17 juin 2006

JOHNNY PAYCHECK : The real Mr. Heartache - The Little Darlin' years


Acquis par correspondance chez la Country Music Foundation aux Etats-Unis en 2003
Réf : CMF-023D -- Edité par la Country Music Foundation aux Etats-Unis en 1996
Support : CD 12 cm
24 titres

C'est par l'album de T. Tex Edwards & Out On Parole intitulé "Pardon me, I've got someone to kill" que j'ai entendu parler pour la première fois de Johnny Paycheck. Figurait sur cet excellent disque la reprise de la chanson de Johnny Paycheck qui (donnait son titre à l'album. Mais la version originale, je ne l'avais jamais vue passer nulle part.
Quelques années plus tard, mon intérêt pour Paycheck a été revitalisé par une autre reprise, celle d'une autre excellente chanson, "It won't be long (And I'll be hating you)" par Go To Blazes, qui figure sur la BO du film "Kill the moonlight", au côté de titres inédits de Beck qui avaient motivé mon achat du disque (Sur le disque, ce n'est pas tout à fait le bon titre qui est donné, résultat, j'ai mis une demie-heure à retrouver le disque dans mes étagères car j'étais parti sur une fausse piste, persuadé que j'étais que cette reprise figurait sur une compilation Glitterhouse, un des labels pour lesquels Go To Blazes a enregistré).
A ce moment là, j'avais Internet à ma disposition, et j'ai fait quelques recherches. J'ai d'abord appris que ces deux chansons remontaient à la première partie de la carrière de Paycheck, avant les années 70, qui l'ont vu devenir un chanteur country populaire, notamment grâce au tube "Take this job (and shove it)" ("Prends ce boulot (et mets-toi le où je pense)", décidément, il adorait les parenthèses !).
Je me suis rendu compte également qu'il existait peu disques disponibles s'intéressant à cette partie de la discographie de Paycheck, à part cette compilation, "The real Mr. Heartache", éditée par la Country Music Foundation, qui n'était malheureusement à l'époque disponible qu'en cassette.
Après l'annonce du décès de Paycheck début 2003, j'ai refait une tentative, et j'ai enfin pu me procurer ce CD, très mal distribué, auprès de la fondation (il y est toujours disponible).
Qu'est-ce qu'on trouve sur ce disque ? Vingt-cinq chansons enregistrées entre 1964 et 1968 (la majorité sont de 66-67) pour deux labels indépendants country. Dans le lot, seule "The lovin' machine" (une référence à la masturbation, apparemment), a vraiment été un hit country, même si d'autres titres, comme "The cave" (histoire d'un gamin qui se perd dans une grotte, entend un très gros orage, et en ressort survivant d'une apocalypse nucléaire !), sont rentrés dans le Top 40.
Outre ces deux chansons, celles que je préfère sur ce disque, c'est la série de chansons anti-romantiques et pleines d'humour noir qui ont fait la réputation de Paycheck : "He's in a hurry (To get home to my wife)" ("Il est pressé (de rentrer à la maison retrouver ma femme)": il s'agit de son ex-femme en fait !), "(Pardon me) I've got someone to kill" ("(Excusez-moi) J'ai quelqu'un à aller tuer"), "It won't be long (And I'll be hating you)" ("Ça fera pas long feu (Et je te détesterai)"), "The late and great me" ("Feu le grand moi") ou "If I'm gonna sink (I might as well go to the bottom)" ("Si je dois couler (Autant aller au fond)"), etc !
Les paroles sont excellentes, vous l'avez deviné, la voix grave de Johnny Paycheck prenante, et la musique, de la country aux racines honky-tonk, aussi. Bref, le tout forme un disque que les fans de rock peuvent placer sans souci sur leurs étagères au côté des meilleurs Johnny Cash...

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin