07 septembre 2008

APPLEJACK #4


Offert par E.A.R par correspondance en août 2008
Réf : [sans] -- Edité par E.A.R en France en 2008 -- n° 33/100
Support : 24 p. 21 cm + CD 12 cm

Lorsque l'on me propose, très aimablement, de m'envoyer un fanzine, je ne dis jamais non. Et je regrette encore moins ma décision lorsque je découvre, en visitant la page internet de ce fanzine, que le numéro que je vais recevoir contient à la fois une interview de Dogbowl et un CD 6 titres ! Sans compter que cette page s'ouvre au son de l'immortel Nothing to be done des Pastels.
J'ai dû lire quelque part, et je l'ai constaté en voyant les annonces de sortie tous les deux mois dans Abus Dangereux, que le bon vieux fanzine photocopié reprenait du poil de la bête, un peu comme le disque vinyl. Pour ma part, quelque soit le support, webzine, photocopie ou CD gravé pour un groupe, ce qui compte c'est que ces projets sont le fait de gens passionnés, qui ont envie de partager cette passion avec d'autres, le plus possible en-dehors des contraintes économiques du marché du spectacle. J'ai d'ailleurs remarqué que la plupart de ces nouveaux fanzines sont proposés gratuitement, en téléchargement pdf (ce qui me parait logique) ou même pour leur version imprimée.
Ce n°4 d'Applejack, amoureusement relié à la ficelle blanche et au raphia, fermé d'un ruban, accompagné de son CD-R et d'un ticket numéroté, est lui aussi disponible gratuitement, avec échanges possibles contre cassettes, timbres, fanzines, disques, lettres d'amour, billets de monopoly, sachets de thé, points d'exclamation, etc.
Qu'est-ce qui change entre les fanzines de la grande vague des années 80 et ceux des années 2000, comme Applejack ? Eh bien, pas grand chose. Là où les fanzines des années 80 s'intéressaient principalement au rock indé et à la noisy pop, avec pour icones les Smiths, les Pastels ou les Television Personalities, ceux des années 2000 vont plutôt mentionner l'antifolk, avec en vedette Jeffrey Lewis ou Herman Düne. Sinon, c'est la même chose, on vit sa passion pour la musique en rencontrant (même si c'est par email) ceux qui produisent la musique qu'on aime, et on partage cette passion en écrivant dans son fanzine.
Dans ce style, Applejack est d'une grande qualité, très bien écrit avec des références d'une grande culture, au-delà des évidences, de Richard Brautigan à Jonathan Richman (quand on me prend par mon point faible...) en passant par Gorky's Zygotic Mynci.
Le plus gros article est consacré à Dogbowl (6 pages, avec interview), et c'est là une preuve d'éclectisme et d'ouverture d'esprit, d'autant plus que Dogbowl s'est fait très discret ces derniers temps. On apprend d'ailleurs au passage que Dogbowl travaille à un nouveau disque, Zone of blue, et pense également sortir à nouveau de vieilles bandes, comme il l'avait fait pour ses lives en français et au CBGB.
J'ai cru un moment que le dessin de couverture du fanzine, un monstre gentil qui boulotte quand même à tout va des vaches dans un champ, était signé Dogbowl lui-même, vu qu'il est un peu dans son style, mais non, cette réussite est due à Mat.
Les autres articles et interviews concernent The Wave Pictures, Thomas Patrick Maguire et les deux groupes qui se partagent le CD, Überaffe et Edam Edam.
Tous les titres de ce CD sont chantés en anglais. A l'écoute, ce n'est pas trop gênant pour Überaffe, un peu plus pour Edam Edam.
Überaffe, c'est David, de Rennes, qui enregistre tout seul chez lui de la pop un peu lo-fi. J'aime beaucoup ses deux titres rapides avec boite à rythmes, l'excellent Better than running, qui ouvre le CD, et My dog, ponctué, vous l'avez deviné, par un échantillon d'aboiement du dit chien.
Edam Edam, comme son nom l'indique, est un duo composé de Shyle, par ailleurs dessinateur, et de Benjamin, le frère d'E.A.R, la rédactrice principale d'Applejack. C'est leur premier titre que je préfère, Strawberry, avec sa partie musicale centrale, qui n'est pas un solo car il y a deux instruments (guitare et orgue), mais qui est très délicate.
Pour en savoir plus sur Applejack, c'est qu'il faut se rendre. Et puis, j'allais l'oublier, j'ai moi aussi publier un fanzine dans les années 1990 : les quatre numéros peuvent être téléchargés ici.

1 commentaire:

Pol Dodu a dit…

Le n° 5 d'Applejack est paru ce printemps. Il est aussi accompagné d'un CD. Pour en savoir plus : http://www.myspace.com/dearapplejack

LinkWithin

Linkwithin