03 septembre 2006

HUGH CORNWELL + ROBERT WILLIAMS in Nosferatu


Acquis à La Clé de Sol à Châlons-sur-Marne le 3 avril 1982
Réf : UAG 30251 -- Edité par United Artists en Angleterre en 1979
Support : 33 tours 30 cm
10 titres

En import, il était trop cher pour moi, mais soldé à 20 F., ce premier disque non pas solo mais en duo du chanteur des Stranglers (avec Robert Williams, surtout réputé pour avoir été batteur de Captain Beefheart) avait tout pour me plaire. D'autant qu'il y a quelques invités de marque, comme les frères Mothersbaugh de Devo sur un titre, Ian Underwood, qui a longtemps joué avec Frank Zappa, aux claviers sur de nombreux titres, et même Ian Dury qui braille sur un titre, caché derrière le pseudonyme de Duncan Poundcake.
La grande réussite de ce disque, pour moi, ça a toujours été la reprise du "White room" de Cream, d'ailleurs sélectionnée par le label pour une sortie en 45 tours. Comme pour d'autres classiques des sixties, c'est d'abord par cette reprise que j'ai vraiment appris à connaitre cette chansons (et d'ailleurs, le jour où j'ai écouté l'original, il ne m'a pas vraiment plu !). Le jeu de batterie est excellent (pas étonnant !), tout comme la basse électrique et électronique due à Hugh Cornwell. Au chant, Cornwell est au meilleur de sa forme, au point que ce titre enlevé aurait fait très bonne figure sur mon album préféré des Stranglers, "The gospel according to The Meninblack".
L'autre grande réussite du disque, c'est "Wired", peut-être le titre qui sonne le plus comme les Stranglers. C'est sûrement pour ça qu'il s'est retrouvé en face B du EP "Don't bring Harry" des Etrangleurs de Guildford.
"Rhythmic itch", le titre avec des membres de Devo, démarre très bien, mais il part assez vite en quenouille. Dommage. Un peu comme le morceau-titre "Nosferatu", chanté par Robert Williams, qui démarre l'album sur un titre rapide, mais s'arrête trop rapidement après un couplet et un passage instrumental.
Je n'aime pas tout dans le reste du disque, mais j'aime assez bien "Losers in a lost land", avec sa basse synthétique. C'est assez amusant de remarquer que sur ce titre, le chant de Hugh Cornwell fait fortement penser à celui de Jah Wobble. Mais Jah Wobble a toujours été un chanteur occasionnel, alors que c'est son chant qui a fait la réputation de Hugh Cornwell.

9 commentaires:

JPM a dit…

Tiens, tiens... "Meninblack" est aussi mon album préféré des Stranglers...

Pol Dodu a dit…

Je ne suis pas surpris d'apprendre que M. Rockomondo et moi-même avons des bons goûts en commun !

PS : Jean-Pierre, si un jour tu as l'occasion de numériser la chanson "Jonathan Richman" de ton 45 tours de France Angleterre, je suis preneur !!!

dwassmer@cegetel.net a dit…

Je viens de numériser mon album vinyl de Hugh cornwell "Nosferatu".
C'est super de voir que vos disques vinyls sont apprécié par d'autres personnes.J'ai meme découvert des choses dans les commentaires.
Merci pour cette page.

Anonyme a dit…

ça alors,
j'ai découvert ce 33t super-extra BSA et je l'écoute beaucoup depuis une semaine. alors je tape Hugues Cornwell + Nosferatu sur Google, et sur qui tombe-je ? ;) ;) ;)
mais le pire c'est que ce disque, dont je n'ai pas la pochette, m'avait fait penser 1/ à Beefheart, 2/ à Devo... et qui joue dessus ?... : ))
Au fait, en guise de pochette, j'en ai une toute artisanale qui aurait toute sa place dans une expo de Patrice Caillet (l'auteur de Discographisme re-créatif) : une pochette des Stray Cats bombée de rouge au recto avec un pochoir noir du rat des Stranglers, et des photo(copie)s de Cornwell colées au verso, notamment à la place de la tête de Brian Setzer...

à + camarade
le vieux thorax

Pol Dodu a dit…

Cher Vieux Thorax,

C'est une dense coïncidence, comme dirait Howe Gelb !
Par contre, ce n'est pas un hasard si ton oreille particulièrement affutée a pensé Beefheart et Devo à l'écoute du disque.
Moi, à l'aveugle, j'aurais peut-être pensé Devo sur le titre auquel ils participent, mais Beefheart ça ne me serait pas venu à l'idée !

AkaTshi Loutror a dit…

Salut à tous, je débarque un peu tard. Effectivement j'ai ce vinyle que je vénère depuis facile 27 ou 28 ans, je l'ai racheté en CD il y a 2-3 ans, j'an ai appris de belles, je ne savais pas qui est Robert Williams, ni que les membres de Devo y actaient, ni pour Ian Dury (effectivement, la voix inimitable...). Concernant, MenInBlack,j'aime bien, mais mon préféré est Raven. Cela dit, si je ne m'abuse, White Room figure sur un 45trs bonus, de Black White (de mémoire) premier pressage UK. A voir aussi la BOF de "écoutez vos murs", JJ Burnel + Dave Greenfield, ainsi que Euroman Cometh de Burnel. Ciao a tutti, ciao a frutti.

Pol Dodu a dit…

Je suis content que tu aies pu trouver des infos sur ce disque ici.
Tu as raison, "White room" était bien sur un 45 tours bonus, avec aussi un titre de Burnel en solo et deux des Stranglers, mais ce n'était pas le 45t donné avec "Black and white" en Angleterre, plutôt celui qui accompagnait la compilation américaine "IV".
"White room" a aussi été commercialisé en 45 tours en Angleterre.

JPM a dit…

Je confirme ton dernier commentaire concernant "White room" sur le 45t bonus de la compile IRS. Sur le 45t tout blanc en bonus de "Black & White", c'était "Walk on by", "Mean to me" et "Tits". Sinon je suppose que tu as le mp3 de "Jonathan Richman" de France- Angleterre maintenant. En fait le disque était à un ami qui l'avait perdu. Je l'ai acheté - comme neuf et à prix raisonnable - tout récemment.

Charlie Dontsurf a dit…

Et quelle version de Walk On By ! Le groupe joue toujours le titre en concert.

LinkWithin

Linkwithin