09 mai 2008

JONATHAN RICHMAN & THE MODERN LOVERS : Buzz buzz buzz


Acquis d'occasion à Londres vers le milieu des années 1980
Réf : BZZ 25 -- Edité par Beserkley en Angleterre en 1978
Support : 45 tours 17 cm
Titres : Buzz buzz buzz -/- Hospital (Live)

De la mi-76 à début 79, Beserkley a vraiment tenté d'amplifier au maximum le succès de Jonathan Richman et de ses Modern Lovers en multipliant les sorties des disques, avec son premier album, la compilation des Modern Lovers première formule, le succès d'Egyptian reggae et de Roadrunner, les sorties des albums Rock'n'roll with the Modern Lovers, Modern Lovers 'live' et Back in your life plus, le marché anglais étant ce qu'il est, deux 45 tours extraits de l'album live (New England et The morning of our lives).
J'ai toujours associé Back in your life à 1979, l'année de sa sortie, mais en fait Abdul & Cleopatra, l'un des chefs d'oeuvre de l'album, était sorti en 45 tours dès juillet 1978, avec en face B Oh Carol, une reprise du Carol de Chuck Berry chantée par le bassiste Asa Brebner. Au dos de la pochette il était précisé que ces deux titres étaient des "Modern love songs", Modern Love Songs étant également le nom de la maison d'édition de Jonathan Richman.
L'un des intérêts de ce 45 tours Buzz buzz buzz, sorti lui en novembre 1978, c'est l'information plus précise qui figure au verso de pochette comme quoi la face A est extraite de l'album à paraître Modern love songs. Modern love songs ne verra en fait jamais le jour. L'album avec Abdul & Cleopatra et Buzz buzz buzz, paru en mars 1979, a finalement été intitulé Back in your life, du titre de l'une de ses chansons. Pourquoi ce changement de titre ? Probalement pour plusieurs raisons. L'une d'entre elles étant que, pendant l'été 1978, la formation des Modern Lovers qui avait enregistré l'album s'est séparée. Par la suite, Jonathan et quelques amis ont enregistré en acoustique quatre titres, dont la chanson Back in your life, qui ont été intégrés à l'album. Back in your life n'est donc pas tout à fait Modern love songs. Dans son livre There's something about Jonathan, Tim Mitchell émet aussi l'hypothèse que, l'évolution de l'histoire d'amour entre Jonathan Richman et sa future femme Gail faisait que Back in your life rendait mieux compte de son état d'esprit.
Contrairement aux deux autres 45 tours extraits de cet album, la pochette de celui-ci n'est pas très réussie : une photo en noir et blanc pas vraiment nette et mal éclairée, Jonathan saisi dans une pose bizarre avec son poignet droit replié... Heureusement, la musique qu'il contient est excellente.
Le plus étonnant avec Buzz buzz buzz, c'est qu'il s'agit d'une reprise (d'un tube doo-wop des Hollywood Flames de 1957) et pas d'un original. Car, comme pour toutes les reprises les plus réussies, Jonathan Richman se l'est complètement appropriée (je précise que je ne connais ni la version originale, ni aucune des multiples autres reprises qui existent de cette chanson), notamment en adaptant les paroles (un couplet en moins, quelques vers en plus). Ça sonne tellement Modern Lovers que c'est bien évidemment à cette chanson, plus encore qu'à Hey there little insect ou I'm nature's mosquito, que Les Wampas font référence dans leur chanson Les abeilles ("Quand je dors la nuit sous les étoiles avec les oiseaux et les abeilles qui chantent pour moi, O oui, j'aime la nuit au pont d'Tolbiac, J'entends la mer, les oiseaux et Jonathan qui chantent pour moi").
Avec d'autres (It will stand ou Chapel of love, par exemple), cette reprise montre que le doo-wop de son enfance, tout autant que le Velvet Underground ou les Stooges, est une influence profonde de Jonathan Richman. L'interprétation ici ext excellente de bout en en bout, de la guitare discrète à la clochette de D. Sharpe, des choeurs qui arrivent dans la seconde partie au "But I love your voice even more" qui conclut parfaitement la chanson au bout d'1'56". Je délire peut-être, mais au casque j'ai l'impression d'entendre du piano, alors que les crédits de l'album n'en font pas du tout mention.
La version d'Hospital date des concerts qui ont donné l'album Modern Lovers 'live' de 1977. Avec les 9 de l'album, plus Astral plane et Roadrunner (thrice), autres inédits sortis en face B de 45 tours anglais, cela porte à 12 le nombre de titres édités pour ces enregistrements. On sait depuis quelques années, quand Sanctuary avait annoncé prématurément et sans autorisation la sortie en double-CD d'une réédition de l'album, qu'il existe de nombreux autres titres inédits de ces concerts de 1977. Ça ne peut pas être un hasard si aucune chanson des premiers Modern Lovers interprétée lors de cette tournée n'a été autorisée à figurer sur l'album, alors que le groupe les jouait sur scène, comme le prouvent ces trois faces B.
Cette version d'Hospital est excellente, parfaitement chantée et interprétée. Le groupe tient le public en haleine alors qu'on se trouve dans une grande salle. On a du mal à croire qu'il s'agit des mêmes concerts où le groupe faisait plier de rire le public avec I'm a little dinosaur ou les huit minutes de Ice cream man.
Bizarrement, le troisième et dernier single extrait de Back in your life sera Lydia, sorti quasiment en même temps que l'album en mars 1979. Une autre reprise et un drôle de choix : ce titre sympathique est loin d'être l'un de mes préférés du disque, qui contient des joyaux comme Affection, My love is a flower (Just beginning to bloom), Back in your life, I'm nature's moquito ou (She's gonna) Respect me.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

que du bon!mais je m'inquiète un peu, suis je déjà sourd?du piano dans BBB?
à la millionième écoute je n'ai tjrs rien remarqué,bizarre, j'y retourne immédiatement ph

Pol Dodu a dit…

J'ai été soufflé, au détour d'une mention dans le livre de Greil Marcus, "Like a rolling stone, Bob Dylan à la croisée des chemins", d'apprendre que Bob Dylan avait enregistré en 1958, à la maison et avec un copain de lycée, sa propre version de "Buzz buzz buzz" !
On a beau savoir que c'était un truc de gamin jamais destiné à être publié, il reste très difficile d'imaginer Robert Zimmerman entonnant les paroles de cette chanson, "Buzz buzz buzz fait l'abeille, pendant que twidlididlidi fait l'oiseau, mais le son de ta petite voix chérie, c'est le son le plus doux que j'ai jamais entendu". Mais bon, la bande existe.

LinkWithin

Linkwithin