22 juillet 2007

JAH WOBBLE : V.I.E.P.


Acquis à La Clé de Sol à Châlons-sur-Marne probablement début 1981
Réf : VS 361-12 -- Edité par Virgin en Angleterre en 1980
Support : 33 tours 30 cm
7 titres

C'est bien sûr par P.I.L. que je suis venu à Jah Wobble. J'avais acheté son album Betrayal peu de temps après sa sortie, mais ensuite j'ai attendu les soles pour acheter, toujours en import, ce maxi (35 F. quand même) et encore plus tard je crois le maxi de la chanson Betrayal.
Si j'en crois le Punk diary de George Gimarc, qui généralement résume bien les infos publiées par la presse hebdomadaire anglaise de l'époque, les sessions qui ont donné ce disque de trente minutes étaient prévues au départ simplement pour une version single de la reprise du Blueberry Hill de Fats Domino qu'on trouvait sur l'album. Finalement, elles ont été très productives et ont donné ce truc hybride : plus qu'un maxi, pas vraiment un album, un mini-album donc.
C'est avec cette reprise, pas avec la version originale, que j'ai appris par coeur et chanté les paroles de Blueberry Hill ! Le ton et la technique vocale de Jah Wobble sont à un niveau qui me convient plutôt bien... Pour la structure de la chanson, c'est simple, Wobble a recyclé la ligne de basse qu'il avait utilisée pour The suit de PIL sur la Metal box. Autrement dit, comme la basse fait pour beaucoup Metal box, on a l'impression d'écouter The suit avec d'autres paroles (Not another sur Betrayal est carrément et tout simplement la version instrumentale du Another de PIL). On a droit aussi à une Computer version de Blueberry hill : comprenez une version instrumentale avec des bidouillages aux synthés ; les ordinateurs, il n'y a pas beaucoup de musiciens qui en avaient quand ce disque est sorti, avant même le premier PC d'IBM.
Etonnament, la boîte à rythmes est au premier plan et la basse reléguée très loin dans le mix pour I need you by my side, également accompagnée de sa version instrumentale. Avec ses paroles et son ton, Wobble s'y moque gentiment des chansons d'amour fou : "Oh baby, don't ever leave me, don't go away... I'm a real man... You make me as happy as a sad boy, I need you by my side everyday".
Sea-side special annonce un peu certaines productions de Wobble à venir : c'est une trop longue version instrumentale assez jazzy avec des touches de world music d'un titre de Betrayal, Today is the first day of the rest of my life, et c'est le titre que j'aime le moins du disque.
Je n'aime pas trop non plus Something profound, le seul des titres chantés à avoir droit à ses paroles imprimées au dos de la pochette.
J'ai par contre toujours beaucoup aimé Blood repression, un reggae à la Linton Kwesi Johnson ("The sky is red, blood is running through the gutters, this is a revolution time all over London"). Le chant sur ce morceau est loin d'être irréprochable, c'est peut-être pour ça qu'il s'agit de la seule des chansons de ce disque écartée des bonus de la réédition en CD de Betrayal en 1990. Elle est donc introuvable en CD, mais avec un peu de chance elle sera peut-être toujours disponible ici quand vous lirez ces lignes.
Ce n'est qu'en 1992 que j'ai enfin vu Jah Wobble en concert, pas dans des conditions idéales puisque c'était en festival, au Printemps de Bourges. Il avait fait pas mal de chemin depuis ses débuts en solo, avec de nombreux accompagnateurs et des arrangements plus léchés, mais c'était bien quand même.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

merci bcp pour ton lien! je suis un grand fan de pil et de wobble ,et je connaisais pas cet ep ! le ien marche encore , je m'en vais écouter ça !

LinkWithin

Linkwithin