02 septembre 2006

DANIEL JOHNSTON : Happy time


Acquis chez Rough Trade à Paris en 1994
Réf : seed 10 -- Edité par Seed aux Etats-Unis en 1994
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Happy time -- Come see me tonight -/- Rock'n'roll/ega -- Love me do

Effet secondaire du soutien affiché par Kurt Cobain (via un tee-shirt), Daniel Johnston a été signé en 1994 par une filiale de Warner. Finalement, il ne sortira qu'un seul disque sur ce label, mais au moins ce disque a été distribué dans le monde entier et est parvenu jusqu'à La Radio Primitive à Reims, et c'est ainsi que, après avoir pas mal entendu parler de lui, j'ai pu écouter mes premiers titres de Daniel Johnston.
Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai acheté l'album "Fun", mais quand je suis tombé chez Rough Trade sur ce 45 tours quatre titres en vinyl rouge à prix raisonnable, avec deux titres hors album, je n'ai pas hésité une seconde à l'acheter.
La période heureuse de "Happy time", c'est l'enfance, qui a dû l'être, suivant les souvenirs de Daniel. C'est une très belle chanson, qui reste dans la tête, avec une instrumentation originale pour une face A de single : juste un violoncelle et les pistes de voix de Daniel.
L'autre titre extrait de l'album, "Rock'n'roll/ega", raconte comment Daniel a été sauvé par le rock'n'roll. Les couplets sont calmes et enjolivés, comme "Happy time", mais c'est au moment des refrains rock'n'roll électriques qu'on se rend compte que le disque est produit par un membre des Butthole Surfers.
Des deux inédits (et ils n'ont pas été réédités depuis), "Come see me tonight" est une autre très belle chanson, avec de la guitare acoustique en plus du violoncelle, qui aurait largement eu sa place sur l'album.
Quant à la reprise de "Love me do", elle surprend car, contrairement à ce qu'on aurait pu penser, elle est beaucoup moins mélodique que les autres titres du disque : c'est une version assez déconstruite à base de batterie et et de sons synthétiques.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin