10 mai 2008

IDOL FODDER : Bäbytalk


Offert par Alig Fodder/Jungle Records en avril 2008
Réf : PREGNANCY SERIES VOL. VI -- Edité par Slender Means Society & States Rights Records aux Etats-Unis en 2008
Support : CD 12 cm
7 titres

Plus de 25 ans après la sortie de son premier Greatest hits et près de 10 ans après la première édition en CD d'un best-of, Savoir faire, Jungle Records vient d'éditer More great hits, un double-CD plein à craquer de titres de Family Fodder, qui comprend des versions alternatives et des inédits. Je ne saurais trop vous conseiller l'investissement. Il est à noter que, parmi les 42 titres de la compilation qui couvrent toute la carrière du groupe de 1978 à 2002, on retrouve la majorité de ceux que j'avais imaginés en 1999 devoir figurer sur Laissez-faire, un hypothétique best-of volume 2 de Family Fodder.
Mais, comme Alig, le seul membre permanent de Family Fodder, est toujours actif musicalement, intéressons-nous à son travail récent.
L'an dernier, le label allemand Tomlab a édité à la lettre Q de sa collection alphabétique de 45 tours un disque d'Alig Fodder qui comprenait les titres Death and the maiden et Infamy.
Il y a quelques semaines, ces deux titres, accompagnés de cinq autres, sont réapparus aux Etats-Unis sur ce CD, édité dans le cadre d'une autre collection, Pregnancy (Grossesse).
Ce disque est sorti sous le nom d'Idol Fodder. Pourquoi Idol Fodder et pas Family Fodder ? Je ne sais pas. Peut-être parce que Dominique Levillain, la chanteuse présente sur la majorité des disques de Family Fodder, ne participe pas à ce disque... En tout cas, Bäbytalk reste une affaire de famille puisque, cette fois-ci, la chanteuse qui accompagne Alig est Darlini Singh-Kaul, l'une des filles de Dominique Levillain ! Et la famille est bien présente tout au long du disque puisqu'Idol Fodder a choisi de prendre au pied de la lettre le nom de la collection et a produit ue série de chansons sur le thème de du bébé, de la grossesse à son arrivée et à sa relation avec ses parents.
Comme sur toutes ses productions, Alig réussit l'exploit de concevoir des morceaux très élaborés, fouillés, plein de trouvailles sonores, mais qui restent toujours très accessibles. Le parfait équilibre entre l'innovation et le don mélodique du compositeur pop.
Le premier titre, The onliest thing, donne très bien le ton du disque. Pendant les deux premières minutes, sur un rythme donné par un violoncelle, Alig et Darlini chantent à l'unisson. Pour le premier refrain, on a droit à des samples, de la boite à rythmes et de la guitare électrique. Il y a quelque chose d'oriental dans ce premier titre, un élément présent sur tout le disque, notamment sur Strangest games, et pas seulement parce que l'un des instruments de prédilection d'Alig ces temps-ci est le oud. L'instrumental Earlimusix pourrait d'ailleurs sortir tout droit d'un disque de musique indienne traditionnelle. Sur Analyse my life ?, les sons de violon et la guimbarde et le chant de Darlini font un peu penser aux Raincoats.
Avec The onliest thing, mes deux titres préférés du disque sont ceux du 45 tours. Infamy est le seul morceau ici qu'on aurait pu s'attendre à trouver tel quel sur un disque de Family Fodder de 1979-1980 : rythme un peu reggae, Alig au chant. Une grande réussite.
D'après les crédits, il n'y a pas d'instruments à corde sur Death and the maiden, ceux que j'entends doivent être samplés, donc. Ces cordes constituent là encore la colonne vertébrale du morceau, sur laquelle se pose le chant d'Alig. Pour le coup, on est plus proche de Street hassle que d'une ambiance à la Family Fodder, mais ça fait encore un titre à ajouter au prochain best-of d'Alig !!
Greed and fear, un titre actuellement en écoute sur la page MySpace d'Alig, avec ses sons de bébé, son refrain "I'm having a baby", son violoncelle et sa voix féminine, est une version complète et chantée de 5 mn de l'instrumental Full term de moins de 3 mn qui, sur Bäbytalk, sonne comme une très belle introduction à Death and the maiden. Dommage que ce titre ne figure pas sur le disque d'Idol Fodder... mais comme décidément il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de papier à cigarette entre Idol et Family Fodder, sachez qu'on retrouve Greed and fear sous le titre Hippy chick sur More great hits de Family Fodder : il s'agit de l'un des quelques inédits qui figurent sur cette compilation !

1 commentaire:

Pol Dodu a dit…

Family Fodder a sorti le mois dernier un tout nouvel album chez State 51 Conspiracy. Il s'appelle Classical music et reprend trois titres de ce disque d'Idol Fodder.

LinkWithin

Linkwithin