24 octobre 2008

ROCKY SHARPE AND THE REPLAYS : Come on let's go


Acquis sur le vide-grenier de Germaine le 31 août 2008
Réf : A 120 CW 1611 -- Edité par Chiswick en France en 1981
Support : 33 tours 17 cm
14 titres

C'était tout au bout du vide-grenier, là où les stands font mine de s'enfoncer dans la forêt de Germaine. Les deux gars avaient l'air de durs à qui on ne la fait pas. Ils avaient une glacière qui contenait une petite vingtaine de 33 tours, en bon état mais il n'y avait que de la variété ou d'autres merdes, et au milieu de tout ça, cet album de Rocky Sharpe and the Replays. J'ai demandé le prix à tout hasard, et je ne m'attendais pas à ce qu'ils me répondent 30 centimes ! Je leur ai dit qu'à ce prix là ça ne valait pas le coup de s'en priver et je suis reparti avec le disque sous le bras.
Le plus étonnant de l'histoire, c'est que le matin même j'avais entrepris de reclasser une poignée de mes 45 tours et j'étais tombé sur le Rama lama ding dong de Rocky Sharpe and the Replays (un disque de 1978 en pochette générique Chiswick, que j'ai acheté il y a presque 25 ans sur la seule foi de son label justement) et je m'étais redit que cette reprise d'un titre de doo wop était vraiment sympa.
Même si la maquette et la photo de pochette de cet album le datent immanquablement des années 80, les Replays (Rediffusions) étaient un groupe 100% rétro, qui ne faisait quasiment que des reprises. Le titre le plus contemporain de l'album est une reprise de Heart de Rockpile, mais il s'agit là d'un groupe qui était lui-même très rétro ! Avant les Replays, et dès 1972, Rocky Sharpe était accompagné des Razors. Une partie de ce groupe a d'ailleurs ensuite fondé les Darts, un autre groupe rétro, qui lui a connu un succès énorme. Quant à lui, Rocky Sharpe a quand même eu quelques tubes en Angleterre et dans le reste de l'Europe, Rama lama ding dong étant le premier, et c'est ce titre dans la même version qu'on retrouve en ouverture de cet album.
Globalement, c'est vraiment un disque léger et agréable. Aucune prétention, beaucoup de bonne humeur, le genre d'album dont on peut passer les deux faces dans une soirée en étant sûr que personne ne s'arrêtera de danser à aucun moment.
La sélection des titres est essentiel dans ce genre d'exercice et, outre Rama lama ding dong, mes préférés sont ici, A teenager in love de Doc Pomus et Mort Shuman, une reprise amusante du Whole lotta loving de Fats Domino, Come on let's go de Ritchie Valens, que je connais surtout repris par les Ramones et Andy Paley, et surtout Martian hop des Ran-Dells. En écoutant ce dernier titre, on ne peut que penser que Jonathan Richman a dû en écouter la version originale dans ses jeunes années. La version qu'en donne Rocky Sharpe n'a pas le supplément d'âme que Jonathan Richman apporte à ses reprises, mais les influences sont clairement similaires, et on n'est pas surpris d'apprendre que, sur un autre disque, Rocky Sharpe a lui aussi repris Buzz buzz buzz.
La seule chanson difficilement écoutable ici, c'est la reprise de Shout! Shout! (knock yourself out) d'Ernie Maresca. Non pas qu'elle soit mauvaise, mais simplement on peut penser que c'est cette version, sortie sur cet album de 1981 et éditée en 45 tours en Angleterre en 1982, où elle a bien marché, qui a donné l'idée aux Forbans de la reprendre en français. Et en l'écoutant, les français ne peuvent s'empêcher de fredonner "Chante, chante, danse et mets tes baskets" !
Ce qui m'a le plus surpris en lisant la biographie du groupe, c'est d'apprendre que Mike Vernon, non content d'en être le producteur, en était aussi un membre à part entière. Or, je connais Vernon de réputation comme fondateur du label du blues boom anglais Blue Horizon (Fleetwood Mac, Chicken Shack). Il a aussi un gros CV comme producteur, mais je n'imaginais pas qu'il avait aussi eu une carrière d'artiste. En tout cas, il a bien dû s'amuser au sein des Replays, comme on peut le constater sur de nombreuses vidéos disponibles sur YouTube, notamment avec ces interprétations de Martian hop et Rama lama ding dong.
On trouve assez facilement plusieurs rééditions en CD d'albums de Rocky Sharpe and the Replays, avec ou sans bonus, et des compilations, comme le best-of 27 titres Looking for an echo.

Aucun commentaire:

LinkWithin

Linkwithin