11 décembre 2011

THE PASTELS : Speeding motorcycle


Acquis probablement dans un dépôt-vente au début des années 2000
Réf : paper 008 CD -- Edité par Paperhouse en Angleterre en 1991
Support : CD 12 cm
Titres : Speeding motorcycle -- (Sans titre) -- Speedway star -- Speeding motorcycle 2 -- 4th bend

Sur le même label que la réédition de la collaboration entre Jad Fair et Daniel Johnston, voici une reprise de Daniel Johnston par les Pastels qui, sur ce disque, comptent dans leurs rangs deux membres de Teenage Fan Club, Francis Macdonald et Norman Blake.
Au moment où ce disque est sorti, je n'achetais plus systématiquement toute les productions des Pastels et je n'ai même pas eu l'occasion de l'écouter avant de le trouver je ne sais plus trop où pour 2 €, une dizaine plus tard. Dans l'intervalle, j'avais eu l'occasion de découvrir cette chanson, devenue l'un des classiques de Daniel Johnston.
Les Pastels et Yo La Tengo sont des gens assez pointus pour avoir eu l'occasion de connaître la version originale de Speeding motorcycle dès le milieu des années 1980, après sa parution sur la cassette Yip / jump music en 1983. La majorité a dû découvrir ce titre après la réédition de l'album en 33 tours et CD chez Homestead en 1989. C'est à l'écoute de cette version originale, avec Daniel Johnston à l'orgue, en faisant attention aux paroles ("We don't have to break our necks to get our kicks") que l'on saisit le mieux le cousinage de cette chanson avec un autre hymne à la route et à ses véhicules, le Roadrunner du jeune Jonathan Richman.
Yo La Tengo a été le premier groupe à reprendre Speeding motorcycle avec une version très calme dominée par la guitare acoustique sur l'album Fakebook en 1990. Une très bonne version mais elle est surpassée par celle enregistrée en direct à la radio par Daniel Johnston (au chant, au téléphone) et Yo La Tengo (en studio) pour l'émission Music Faucet de WFMU le 4 février 1990 (toute l'histoire est racontée sur le blog de WFMU).
C'est l'année suivante que les Pastels ont enregistré leur version de Speeding motorcycle. Ce qui est très paradoxal, c'est que les Pastels des années 1980 avaient des points communs évidents avec Daniel Johnston, principalement du côté du son bricolé et du chant souvent approximatif. Et pourtant, cette reprise est justement ce qu'ils avaient fait de plus "produit" jusqu'alors (leur son a beaucoup évolué ensuite dans les années 1990 pour les albums Mobile safari et Illumination). Si le chant de Stephen Pastel est égal à lui-même, et s'il faut faire un effort pour ignorer la principale erreur de l'enregistrement, son rythme légèrement baggy, la version instrumentale permet bien de se rendre compte de la qualité et de la variété de l'instrumentation : cordes, cuivres, flutiaux qui donnent un côté folk,...
Sur les deux autres titres, Speedway star et 4th bend, on retrouve les Pastels des années lo-fi et noisy pop. Deux chansons sympathiques, surtout Speedway star, mais pas exceptionnelles.

Speeding motorcycle figure sur la compilation des Pastels Truckload of trouble.
On peut télécharger Speeding motorcycle chez WFMU.

9 commentaires:

sittin'pretty a dit…

Il y a deux ans, en voyage en Ecosse, j'ai cherché chez plusieurs disquaires de Glasgow une version cd de Sittin'Pretty (mon pseudo vient d'un de mes disques fétiches ... que je ne possède pas, outre une vieille copie K7 !).
En vain.

Je n'ai pas eu le temps d'aller jusqu'à la boutique où bosse (ou a bossé ?) Stephen P.
Mais dans un petit disquaire du quartier étudiant de Glasgow (quartier dont je ne me souviens plus du nom, à proximité d'un grand parc verdoyant), je suis tombé sur ce ep, ramené tel un talisman !

Je crois l'avoir déjà dit par ici, mais qui va un jour rééditer Sittin'Pretty (sorti à l'époque sur Homestead Records, label de Long Island) ?!?

Pol Dodu a dit…

"Sittin' pretty" (excellent album, surtout pour "Nothing to be done") chez Homestead, ça doit être une édition américaine. En Angleterre, l'album est sorti chez Chapter 22. Pour ma part, j'ai tout bonnement l'édition française chez Danceteria...

sittin'pretty a dit…

Tout ceci est vrai, et pour moi aussi Nothing To Be Done est le sommet de S'P (et peut-être celui de toute la carrière candide et turbulente des Pastels).

Danceteria, oui, qui nous ramène au bien nommé Paradise de Peter Astor ...

La boucle est bouclée ... pour ce soir !

Anonyme a dit…

ils sont même passés à L'usine...je n'y étais pas malheureusement ou heureusement je ne sais pas.

Pol Dodu a dit…

Malheureusement, je dirais. J'y étais au concert des Pastels et j'en ai un (assez vague mais) plutôt bon souvenir...

Anonyme a dit…

Je me souviendrais toujours de Stephen et sa guitare bleue sur scène à l'UBU en octobre 1988. Suite à ton petit mot, j'ai aussitôt ressorti mon LP Suck on the Pastels et posé la galette sur ma platine. Que du bonheur, ce vinyl ! J'crois que je vais me faire Truckload of trouble sur le net, tout çà pour réécouter Nothing to be done. A quand un livre sur les Pastels comme l'excellent recueil sur Felt que je me suis empressé de lire !!! Vivement la prochaine foire aux disques du coin ! Salutations de la Pointe de Bretagne. Ben

Pol Dodu a dit…

Salut Ben, et merci !
Je me suis attaqué à Felt parce qu'il me semblait que j'avais suffisamment de matière. Ce n'est peut-être pas le cas pour les Pastels, mais si un jour je fais quelque chose plus généralement sur Creation, ce qui n'est pas improbable, les Pastels y seront en bonne place !

Hectorvadair a dit…

Toujours aussi agréable de lire ces chroniques de disques pas comme les autres. Aaah les Pastels, je me souviens des achats de leurs vinyles sur Lyon au milieu des années 80 et de la reprise de "Baby honey" que je jouais à la batterie avec mon combo d'alors : West of the fields. (à venir en écoute sur Rockaroanne à l'occasion...)
Tout un programme. J'adore ce groupe et leur indépendance d'alors.

Ps : Je me décide enfin à commander votre livre "mes disques à moi";
Mais, en lecteur de Vivonzeureux depuis quelques temps déjà, je me demandais si une petite dédicace était possible ?
Parce que bon, via Bookeditions, ça le fait, mais aurais-je cette possiblité ?

Merci d'avance.

Pol Dodu a dit…

Hectorvadair,
Merci de ton intérêt pour "Mes disques improbables". Ça marche très bien avec TheBookEdition mais effectivement pas de dédicace possible. Pour toi, le mieux serait de me commander directement le livre. Je t'écris pour te donner les modalités.

LinkWithin

Linkwithin