 titres, je ne l'ai plus depuis longtemps ! Je l'avais amené pour le passer dans une boum, mais Philippe M. avait eu la même idée et malheureusement nos disques ont été échangés dans le feu de l'action. Je m'en suis rendu compte trop tard pour que nous ayons jamais eu l'occasion de refaire l'échange depuis...

A voir : The Clash sur scène dans le New Jersey le 8 mars 1980, filmé par les caméras de surveillance de la salle (!) avec le son de la table de mixage, jouant Train in vain et aussi Bankrobber/Rockers galore avec Mikey Dread.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Ajoutons un détail d'importance, la version Rockers gallore toastée par Mickey Dread ne figure pas sur le Black market... ni même sur le Super black market, sa réédition CD des 90's qui a pourtant plein de titres en plus. Et je ne suis même pas certain qu'elle figure sur le coffret Clash on brodway (une quasi intégrale du groupe, pourtant) !
Alors que c'est une super bonne version, méga collector, donc (même si heureusement ce disque n'est pas trop trop dur à trouver, la preuve, je l'ai en double, hé hé!)
Dernière anecdote, pour les rémois, Aldo Magic Band reprenait Bankrobber sur scène en 1989-90, et c'est Fédak (alias Gamover) qui la chantait (fort bien)!

le vieux thorax

Oslav Boum a dit…

En revanche, on retrouve "Rockers Galore" sur... le coffret des singles.
En tout cas, c'était pas de chance, ce London Calling sans Train in Vain.

Anonyme a dit…

Rockers gallore ne figure pas sur "Clash on Broadway".
Je rajouterais que la compil "Super Black Market Clash" sortie dans les (début) 90's ne contient que des bonus foireux de remplissage.
En effet, les faces B du Clash de la période "combat rock" sont plutôt dispensables...

Barbanouille

LinkWithin

Linkwithin