03 avril 2006

ROCK FELLER : 6 titres


Acquis auprès de Dorian Feller à Reims en 1983
Réf : A.A.A. S02 -- Edité par A l'Automne Alité en France en 1983
Support : 45 tours 30 cm
Titres : I see you -- Seventh -- P. Green Pepper -/- You're not invited -- Skins of tiger -- Ancient (Part one)

C'est le centième billet sur ce blog (moins de cent trente jours après le premier, ce n'est pas si mal, même si le rythme d'un billet par jour n'est pas tenu). Il y a encore de la matière pour quelques années, mais pour l'instant on va se contenter de marquer le coup avec un disque particulier, puisque j'ai participé de près à sa confection.
J'ai fait la connaissance de Dorian Feller en 1982 lors de mes débuts à Reims Radio FM (La Radio Primitive avant qu'elle ne s'appelle La Radio Primitive). Il faisait une émission le même soir que la nôtre (qui s'appelait "La chevaunique fantasfauchée" ou "La chevauchée fantasphonique") et s'est très vite retrouvé à assurer régulièrement en plus la technique de "Camisole", que je produisais avec Philippe Roger. Dorian était surtout très actif dans le monde des musiques de traverses, en tant que musicien, notamment au sein de Germain Hubert Alès, et en tant que membre d'A l'Automne Alité, association à l'origine de la création du Fesival des Musiques de Traverses, qui était aussi le distributeur français de Recommended, un label en propre et l'éditrice du magazine "Notes".
Comme si ça ne suffisait pas, Dorian s'est lancé en 1982 dans son projet personnel, Rock Feller. Son but était de faire du rock avec un esprit musiques de traverses, ou des musiques de traverses avec un esprit rock (du rock fêlé, quoi, d'où le nom du groupe !). Ça a réussi artistiquement, puisque ce disque, le seul édité par Rock Feller, est une réussite, mais par contre le concept n'a pas très bien fonctionné, car les fans d'avant-garde trouvaient ce disque trop simple, et les fans de rock l'ont trouvé trop zarb !
Et quel a été mon (modeste) rôle dans tout ça ? Eh bien je fais partie, sous le pseudonyme de Stéphane Pollarok, des quelques personnes qui ont participé à la souscription qui a rendu possible le financement du disque : contre 500 francs, je me suis retrouvé quelques mois plus tard avec vingt ou trente exemplaires du disque, que j'ai vendus ou donnés autour de moi, mais il m'en reste encore quelques-uns aujourd'hui !
Je crois aussi me souvenir que Dorian m'avait demandé de relire ses paroles en anglais, mais surtout je me souviens d'avoir passé une paire d'après-midi chez lui en janvier 1983 pour l'aider à la confection des pochettes des 500 ou 1000 exemplaires du disque : pour économiser, il avait fait le choix de pochettes blanches, sur lesquelles sont insérées une carte recto-verso imprimée par l'imprimeur de Notes, et au dos un tampon spécialement fabriqué pour l'occasion est apposé. Mais pour insérer la carte, il fallait donner quatre coups de cutter sur les pochettes, et le tampon, il fallait bien l'apposer. C'est à ce petit jeu-là que nous nous sommes amusés...
Le groupe se présente comme un trio (Joss Mandall, Jerry Goal et Dorian Feller), mais en fait c'est le sieur Feller Dorian qui fait tout (guitares, basses, chant, claviers, pilotages de boite à rythmes) à l'exception de la batterie, effectivement tenue par Joss Mandall. Le tout a été enregistré à Reims à la maison, mais mixé à Paris dans l'un des immenses studios de Radio France, grâce à la complicité d'un ingénieur du son alors en poste à Reims.
Musicalement, à mon sens, on est beaucoup plus dans un esprit new wave que rock. Mes trois titres préférés sont "I see you", avec sa boite à rythmes et son refrain accrocheur, "You're not invited", dont la ligne de basse, le chant et la guitare me font toujours irrésistiblement penser à Snakefinger, et "Skins of tiger", dont certains passages sont effectivement très électriques, mais la composition dans son ensemble est tellement travaillée que les fans de hard-rock ne risquaient pas de s'y retrouver !

Quelques exemplaires du disque sont toujours disponibles en s'adressant directement à Dorian Feller, 13 rue de Saint-Lié, 51390 Villedommange, France.



Ci-dessous, une fausse interview que j'ai réalisée avec la complicité de Dorian Feller, publiée dans le n° 9 du magazine Notes en 1983 sous le pseudonyme de Stéphane Polarroc.


Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin