09 décembre 2007

ELMORE JAMES : The great Elmore James


Acquis probablement à la FNAC Montparnasse à Paris fin 1979 ou en 1980
Réf : UPF-122 -- Edité par Up Front aux Etats-Unis en [1970]
Support : 33 tours 30 cm
10 titres

Je me suis intéressé à Elmore James parce que j'aimais beaucoup l'album Move it on over de George Thorogood and the Destroyers et qu'il n'y avait pas une seule chronique de disque, pas une seule interview par un seul article sur Thorogood qui ne mentionne Elmore James. Il faut dire qu'il y avait trois reprises d'Elmore James sur ce disque, ma favorite étant The sky is crying.
Je me suis d'abord rendu à la discothèque de Châlons-sur-Marne où, après avoir fait inspecté le saphir de ma platine disque, j'ai pu emprunter deux ou trois disques, dont celui-ci, de ce bluesman mort en 1963 réputé pour son jeu de guitare slide. Par la suite, en remontant la lignée d'inspiration, je suis vite arrivé à Robert Johnson et je me suis procuré en solde les deux fameux albums King of the Delta blues singers chez Columbia, mais le son électrique d'Elmore James me convient mieux.
Entre-temps, à l'occasion de voyages parisiens, j'étais tombé à la FNAC sur deux volumes vraiment pas chers de l'Anthology of the blues chez Musidisc consacrés à Elmore James et sur cette réimpression de The great Elmore James, mon préféré de ceux de la discothèque.
Ce qui m'étonne, c'est que je ne retrouve pas sur ce qui est visiblement la page de référence sur les sessions d'enregistrement d'Elmore James la trace de tous les titres de ce disque. Il y a notamment aucune référence à Catfish blues, un de mes titres préférés de l'album. Les notes de pochette de Lenny Goldberg sont également à approcher avec prudence. On nous dit que les titres de l'album ont été enregistrés par Elmore James début 1963, peu de temps avant sa mort, ce qui correspond aux sessions produites à New-York fin 62 début 63 par Bobby Robinson et même, plus précisément, à l'enregistrement dans des conditions live en studio auquel fait référence Wikipedia. De ces sessions proviennent visiblement un bonne partie des titres typiquement blues 12 mesures, très électriques et avec beaucoup d'écho, de l'album. Mais des enregistrements plus anciens ont visiblement été ajoutés, comme l'excellent Bleeding heart, avec ses cuivres, qui ne peut être que le single de 1960. Quant à Catfish blues, il n'est pas impossible que ce soit l'autre face de Dust my broom, le premier 78 tours d'Elmore James en 1951. Seul problème, cette face était interpétée par Bobo Thomas, pas par Elmore James !
Indépendamment de l'origine des titres, une bonne moitié des titres de cet album me plait énormément et me donne la pêche encore aujourd'hui. Outre Catfish blues, il y a sur la face A It hurts me too et toute la face B avec le politiquement pas correct Shake your money maker, l'excellent instrumental Pickin' the blues, le classique Dust my broom, le déjà mentionné Bleeding heart et Look on yonder wall.
Il y a deux ans, j'ai eu l'occasion de faire un stage à la Bibliothèque Georges Pompidou de Châlons-en-Champagne, qui conserve notamment dans ses réserves les anciennes collections de 33 tours de la discothèque de Châlons. Vu le nombre de disques conservés, il y avait peu de chances que je tombe sur des disques que j'avais empruntés des années plus tôt, mais c'est pourtant arrivé, notamment avec le premier album de Pere Ubu et, vous l'avez deviné, avec cet album d'Elmore James !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

bobo thomas aka Q.S.Kiewny,real name andrew thomas.
catfish blues:reverse of trumpet record by Elmore James 26 juillet 1951.
bobo thomas,vcl,gtr and Sonny Boy Williamson,hca

LinkWithin

Linkwithin