16 juin 2006

THE UNDERTONES : All wrapped up


Acquis au Virgin Megastore à Londres en 1983
Réf : ARD 1654283 -- Edité par Ardeck en Angleterre en 1983
Support : 2 33 tours 30 cm
30 titres

Puisqu'on parlait de "Femmes sous cellophane", en voici une qui est réellement enrubannée comme un paquet de viande sous du film alimentaire. Pauvre Cath Johnson, photographiée par Rupert Pretious, et surtout pauvres Undertones : ils venaient de se séparer au moment de la sortie de cette compilation de leurs singles, et ils n'ont probablement pas eu grand chose à voir dans la préparation de ce disque et surtout dans le choix de la pochette. Pourtant, à l'époque et encore récemment, ils se sont faits vilipender de tous côtés pour cette pochette, à tel point qu'on en oublierait presque la qualité de la musique stockée sur les sillons des disques cachés à l'intérieur de cet emballage.
J'étais à Londres quand cette compilation est parue. Il y en avait des piles au Megastore, mais je n'ai pas traîné pour l'acheter car il s'agit de l'édition limitée avec un album en bonus.
Le premier disque contient toutes les faces A des 13 singles sortis par les Undertones. Il a le classique "Teenage kicks" bien sûr, et parmi mes chansons préférées, on compte le de saison "Here comes the summer", et les singles sortis au moment de "Positive touch", mon album préféré des Undertones ("It's going to happen", "Julie Ocean", "Beautiful friend"), ainsi que "The love parade".
L'album bonus contient 17 titres qui figuraient au dos des galettes de la face A (ne manquent que les faces B supplémentaires des quelques maxis), et la prouesse c'est que ce disque est aussi bon que le premier, avec des sommets qui sont pour moi "True confessions", "Emergency cases", "She can only say no" (un "La poupée qui fait non" en haiku punky !), "Kiss in the dark", "Life's too easy", "Like that" et "Turning blue".
Depuis la parution de ce disque, plusieurs compilations CD sont venues compléter la discographie des Undertones, en reprenant plus ou moins ces mêmes titres, mais bizarrement, aucune ne s'est simplement contenté de reprendre l'intégralité des versions singles des faces A et B de leurs 45 tours. Mais bon, nous on s'en fout : on a "All wrapped up", le parfait équivalent en double album du "Singles going steady" des Buzzcocks, et pour en profiter sans se gâcher la vue, il suffit de retourner la pochette et de contempler celles des 45 tours qui sont reproduites au dos !

6 commentaires:

grosse bourse a dit…

Je viens tout juste de découvrir les undertones, j'ai taper le mot sur google et suit tomber sur ton blog. Ce groupe est une tuerie, c'est fantastique. J'avais franchement jamais entendu un son si entrainant, entre pop, punk et rock'n'roll, c'est encore mieux que les ramones ou les damned je crois! waou quoi!

grosse bourse a dit…

Au faite, ca n'a rien à voir, mais en tant que passioné du musique conais tu l'album de bill bruford (le batteur de yes) "Upper Extremeties" ? Si c'est non, je ne peux que te conseiller de te le procurer au plus vite car il fait parti pour moi des chefs d'oeuvre de la musique. Tu m'en diras des nouvelles !

Pol Dodu a dit…

Grosse bourse,
Quand tu auras bien digéré toutes les perles pop punk des Undertones des débuts, n'hésite pas à te plonger dans le troisième album, "Positive touch". Il est plus sophistiqué mais pas trop. Ce n'est pas le plus réputé mais c'est globalement à mon sens leur plus réussi.

Pol Dodu a dit…

Grosse bourse,
Je réponds à ton 2e commentaire (arrivé pendant que je rédigeais ma réponse au premier).
Ça n'a effectivement rien à voir et Bill Bruford, sans préjuger de ses qualités techniques indéniables, c'est le genre de musicien que mes goûts m'incitent naturellement à fuir.
Mais promis, si par le plus grand des hasards j'en ai l'occasion, je promets d'écouter "Upper extremities"... au moins pendant quelques secondes pour chaque titre !

grosse bourse a dit…

Ah ouai, à ce point!C'est étonnant, je pensais pas. Disons que ce qui m'as plu dans son album "solo", c'est l'utilisation des contre temps. Ils sont vraiment admirables. C'est une sorte de rock progressive avec une touche de trip-hop dans les mélodies, le tout avec des contre-temps de ouf et trop bien calé!Enfin moi j'adore. Pour rester dans la tranche du rock progressif, t'as bien sur Marillion et son merveilleux album, (qui reste pour moi, THE chef d'oeuvre de tout les temps, "clutching at straws". Tu le conais ?

Pol Dodu a dit…

Grosse bourse,
Le rock progressif, il n'y a aucune chance que je te suive sur ce terrain. Quand j'avais 15 ans, il y avait ceux qui écoutaient Yes ou Genesis, ceux qui écoutaient du hard et ceux qui comme moi se sont tournés vers la new wave ou le punk. Sur ce point-là, je ne changerai plus, et sûrement pas pour essayer d'écouter des "descendants" du rock progressif des 70's !
Désolé, Marillion je ne connais pas, mais je ne veux surtout pas connaître !!

LinkWithin

Linkwithin