22 décembre 2011

JAD FAIR AND THE PASTELS : No. 2


Acquis par correspondance chez Cdiscount en France au début des années 2000
Réf : paper 018 CD -- Edité par Paperhouse en Angleterre en 1992
Support : CD 12 cm
Titres : He chose his colours well -- Hold on to your dreams -- Dark side of your world -- Red dress

En 1992-1993, Jad Fair et le label Paperhouse ont beaucoup collaboré. Avant la réédition de la collaboration avec Daniel Johnston en 1993, Paperhouse a édité en Angleterre en 1992 l'album de Jad Fair I like it when you smile et aussi deux maxis de collaboration avec les Pastels, enregistrés dans le studio de Teenage Fan Club, avec également la participation de leur guitariste Norman Blake.
Le premier de ceux deux disques,This could be the night, aurait parfaitement collé à mon propos, puisqu'on y trouve une reprise d'un titre de Daniel Johnston, Lonely song, au moins la deuxième reprise de Johnston publiée par les Pastels puisqu'il y avait eu Speeding motorcycle quelques temps plus tôt. Mais je n'ai jamais acheté ce disque, et même je ne l'ai jamais écouté, on va donc se pencher sur le numéro 2 de la série, un disque que j'ai eu pour quasiment rien puisque Cdiscount, qui avait dû récupérer un stock de disques distribué à l'origine en France par New Rose, l'avait soldé à 1 centime d'euro ! (Je ne sais plus s'il y avait du port à payer, mais de toute façon ce n'était pas grand chose et j'avais dû commander plusieurs articles).
Les deux premiers titres sont écrits par Jad Fair en collaboration avec un membre des Pastels (Stephen puis Katrina). Il y a ensuite un titre de Stephen et un de Jad. Rien de génial dans tout ça, chacun des deux a fait mieux de son côté, mais le tout est au minimum agréable. Si ce n'est pas improvisé, ça a dû quand même être pris sur le vif, sans trop de répétitions ni de tâtonnements. C'est sûrement pour ça que trois des titres sont très longs (plus de six minutes), ce qui n'est quand même pas dans les habitudes de ces gens-là : les musiciens partent sur une base qu'ils font tourner, dans un style de rock tranquille qu'on peut faire remonter au troisième Velvet Underground, et le chanteur y va de son couplet par-dessus. C'est comme ça à la fois quand Jad chante (He chose his colours well) et quand c'est Stephen (Dark side of your world). A la fin de Red dress, qui n'est pas un titre composé sur le pouce puisqu'il figurait déjà sur Charmed life de Half Japanese en 1988, Jad prévient les autres : "On va arrêter là et je vais finir en sifflant" !
J'avais tendance à trouver ce disque assez quelconque, peut-être à cause de son faux rythme, mais plus je l'écoute, plus il me rentre dans la tête. Ceux qui l'ont enregistré doivent l'apprécier aussi puisque les Pastels ont inclus Dark side of your world sur leur compilation Truckload of trouble et quant à Jad Fair, il joue toujours Red dress sur scène et on en trouve une version, plus courte, sur la compilation triple CD Beautiful songs sortie par Fire en 2011.

6 commentaires:

Pol Dodu a dit…

Allez, Noël approche... A 1 centime, vous vous doutez bien que j'ai acheté plus d'un exemplaire de ce disque. Il m'en reste un de rab. Je l'offre au premier qui donnera ici en commentaire le nom de l'un des deux groupes qui ont ouvert pour les Pastels le 4 juillet 1984 au club The Noise Above à Londres.

Pascal Delorme a dit…

The June Brides !:))

Marc a dit…

Biff, Bang, Pow ! ^^

Albanmono a dit…

Trop tard...
Flûte !!!

Pol Dodu a dit…

Bravo Pascal et Marc, vous avez "bon" tous les deux ! Et comme c'est vraiment Noël, Pascal aura le Jad Fair/Pastels et Marc un accessit.
La réponse pouvait se trouver dans Blogonzeureux!, et même à plusieurs endroits, dans une chronique de Biff, Bang, Pow !, une des June Brides et même dans celle des Membranes, mais là il fallait écarter Ut.
Donnez-moi votre adresse à vivonzeureux @ wanadoo.fr et je vous envoie votre lot.

Marc a dit…

Super! Merci Pol Dodu! :)

LinkWithin

Linkwithin